Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le génocide des Arméniens : mémoire des crimes de masse

Couverture du livre Le génocide des Arméniens : mémoire des crimes de masse

Auteur : Pascal Plas

Date de saisie : 26/12/2016

Genre : Sociologie, Société

Editeur : Lavauzelle, Panazol, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782702516539

GENCOD : 9782702516539

Sorti le : 30/11/2016

  • Les présentations des éditeurs : 22/02/2017

Sous la direction de Pascal Plas

L'extermination des Arméniens constitue le premier génocide du XXe siècle. Si, dans le dernier tiers du XIXe siècle, les tueries à rencontre des populations arméniennes sont nombreuses et terribles dans l'État ottoman, en 1915 il s'agit bien de l'éradication d'une communauté humaine millénaire du plateau d'Anatolie par une autorité étatique agissant au nom d'un projet idéologique global stigmatisant un groupe défini de façon religieuse et ethnique et détruit comme tel. Aujourd'hui encore pourtant ce génocide pose des questions de droit (droit pénal international, droits fondamentaux, science criminelle) et de mémoire (question de la reconnaissance, commémorations, monumentalité du souvenir, lois mémorielles). Ce sont ces deux axes qui ont été retenus par l'Institut international de recherche sur la conflictualité (liRCO), spécialisé dans la gestion des situations conflictuelles et post conflictuelles, lors des rencontres internationales qui se sont tenues à l'Université de Limoges pour le Centenaire. Cet ouvrage en est le résultat ; il réunit des approches diverses - juristes universitaires, historiens, avocat, essayiste - propres à revenir autrement sur un dossier empreint de souffrances, de querelles, d'enjeux politiques et diplomatiques qui l'empêchent de se refermer.

LISTE DES AUTEURS

Boris Adjemian, Historien, Bibliothèque Nubar de l'Union Générale Arménienne de Bienfaisance, Paris

Janine Altounian, Essayiste, membre fondatrice de l'Association internationale de recherche sur les crimes contre l'humanité et les génocides

Christian Charrière-Bournazel, Avocat au Barreau de Paris, Ancien Bâtonnier de l'Ordre, Ancien président du Conseil national des Barreaux

Daniel Kuri, Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, OMIJ, Université de Limoges

Pascal Plas, Directeur de l'Institut international de recherche sur la conflictualité - Chaire d'excellence Gestion du conflit et de l'après-conflit, OMIJ, Université de Limoges

Virginie Saint-James, Maître de conférences H DR en droit public, OMIJ, Université de Limoges, Institut international de recherche sur la conflictualité -Chaire d'excellence Gestion du conflit et de l'après-conflit


  • Les courts extraits de livres : 22/02/2017

LE CRIME DE MASSE ET LE DROIT

Virginie Saint-James, Maître de conférences HDR en droit public, OMU, Université de Limoges, Institut international de recherche sur la conflictualité - Chaire d'excellence Gestion du conflit et de l'après-conflit

«[...] Au cours de ce siècle, des millions d'enfants de femmes et d'hommes ont été victimes d'atrocités qui défient l'imagination et heurtent profondément la conscience humaine».
Cet extrait du Statut de Rome donne la mesure à la fois de ce que l'on appelle «crime de masse» et de la perplexité que ces horreurs engendrent dans l'esprit humain. A cette indignation comment peut-on réagir en sciences humaines et singulièrement, comment le droit peut-il, (doit-il), inscrire une norme et poser une sanction ?
L'expression «crime de masse» comprend d'abord le terme de crimes, (massacre) meurtres en grand nombre. Mais pourquoi le crime est-il «de masse» ? Selon le dictionnaire juridique, le crime au sens général est «la transgression particulièrement grave, attentatoire à l'ordre et à la sécurité, contraire aux valeurs sociales admises, réprouvée par la conscience et punie par les lois». Au sens technique, il s'agit d'une «espèce d'infraction pénale appartenant à la catégorie des plus graves d'entre elles ; en droit international général violation du droit des gens d'une particulière gravité et de ce fait, susceptible de donner lieu à une répression collective et même universelle (piraterie, actes contraires aux lois et coutume de la guerre (crimes de guerre), depuis le Tribunal de Nuremberg, la notion englobe aussi en principe le déclenchement d'une guerre (crime contre la paix) et les violations des droits essentiels de la personne humaine (crime contre l'humanité).»
Le droit en revanche ne connaît guère le terme de «masse», si ce n'est à travers la «masse des créanciers», l'ensemble des biens ayant le même régime ou l'expression «masse salariale» qui ne nous intéressent guère aujourd'hui.
C'est que l'expression appartient à d'autres champs disciplinaires. J. Sémelin, l'un de ses promoteurs, l'emploie dans le sens d'une définition des massacres d'une population civile. Il s'agit selon lui : «de l'expression la plus adéquate pour désigner de manière assez neutre l'ensemble des cas connus» - car elle présente des qualités de neutralité scientifique et de généralité scientifique - pour les «destructions pures et simples des civils en grand nombre» par «un acte ou une série d'actes collectivement organisés, dont le but et de provoquer la mort de groupes d'humains non armés». Ce qui caractérise la notion à ses yeux est le nombre des victimes, (sans aucun critère numérique précis) ; et le caractère collectif retenu à un double titre : l'organisation collective et la mort collective. Ce dernier terme tend souvent, mais, pas toujours, à privilégier les actes commis avec l'aide de l'appareil de l'État, plus à même d'organiser le crime collectif. On ajoutera que la référence à un groupe «d'humains non armés» est sans doute problématique en ce sens qu'elle exclut de la notion des crimes de guerre commis à l'encontre de parties à un conflit, mais en violation des règles relatives à la conduite des hostilités, par exemple par utilisation d'armes prohibées. Il est vrai que l'auteur varie dans ses définitions. Dans Purifier et Détruire, il se réfère à «une forme d'action le plus souvent collective de destruction de non combattants», expliquant qu'il tente ainsi d'éviter les pièges de la notion de génocide. Aussi, le vocable reste-t-il une constante des approches scientifiques pluridisciplinaires. L'expression est aussi très présente en anglais, sous la forme «Mass atrocities», notamment dans le vocabulaire des organisations non gouvernementales, où elle fait donc partie du répertoire militant.
Cette expression ne résout en rien la question pour le juriste. Pourtant, dans une préoccupation jus naturaliste, il est évident que le droit à sa place face aux massacres quant à la double nécessité de la prévention, et d'une réponse sur le terrain du droit de la responsabilité, quelle que soit sa nature.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia