Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Vivian Gornick

est une véritable icône en Amérique

Geneviève Brisac

raconte plusieurs vies dans les tragédies du siècle dernier.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Michel Onfray

partage le plaisir d'augmenter le savoir

Catherine Locandro

partage le plaisir des mots

Juliet Nicolson

interroge la notion de filiation

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Philippe de Pierpont et Eric Lambé

viennent de remporter le Fauve d'Or du 44e festival d'Angoulême

Yves Bigot

raconte son amour de la chanson

Gérald Tenenbaum

est un regard

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Marc Lambron

a été élu à l'Académie française en 2014.

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

Thierry Frémaux

est un enfant des Minguettes

La poétesse Eleni Sikelianos

a une grand-mère pas comme les autres

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Jean-Claude Lalumière

habite chez son chat, désormais

Olivier TRUC

vit à Stockholm où il est le correspondant du Monde

Pascal Quignard

raconte la naissance de notre langue

Marina Skalova

aime la poésie, le théâtre, et le thé noir.

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

L'écossais Peter May

vit dans le Lot. il a conquis le monde entier.

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

Marie Darrieussecq

rend très bien l'urgence de se donner à la création.

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

François Mitterrand

accueille Anubis

Daniel Arsand

recompose une langue pour dire la rage et la tristesse

Marie Darrieussecq

publie sa première biographie en langue française

François Bégaudeau

aimerait partager quelques sourires.

Mathieu Lindon

explore ses oublis

Stéphanie Dupays

signe un premier roman mordant sur le monde du travail

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Ta-Nehisi Coates

est placé dans la lignée de l'écrivain noir américain James Baldwin.

René Depestre

À plus de 90 ans, anime une langue virevoltante et vivifiante (Librairie LA BUISSONNIÈRE à YVETOT)

Benoît Bonnemaison-Fitte

(ou Bonnefrite, ou Bonfrit, c'est selon l'humeur) est un drôle de gus.

Annick de Giry

est historienne de l'art, auteur pour la jeunesse et passionnée de voyages.

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

L'écrivain Emmanuel Carrère

ne s'efface jamais derrière le journaliste

François Garcia

est médecin, il vit et exerce à Bordeaux

James Lee Burke

est le maître du roman noir américain

Michka Assayas

a tous les talents

Mathieu Laine

enseigne la philosophie politique

Matthias Lehmann

conte l'enfance d'un garçon travesti en fille

Vladimir Vertlib

écrit là un grand roman russe, énergique, fascinant

Lyonel Trouillot

raconte l'âme haïtienne sous le signe de la beauté fulgurante des mots

Cécile Ladjali

d'origine iranienne, est agrégée de lettres modernes

Catherine Koleda

relate la famine planifiée par Staline
(voir Libération) :
http://comite-ukraine.blogs.liberation.fr/2016/01/18/un-livre-decouvrir-litineraire-dun-survivant-du-stalinisme-en-ukraine/

Patrick Rambaud

a toujours vécu entre les livres

Bertrand de La Vaissière

enfant, n'aimait pas les livres

Marc Vella

parcourt le monde avec son piano à queue

Charles King

évoque la naissance de l'Istanbul moderne évoque la naissance de l'Istanbul moderne à travers la vie d'un palace

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Franck Courtès

enfant, adorait l'acte d'écrire

Julie Ewa

est une vraie grand-mère...

Philippe Rahmy

s'abandonne au mouvement de l'écriture

Anaïs Ginori

raconte le destin du kiosquier de Charlie

Céline Curiol

cherche l'empreinte des lieux

Richard Flanagan

est un virtuose

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Patrick Lapeyre

évoque la possibilité d'un nouvel amour

Jean-Baptiste Charcot

donne en 1903 le signal de l'aventure française en Antarctique

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Attachement féroce

Couverture du livre Attachement féroce

Auteur : Vivian Gornick

Traducteur : Laetitia Devaux

Date de saisie : 15/02/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782743638672

GENCOD : 9782743638672

Sorti le : 01/02/2017

  • Les présentations des éditeurs : 15/02/2017

Une mère, une fille. Elles s'aiment profondément. Se haïssent éperdument. Impossible de vivre ensemble, impossible de se séparer pourtant. De ce lien unique, Vivian Gornick tire un texte bouleversant, qui va bien au-delà du récit intime. Tandis que sa mère et elle arpentent les rues de New York et leurs souvenirs, défilent des personnages, des moments de comédie, des amants, des rêves, des déceptions. Autant de portraits de femmes et de destins inoubliables, recréés par une conteuse à la lucidité tranchante, Vivian, gamine du Bronx devenue écrivain. Attachement féroce est le puissant roman d'une vie. La sienne, la nôtre.

Née en 1935, Vivian Gornick est une véritable icône en Amérique : journaliste au Village Voice, elle est une figure féministe et une critique littéraire respectées. Mais c'est surtout son travail autobiographique qui l'a fait connaître. Sorti en 1987 aux États-Unis, salué par une presse unanime et plébiscité par le public, Attachement féroce est traduit pour la première fois en français.

«C'est l'histoire d'un amour infini, terrible, plein de grâce et de fièvre. Un classique instantané.»
The New York Times



  • La revue de presse Raphaëlle Leyris - Le Monde du 16 février 2017

Cinquième Avenue, Lexington, Broadway, 69e Rue... Inlassablement, deux femmes sillonnent New York. On imagine leur pas aussi vif que leur sens de la repartie. Au fil des années, elles passent et repassent par les mêmes artères comme elles arpentent leur histoire, revenant sur des anecdotes qu'un détail, une précision éclairent toujours différemment. Ces deux femmes, ce sont l'auteure, ­Vivian Gornick, et sa génitrice. Avec le récit de leurs déambulations se dessine l'île que forme, à l'image de Manhattan, cette relation fille-mère. Carte du Pas-très-tendre, Attachement féroce est un grand livre gorgé de lucidité sarcastique, dont on s'étonne qu'il ait mis trente ans à nous parvenir - grâces soient donc rendues aux éditions Rivages...
Delancey Street, Abingdon Square, 8e Rue... Quel que soit l'état de leurs relations, Vivian Gornick et sa mère marchent, parlent, se souviennent - «[Ma mère] déteste le présent, tout simplement. Mais dès que le présent se transforme en passé, elle l'adore.» Cependant, elles ne tournent pas en rond, et le livre non plus, construit dans cet aller-retour constant entre intérieur et extérieur, entre hier et aujourd'hui, qui fait naître de fascinants échos entre les scènes. Au tout début du livre, Vivian Gornick écrit : «Nous sommes toutes deux prisonnières d'un étroit tunnel intime, passionné et aliénant.» ­Attachement féroce est une somptueuse manière de se faire la belle.


  • Les courts extraits de livres : 15/02/2017

J'ai huit ans. Ma mère et moi sortons de chez nous au premier étage. Devant la porte ouverte de l'appartement voisin, Mrs Drucker fume une cigarette. Ma mère ferme à clef et lui lance : «Qu'est-ce que vous fabriquez ici ?» Mrs Drucker désigne son logement en rejetant la tête en arrière. «Il veut me baiser. Je lui ai dit d'aller prendre une douche avant de me toucher.» Je sais qu'«il» est son mari. «Il», c'est toujours le mari. «Pourquoi ? Il est si sale ?» demande ma mère. «Moi, je le trouve sale», répond Mrs Drucker. «Drucker, vous êtes une putain», lance ma mère. Mrs Drucker hausse une épaule. «Peut-être, mais j'ai pas le droit de prendre le métro», rétorque-t-elle. Dans le Bronx, «prendre le métro» était un euphémisme pour «travailler».

J'ai habité dans cet appartement entre l'âge de six et vingt et un ans. L'immeuble avait beau compter vingt logements, quatre par étage, je ne me rappelle que de femmes. Je n'ai presque aucun souvenir d'hommes. Pourtant, ils étaient partout - maris, pères ou frères - mais je ne me souviens que des femmes. Toutes vulgaires comme Mrs Drucker ou féroces comme ma mère. Quand elles parlaient, on avait l'impression qu'elles ne savaient ni qui elles étaient, ni quel pacte elles avaient conclu avec la vie. En revanche, elles se comportaient la plupart du temps comme si elles le savaient pertinemment. Futées, versatiles, illettrées, on les aurait crues issues des romans du naturaliste Théodore Dreiser. Il pouvait s'écouler plusieurs années de calme apparent, puis tout à coup, surgissait une éruption d'affolement et de violence. Au passage, deux ou trois vies étaient écorchées (voire détruites), et le tumulte s'apaisait. À nouveau : un calme morose, une torpeur érotique, la banalité ordinaire du déni quotidien. Et moi, la fille qui grandissait en leur sein, je me construisais à leur image, je les inhalais comme du chloroforme versé sur un tissu que l'on m'aurait plaqué sur le visage. J'ai mis trente ans à comprendre combien je les comprenais.

Ma mère et moi marchons dans la rue. Je lui demande si elle se souvient des femmes dans cet immeuble du Bronx. «Bien sûr», me répond-elle. Je lui explique que, selon moi, c'est la tension sexuelle qui les rendait folles. «Absolument, dit-elle sans ralentir le pas. Tu te souviens de Drucker ? Elle disait que si elle n'avait pas pu fumer une cigarette pendant que son mari la baisait, elle se serait jetée par la fenêtre. Et Zimmerman, qui occupait l'appartement de l'autre côté ? Elle s'était mariée à l'âge de seize ans, elle détestait son mari, elle disait toujours que s'il mourait au boulot (il était ouvrier dans le bâtiment), ce serait une mitsvah.» Ma mère s'arrête et baisse le ton, effrayée par ses propres souvenirs. «En général, il la prenait de force. Il l'attrapait en plein milieu du salon et il la traînait jusqu'au lit.» Pendant quelques instants, elle a les yeux dans le vague. Puis elle ajoute : «Ces Européens. C'étaient des bêtes. Des bêtes, tout simplement.» Elle se remet en route. «Un jour, Mr Zimmerman s'est retrouvé à la porte. Il a dû sonner chez nous. Il avait du mal à me regarder. Il m'a demandé s'il pouvait passer par l'escalier de secours. Je n'ai pas dit un mot. Il a traversé le salon et il a escaladé la fenêtre.» Ma mère éclate de rire. «Cet escalier de secours, qu'est-ce qu'il a pu servir. Tu te souviens de Cessa, à l'étage du dessus ? Oh non, c'est impossible, elle n'est restée qu'un an après notre arrivée, ensuite, ça a été les Russes. Cessa et moi, on était très proches. C'est étrange, quand j'y repense. Nous, les femmes, on se connaissait à peine, on n'adressait presque jamais la parole à certaines. Pourtant, on vivait les unes au-dessus des autres, on passait sans cesse d'un appartement à l'autre. Tout se savait en un rien de temps. Au bout de quelques mois dans l'immeuble, toutes les femmes devenaient... intimes.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia