Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jean Pruvost

enchante les media

Thierry Hesse

signe une confession captivante

Éric Neuhoff

fait entendre la petite musique du coeur

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Anne Sinclair

cherche la boussole

Stéphane Pair

est journaliste à France Info (Radio France)

Niiia Weijers

a étudié la littérature à Amsterdam et à Dublin.

Karin Kalisa

a vécu à Hambourg, Tokyo et Vienne avant de s'installer à Berlin

Victor del Árbol

a été séminariste, policier, garde du corps

La famille Standjofski

est un méli-mélo de racines européennes

Nicolas Tackian

Il notamment créé avec Franck Thilliez la série ALEX HUGO pour France 2

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Régine Detambel

prend soin de nous, comme les livres

Christian Oster

Prix Médicis 1999, nous enchante à nouveau

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. En route vers toi

Couverture du livre En route vers toi

Auteur : Sara Lövestam

Traducteur : Esther Sermage

Date de saisie : 20/03/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 23.80 €

ISBN : 9782330068981

GENCOD : 9782330068981

Sorti le : 05/10/2016

La vie d'Hanna va être bouleversée lorsqu'elle va acquérir quatre objets dans un concours de circonstances plutôt rocambolesques : une paire de bottines, une vieille paire de lunettes rondes, une règle en bois et une broche en argent.
Hanna a une vie monotone, elle a parfois des crises de boulimie et sa mère adore l'humilier. Mais le jour où elle chausse ces bottines au charme suranné, c'est comme si ces dernières étaient douées d'un pouvoir magique capable de lui donner une force de caractère qu'elle ne possède pas d'habitude.
Comme les objets ont l'air assez ancien, Hanna imagine qu'ils ont peut-être appartenu à la même personne. Elle se lance alors dans une chasse au trésor, aidée d'un vieux commissaire priseur, qui la mènera à la découverte de la correspondance entre deux femmes, Signe et Anna.

Le récit fait ainsi voyager le lecteur dans le temps, alternant les chapitres sur Hanna et sur Signe Sivander, une jeune institutrice au siècle dernier. Autant Hanna s'apitoie sur son sort, autant Signe est une jeune femme volontaire. Elle déplore la condition des femmes et se plaint du fait que son homologue masculin soit mieux payée qu'elle... en 1906. Elle s'engage dans le combat pour le droit de vote des femmes et rencontre la belle Anna, qui partage les mêmes opinions politiques. Toutes les deux vont tomber follement amoureuses l'une de l'autre et entretenir une correspondance, que nous lit Hanna, reconstituant ainsi les trahisons et les drames qui ponctuent cette histoire d'amour.
Le point de départ de ce roman peut paraître assez fantaisiste mais Sara Lövestam arrive à faire croire au lecteur que tout est possible. D'ailleurs, la réalité dépasse parfois la fiction. Et au delà des résonnances que ce texte peut avoir avec le présent, En route vers toi est aussi une très belle histoire d'amour.


  • Les présentations des éditeurs : 20/10/2016

Une broche en argent, une paire de lunettes tordue, une vieille règle en bois et des bottines à l'élégance désuète - quatre objets d'un autre temps viennent faire irruption dans la vie désenchantée de Hanna. Ce sont les derniers témoins de la passion clandestine de deux amantes, Signe et Anna, un siècle plus tôt, à la veille du combat pour le droit de vote des femmes en Suède. Intriguée, Hanna remonte obstinément la piste de ces objets qui sont pour elle devenus talismans.
En 1906, dans la petite ville de Tierp, Signe lance un coup de pied dans un arbre. La jeune institutrice s'indigne de la différence salariale entre hommes et femmes, confirmée par la lettre qu'elle vient de recevoir de Stockholm. Lorsque la grande oratrice Brita Löfstedt arrive à Tierp avec l'envoûtante Anna à ses côtés, sa vie bascule. S'impliquant corps et âme auprès des suffragettes suédoises, Signe s'embarque aussi dans une aventure amoureuse dont elle n'aurait jamais pu imaginer la portée.
Les désillusions d'aujourd'hui se heurtent aux passions d'an-tan dans cette fresque romanesque lumineuse. Avec une grande sensibilité et une intelligence critique redoutable, Sara Lövestam nous entraîne dans les méandres d'un amour impossible et une lutte politique qui n'a rien perdu de son actualité.

Née en 1980, Sara Lövestam était professeur de suédois pour les immigrés avant de devenir journaliste et écrivaine à plein temps. Elle écrit notamment une rubrique pour l'important magazine gay QX. Pour son premier roman, Différente (Actes Sud, 2013), elle s'est vu décerner le prix du Swedish Book Championship. Son deuxième roman, Dans les eaux profondes..., est sorti en 2015 chez Actes Sud.



  • La revue de presse Emilie Grangeray - Le Monde du 20 octobre 2016

En route vers toi, de la jeune Suédoise Sara Lövestam, offre en cette rentrée une lecture tout à la fois réjouissante et stimulante...
Minutieusement documenté, ce roman rend compte du chemin long et souvent décourageant de ces femmes, au tournant du XXe siècle. Il montre leur combativité exemplaire et leur détermination nécessaire, à une époque où beaucoup, telle, au Royaume-Uni, la reine Victoria elle-même, s'opposaient publiquement à l'engagement politique du sexe que l'on disait encore «faible». Mais si, à travers un subtil jeu d'écho, il interroge aussi la condition féminine aujourd'hui, En route vers toi est avant tout un sublime roman d'amour. De ces amours que l'on disait clandestines et qui, ici, sont juste remarquables.


  • Les courts extraits de livres : 06/10/2016

LES LUNETTES

Elles n'avaient rien d'extraordinaire et semblaient n'avoir aucune valeur ou utilité particulières. Les branches de la monture métallique faisaient quasiment tout le tour de l'oreille, selon la mode du début du siècle. L'une était encore droite ; l'autre avait été tordue par le temps et la vie, et sans cesse redressée par des doigts opiniâtres. Ce n'était donc pas un objet précieux ou très bien conservé. Pourtant, le commissaire-priseur, au lieu de le vendre avec les autres biens de la succession, l'avait discrètement empoché. Si, sur le moment, vous lui aviez demandé pourquoi, il vous aurait répondu que ses motivations n'étaient pas plus claires pour lui que pour vous. Peut-être, surtout s'il s'était envoyé un ou deux verres avant, se serait-il laissé aller à vous décrire le sentiment qu'il avait éprouvé quand il avait décidé d'emporter l'objet : cette même joie qu'il avait ressentie lorsqu'il avait résolu de mettre fin à son aventure, toute récente, avec l'opulente caissière du supermarché pour se consacrer à sa femme, laquelle, en plus, était enceinte. Le sentiment de bien faire.
Tout le temps de la vente, les lunettes, logées dans la poche de sa chemise, avaient agréablement titillé son torse peu velu. Elles l'émoustillaient. Il éprouvait la même sensation que le jour où la caissière du supermarché lui avait fait de l'oeil pendant que sa femme rangeait leurs achats dans des sacs. Enfin, non, pas exactement. La sensation des lunettes contre sa peau avait quelque chose de plus pur, comme quand on trouve un authentique Stig Lindberg dans une brocante, qu'on fait semblant de rien et qu'on ne le paie que vingt misérables couronnes. Comme quand on sait à la fois qu'une petite vie grandit dans le ventre de la femme qu'on aime et qu'on est le seul à être au courant. La légère pression des modestes lunettes sur sa poitrine lui donnait du coeur à l'ouvrage. Il faisait tournoyer son marteau avec le même entrain qu'à ses débuts, répétant les formules consacrées dans tous les sens jusqu'à ce que les prix montent en flèche.
- Voici, vous le reconnaîtrez certainement, une rareté ! Une rareté, mesdames et messieurs, une véritable rareté ! scandait-il de sa voix la plus puissante, encouragé par les battements de son coeur contre la monture métallique.
Puis, pendant quinze ans et deux mois, les lunettes dormirent sur un manteau de cheminée. Chaque fois qu'il passait devant elles, il était saisi du même ravissement qu'il avait éprouvé ce jour-là. Des armoires à linge invendables aux coins râpés étaient parties à des milliers de couronnes, des bancs de cuisine repeints, des chaises à trois pieds, et même une vieille broderie faite main sans aucune valeur. Tout s'était vendu en un clin d'oeil. Le commis avait dû trimballer sans interruption lampadaires, transistors et vieux meubles jusqu'aux voitures garées dans le parking de la salle des ventes. Le commis, ou plutôt... : le gamin que la femme du commissaire-priseur avait pondu huit mois après qu'il eut plaqué la caissière. Un gamin qui, d'ailleurs, allait avoir quarante-neuf ans.
De temps en temps, le commissaire-priseur passait ses doigts rêches le long de la discrète monture. Il ressentait alors invariablement l'envie de la glisser à nouveau dans sa poche de poitrine et de filer au volant de sa camionnette, loin, très loin. Cela lui arrivait surtout quand il devait accomplir une mission au nord du pays, c'est-à-dire loin, très loin. Que venaient faire les lunettes là-dedans ? Il n'en savait rien. Peut-être lui rappelaient-elles un voyage entrepris dans le passé : les objets inanimés ont le don de faire ressurgir des souvenirs. Des détails que nous n'avions pas cru retenir, mais qui ont dû jouer un rôle à un moment ou à un autre de notre vie, puisqu'ils ne sont pas passés à la trappe comme toutes les bouillies d'avoine que nous ingurgitons le matin. Voilà à quoi songeait le commissaire-priseur et il reposait les lunettes à leur place, sans pousser pour autant le moindre soupir de regret.
Quinze ans et deux mois plus tard, ce fut le commis qui mit le feu aux poudres.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia