Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Joie

Couverture du livre Joie

Auteur : Clara Magnani

Date de saisie : 18/04/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Sabine Wespieser éditeur, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782848052144

GENCOD : 9782848052144

Sorti le : 06/12/2016

Gigi est italien et historien du cinéma. Quand il décède brutalement d'un arrêt cardiaque, sa fille Elvira trouve dans ses papiers le récit de son amour pour Clara, une journaliste belge - qui n'est pas sa mère. Il s'agissait d'un défi, d'un jeu entre les deux amants : chacun raconte sa version de leur histoire et le donne à lire à l'autre. La mort de Gigi ne leur en a pas laissé le temps. Alors, pour comprendre, Elvira rencontre Clara et lui donne le manuscrit de son père : Clara jouera-t-elle le jeu ?

Enfin un vrai roman d'amour du XXIe siècle ! Un roman qui interroge l'amour à l'aune de nos vies actuelles : par exemple, comment vivre l'amour pour quelqu'un d'autre que son conjoint, sans pour autant renoncer à ce qu'on construit pendant des années ? Écrit avec fluidité et acuité, ce premier roman est à la fois la découverte d'une nouvelle auteur et l'exploration des intimités de l'âge mûr.


  • Les présentations des éditeurs : 15/12/2016

Rome, 2014, fin de l'été. Alors qu'il lisait sur sa terrasse ensoleillée, le coeur de Giangiacomo - dit Gigi - s'est arrêté. Une mort rapide, sans douleur, comme il l'avait toujours souhaitée, se souvient sa fille Elvira, appelée en urgence.
Quelques jours plus tard, la jeune femme tombe sur un manuscrit inachevé. Elle pense à la trame d'un film - Gigi était cinéaste -, mais découvre l'histoire d'amour que son père vivait depuis plus de quatre ans avec une journaliste belge, Clara. Le récit de Gigi correspond à sa partie d'un livre qu'ils avaient décidé d'écrire ensemble. Il la lui enverrait une fois terminée. Puis elle y répondrait.
Depuis sa rencontre avec Clara, venue à Rome l'interviewer à l'occasion de la sortie de son film sur Gramsci, Gigi connaît une nouvelle jeunesse. Ses pages évoquent le surgissement inattendu de leur mature love, une expression devenue entre eux un code pour se joindre et qui désigne cet amour à l'âge mûr que tous deux vivent de façon parallèle. Clara est mariée, elle aussi, et mère de deux garçons. Le bonheur des retrouvailles, l'abandon des corps, les rires, les films vus et revus ensemble : telle est la matière précieuse de leur complicité. Clara et Gigi parlent beaucoup : il aime la faire rire avec d'invraisemblables anecdotes, elle veut tout savoir de son passé. La politique et la révolution sont au coeur du travail de Gigi, hanté par la mort de son père, tué en 1945 dans les rangs des partigiani.
Clara écrira à son tour sa version de l'histoire. Les souvenirs des jours lumineux sur la Méditerranée, des désaccords aussi - ne considérait-elle pas le militantisme de Gigi comme un combat d'arrière-garde ? - la plongent dans un flot d'émotions. Elle entame alors un «journal d'absence» dans lequel elle s'adresse d'abord à Gigi puis, peu à peu, à Elvira. A la jeune fille au seuil de sa vie sentimentale, elle confie, avec pudeur et tendresse, la plénitude de cet amour caché qui coexistait si bien avec sa vie - pourtant heureuse - au grand jour.
Pure bliss, gioia, joie, avait coutume de répéter Gigi. Une joie devenue le motif musical de cette attachante partition à quatre mains.

CLARA MAGNANI vit à Bruxelles. Joie est son premier roman.


  • Les courts extraits de livres : 15/12/2016

2014. Un matin de septembre. Ensoleillé. Mon père était en train de lire lorsque son coeur s'est arrêté. Comme ça, sans prévenir. Crise cardiaque. Aucune douleur. Ni chimio, ni paralysie. Nul besoin d'aller chez les Suisses quémander une pilule euthanasiante à plus de eux mille euros. C'était exactement comme ça qu'il avait toujours voulu tirer sa révérence. Il disait : «Un bel morir tutta la vita onora.» J'étais heureuse pour lui.
C'était la fin de l'été à Rome. Il portait son kimono préféré. Couleur prune, avec trois fleurs jaunes. Il s'était affalé sur la terrasse. Devant lui, une assiette d'abricots. Suaves. Il n'en avait mangé que la moitié d'un. La femme de ménage m'a appelée, dans tous ses états. A Rome, j'étais la seule personne qu'elle connaissait. Quand je suis arrivée, le disque qu'il écoutait n'était pas terminé. Gould continuait d'enchaîner ses Variations Goldberg comme si de rien n'était. J'ai passé la main sur son visage. Il souriait. Ses yeux étaient grand ouverts. Je les ai refermés.
Un peu plus tard, la police et l'ambulance sont arrivées. Les types ont haussé les épaules. Rien de trouble. Rien à élucider. Condoléances. Ils ont dit qu'ils allaient emporter le corps pour les formalités post mortem. En regardant autour de lui, l'un d'eux a émis un petit sifflement : «Non è maie questoposto... Pas mal comme endroit...»
J'ai demandé à la femme de ménage de revenir la semaine suivante. Puis je me suis assise dans le fauteuil de mon père et j'ai pleuré. Bach aussi était mélancolique. Pourquoi était-il mort maintenant ? Sa vie n'avait pas été facile au début. Il en concevait comme un vague mépris pour ceux à qui tout souriait. Il m'avait eue sur le tard. Une petite dernière qui aurait pu être sa petite-fille. Mais, à soixante-dix ans, il se sentait bizarrement plus proche des gens de vingt-cinq, ceux de ma génération, que de celle des quadras. Ces derniers ne l'intéressaient pas. «Faire du fric, un maximum de fric, le plus vite possible, sur le dos des autres : voilà leur devise», disait-il. «Vous, les plus jeunes, vous savez que le système est pourri et vous n'êtes pas dupes. C'est déjà ça.»
Giangiacomo. Gigi, comme tout le monde l'appelait, y compris ma mère Irma. J'ai repensé à l'expression de son visage à mon arrivée. Calme. Si calme. La tête posée sur la table. L'air de dormir. Il relisait un de ses livres préférés, L'Affreux Pastis de la rue des Merles, de Carlo Emilio Gadda. Le roman dont il ne pourrait jamais faire un film. «Les grands bouquins résistent à la pellicule», m'avait-il dit un jour. Je n'étais pas d'accord. «Et Visconti ? Le Guépard ? Et I Vicerè de Faenza ?» Il n'avait pas répondu. Un jour pourtant, un de ses amis avait eu avec lui le même débat. Il Gattopardo ? J'avais entendu sa réponse. Il trouvait le film un peu dolce. Je ne sais pas comment on dit ça en français, dolce : gentillet ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia