Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jean Pruvost

enseigne l'histoire de la langue française

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Lucie Desaubliaux

séduit par son écriture au scalpel et ses dialogues imparables

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Anne B. Ragde

est l'une des plus grandes romancières Scandinaves,

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Les personnages de Jacques Vandroux

lui offrent des nuits balanches

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Virginie Despentes

est l'auteure notamment de "Les Jolies choses"

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jordan Harper

est originaire du Missouri

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les enfants perdus

Couverture du livre Les enfants perdus

Auteur : François Hauter

Date de saisie : 30/03/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Rocher, Monaco, France

Collection : Littérature

Prix : 19.90 €

ISBN : 9782268090535

GENCOD : 9782268090535

Sorti le : 15/03/2017

Trois parents, issus de mondes très différents, sont prêts à tout pour sauver leurs enfants.
Bienaimé, le haïtien, se retrouve aux prises avec des esclavagistes pour offrir une scolarité de qualité à sa fille.
Stanislas, le strasbourgeois, va, tel un vagabond, s'enfoncer dans l'Australie pour retrouver son fils recherché par les autorités.
Rose, femme froide et dominatrice, va jouer sa fortune et sa carrière pour sortir sa fille des geôles thaïlandaises.
A travers leurs voyages, leurs routes vont se croiser.
Ce roman nous fait découvrir certaines facettes du genre humain à travers la confiance que l'on peut donner à de parfaits inconnus ou à travers l'amour maternel ou paternel étrangement reçu par les enfants.
De grandes leçons de vie et de partages, beaucoup d'amour, de haine, de réflexions, d'échanges, d'égoïsme et de dons : l'humain !


  • Le courrier des auteurs : 10/05/2017

1) Qui êtes-vous ? !
Si un homme est ce qu'il a fait de sa vie, j'ai été quatre décennies durant grand reporter dans un quotidien, en me consacrant d'abord aux terrains de guerre (Liban, Cambodge, Afghanistan, Tchad...), puis en plongeant mes racines longuement dans certains pays (Chine, États-Unis), avant de diriger les services culturels de mon journal huit années durant. Et enfin je me suis consacré à des enquêtes au long cours, autour du monde (, éditions Carnet Nord, prix Hachette, puis , éditions Carnet Nord), pour finir par la France (< Le bonheur d'être Français>, chez Fayard).
Mes racines sont alsaciennes, c'est-à-dire cette civilisation du Rhin que l'on méconnait largement en France. Et suisses par mes ancêtres depuis l'époque de la révocation de l'Édit de Nantes.
J'aime particulièrement l'Afrique et l'Asie, des civilisations dans lesquelles j'ai rencontré des hommes hors du commun, j'y ai été particulièrement heureux.
Enfin ma fille Fleur, à moitié chinoise, est le centre de ma vie.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Trois personnages confrontés à la disparition d'un enfant, vont sillonner le monde pour les sauver. Leurs destins se croiseront entre Strasbourg, Biarritz, Port au Prince et Jacmel (en Haïti,) Hong-Kong, Bangkok, Phuket, Sydney, le bush australien et Auckland, en Nouvelle-Zélande. Ils se remettent en question, s'interrogeant sur la nature des relations humaines, notamment le lien filial, la liberté et le bonheur.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?


4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Enigma Variations Op 36 ; le chef est Yuri Temirkanov, l'orchestre celui de Saint Petersbourg (https ://m.youtube.com/watch ?v=SvA6FtN8-no)

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Nous sommes ce que nous offrons aux autres.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Non pas de rituels, j'écris le soir, je prends beaucoup de notes le jour, une habitude de journaliste.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Beaucoup dans l'actualité, je lis quatre à cinq quotidiens divers chaque jour. Et lorsque je trouve qu'un Airbus d'Air France est bloqué dans un aéroport à cause d'une souris montée à bord, j'écris la scène ! Quitte à la couper plus tard, si elle alourdit le récit. Dans mon roman, toutes les situations sont inspirées de faits réels. Les 300 000 enfants esclaves d'Haïti existent, les esclaves noirs au Qatar et en Arabie saoudite existent par centaine de milliers également, les fonds vautours qui démantèlent des multinationales saines existent, les milliardaires qui organisent l'évasion de leurs enfants hors des prisons thaïlandaises grâce à des mercenaires existent, la drogue chinoise et birmane qui inonde le royaume de Thaïlande existe, les swagmen en Australie existent...

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Par le biais du reportage personnel : j'aimais la liberté de ton d'Albert Londres, et je m'en suis inspiré. Jeune homme, je réécrivais les histoires lues dans les journaux pour les rendre plus vivantes, mais sans modifier les faits. Ensuite, pour mon roman (Stock, 2002), j'ai voulu ne mettre dans la peau d'un Chinois. Et dire tout ce que je ne pouvais jamais raconter dans mes reportages. L'impuissance des hommes dans ce pays à se livrer, à aimer une femme, terrassés qu'ils sont par la peur, depuis leurs enfances. J'ai été heureux lorsque des amis chinois m'ont dit : .

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Malraux, Morand, Kessel, et surtout Blaise Cendrars, que je n'imaginais pas vraiment comme un citoyen Suisse !

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
L'utilité des écrivains, c'est une étrange question... Un livre est un ami. Plus ou moins proche. Parle-t-on de d'un ami ? Un poème de Louise Labé est-il ? Non il est merveilleux, comme est stupéfiant le désespoir de Thomas Hardy, la musique impalpable de Kundera, l'art de conter d'Isaac Singer ou la générosité de Giono ! Donner du plaisir comme j'en ai eu, n'est-ce pas le minimum ?


  • Les présentations des éditeurs : 10/05/2017

Les enfants ! À quoi serions-nous prêts pour eux ?

Qu'arrive-t-il lorsqu'ils disparaissent au bout du monde ou sont condamnés pour trafic de drogue ? C'est l'aventure de Stanislas, chef d'entreprise provincial enfermé dans ses habitudes, quand il apprend que son fils est recherché en Australie. Même bouleversement pour Rose, femme d'affaires cynique et puissante qui doit délivrer sa fille des terribles prisons thaïlandaises. Quant à Bienaimé, l'Haïtien, pauvre comme Job, il est prêt à se vendre comme esclave au Qatar pour sauver sa fille de la misère.
Un récit initiatique dans lequel les destins de ces trois personnages qui n'auraient jamais dû se rencontrer s'entremêlent autour de ceux de leurs enfants. Les parents ne partent pas avec la même chance, mais le plus fort n'est pas celui que l'on croit.

François Hauter, écrivain et journaliste franco-suisse, vit à Montreux. Il a été grand reporter et rédacteur en chef du Figaro, après avoir couvert les conflits du monde entier. Il a été correspondant en Afrique, aux États-Unis et en Chine. Il est lauréat du Prix Albert Londres et du prix Hachette pour son ouvrage Planète chinoise (Carnets Nord). Les enfants perdus est son second roman, après Rouge glacé (Stock).


  • Les courts extraits de livres : 10/05/2017

Strasbourg : Stanislas et la pince de crabe

D'une seconde à l'autre, notre regard sur le monde peut basculer. Pour Stanislas, ce matin-là, le monde ressuscita.
- Le garçon est dans la salle d'attente...
La secrétaire indiquait la porte près de son bureau :
- Il dit qu'il vient de la part de monsieur Alexandre. Il est là depuis une heure, c'est un excentrique vous verrez !
Stanislas resta debout sans un mot. Pour finir par dire, en bégayant :
- Vous... Vous me l'envoyez !
Alexandre, son fils unique, était vivant ! Trois mois de silence, pas le moindre signe de vie ! Le garçon avait décidé ce tour du monde en un clin d'oeil, le père n'avait rien su lui opposer. Depuis la mort de Jeanne, la mère d'Alexandre, dans un accident de voiture deux ans plus tôt, le fils et le père étaient grignotés par la souffrance, pétrifiés, tels ces vieux couples incapables d'affronter les sujets blessants. En février dernier, le fils s'était éloigné en silence, juste après son vingt-troisième anniversaire. Le père avait suivi sur un atlas sa traversée des Indes, sa descente vers l'Asie du Sud, son long séjour sur une petite île des Philippines. Alexandre avait ensuite débarqué en Australie, à Darwin, ou il avait reconstruit des maisons après le passage d'un typhon. Il s'apprêtait à s'enfoncer dans le désert. C'est ce qu'il racontait à son père dans un ultime message. Depuis, plus rien.
Pour Stanislas, tourmenté par ces coins réputés les plus ingrats du globe, les nuits n'en finissaient plus. Alexandre, buté et poétique, généreux et émotif, s'était éloigné et n'était arrivé nulle part. Mort peut-être...
La secrétaire passa la tête par la porte, annonçant le visiteur :
- Monsieur, il est là.
Un type immense, de l'âge d'Alexandre, le cheveu jaune et ras, apparut. Sur son t-shirt jaune clair était inscrit : John Lemmon.
Dans le décor des bureaux, avec les reliures en cuir des conseils d'administrations et des assemblées générales sur d'élégantes étagères en acajou, ce John Lemmon détonnait.
- Hi ! I am Kevin ! dit-il
- Stanislas ! répondit le père, le coeur battant.
Les deux hommes se serrèrent la main, en détournant chacun, insensiblement, la tête.
Stanislas n'aimait pas les vagabonds, et ce Kevin en avait toutes les apparences avec son pantalon beige pas net, son sac crasseux et sa barbe de trois jours.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia