Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le point aveugle

Couverture du livre Le point aveugle

Auteur : Javier Cercas

Traducteur : Elisabeth Beyer | Aleksandar Grujicic

Date de saisie : 29/11/2016

Genre : Littérature, essais

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Un endroit où aller, n° 272

Prix : 18.80 €

ISBN : 9782330068950

GENCOD : 9782330068950

Sorti le : 09/11/2016

  • Les présentations des éditeurs : 29/11/2016

Écrire un roman consiste à plonger dans une énigme pour la rendre insoluble, non pour la déchiffrer (...). Cette énigme, c'est le point aveugle, et le meilleur que ces romans ont à dire, ils le disent à travers elle : à travers ce silence pléthorique de sens, cette cécité visionnaire, cette obscurité radiante, cette ambiguïté sans solution. Ce point aveugle, c'est ce que nous sommes.
J.C.

Javier Cercas est né en 1962 à Cáceres et enseigne la littérature à l'université de Gérone. Il est l'auteur de romans, de recueils de chroniques et de récits, traduits dans une trentaine de langues, qui ont tous connu un large succès international et lui ont valu de nombreux prix. Chez Actes Sud ont paru Les soldats de Salamine (2002), À petites foulées (2004), À la vitesse de la lumière (2006), Anatomie d'un instant (2010), Les lois de la frontière (2014), L'imposteur (2015) et Le mobile (2016).



  • La revue de presse Jean-Claude Raspiengeas - La Croix du 24 novembre 2016

Auteur de romans, de recueils, de chroniques et de récits, Javier Cercas s'est imposé en quelques années sur la scène littéraire espagnole et bien au-delà avec des livres majeurs (Les soldats de Salamine, en 2002 ; Anatomie d'un instant, en 2010 ; L'Imposteur, en 2015). Sa réputation ayant débordé les frontières de son pays, l'université d'Oxford lui a demandé d'occuper la chaire de littérature comparée le temps de cinq conférences, à partir de son expérience d'écrivain, sur la nature du roman et le rôle du romancier. Les voilà rassemblées aujourd'hui dans un ouvrage dont le titre, Le Point aveugle, résume sa théorie.


  • Les courts extraits de livres : 22/11/2016

Extrait du prologue

Ce livre est le fruit du hasard. Durant l'été 2014, j'ai reçu une lettre signée de Sally Shuttleworth, professeure de littérature anglaise à Oxford, qui m'invitait à occuper la chaire de Weidenfield Visiting Professor in Comparative Literature, un engagement qui supposait un cycle de conférences publiques au sein de l'université. En terminant la lecture de cette lettre, je n'ai pu m'empêcher de me rappeler une anecdote que m'avait racontée mon éditeur espagnol, Miguel Aguilar. Dans sa jeunesse, Miguel avait joué au rugby, et l'un de ses coéquipiers avait appris un jour qu'il était convoqué par la sélection espagnole. Ce compagnon de Miguel n'était pas un grand joueur, de fait, il était plutôt moyen, pour ne pas dire l'un des pires éléments de l'équipe, mais, après un moment de perplexité, il était entré dans un état d'euphorie, pensant qu'on reconnaissait finalement ses talents, et il avait passé un week-end merveilleux à savourer cette reconnaissance inattendue ; le lundi, pourtant, une mauvaise nouvelle l'attendait : ce n'était pas lui qui était convoqué à la sélection, mais un autre compagnon, une erreur lamentable s'était produite, on lui demandait pardon. J'essaye de cultiver la modestie mais j'essaye également d'éviter le masochisme, alors, sauf dans mes pires heures, je ne me prends pas pour un écrivain médiocre ; pourtant, en découvrant que parmi mes prédécesseurs à cette chaire figuraient George Steiner, Mario Vargas Llosa, Umberto Eco et quelques autres de la même trempe, je me suis dit qu'il devait s'agir d'un malentendu ou peut-être d'une plaisanterie. Ce n'était ni l'un ni l'autre ou du moins personne n'a eu suffisamment de courage pour me le dire pendant le mois et demi que j'ai passé à Oxford au printemps de l'année suivante ; cela dit, j'ai fait de mon mieux pour que, au cas où il s'agirait en effet d'une plaisanterie ou d'une erreur, cela se remarque le moins possible.
Les pages qui suivent sont le produit de cet effort. J'y réélabore les cinq conférences que j'ai prononcées en anglais durant ce séjour. Elles partent toutes de mon expérience d'écrivain ; elles partent parfois de mes propres livres ou gravitent autour d'eux. Il va sans dire que je ne suis pas de ceux qui croient que les écrivains sont les meilleurs critiques ; je crois néanmoins que tout bon écrivain est, qu'il le sache ou non, un bon critique et que tout bon critique est un bon écrivain ; je sais aussi que certains des meilleurs critiques que je connais, de T. S. Eliot à Jorge Luis Borges, sont de grands écrivains avant d'être de grands critiques. Je ne comprends donc pas la méfiance, surtout dans certaines traditions littéraires, par exemple en Espagne, que soulèvent la plupart du temps les écrivains qui s'adonnent à la critique, qui parlent de leurs livres ou de la littérature en général (ou plutôt si, je la comprends, mais elle me semble ridicule, lâche et stérile) ; je comprends surtout la méfiance de certains à l'idée de voir un auteur tenter de monopoliser l'interprétation de sa propre oeuvre ou vouloir l'infléchir, ignorant ou faisant semblant d'ignorer que le lecteur est propriétaire de l'oeuvre au même titre que l'écrivain ; méfiance à l'idée de voir un auteur faire de l'autopromotion, ne pas parler de ce qu'il a réellement fait (...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia