Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Faubourg des minuscules : une Remington pour arme

Couverture du livre Faubourg des minuscules : une Remington pour arme

Auteur : Edouard Bernadac

Date de saisie : 21/04/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782350874135

GENCOD : 9782350874135

Sorti le : 11/05/2017

  • Les présentations des éditeurs : 10/05/2017

Paris, été 1944-. Tandis que la capitale vit au rythme de l'Occupation, Juan Vega, un ébéniste catalan fuyant le franquisme, s'éprend de Marie Malcaras, une ravissante jeune femme qui lui a confié une bergère Louis XV à restaurer. En décidant d'aller livrer le fauteuil lui-même, il se retrouve au Chabanais, une maison close fréquentée par des nazis et la faune interlope de l'époque. Qui est vraiment Marie ? Et pourquoi le charge-t-elle d'aider un célèbre dramaturge, ivre mort, à rentrer chez lui ce soir-là ?

Entre marché noir, miliciens et réseaux clandestins, Faubourg des minuscules nous entraîne dans un Paris peuplé d'antihéros, résistants malgré eux ou collabos de fortune, à la veille de la Libération. Un roman vaudeville qui prouve que les actes de courage et les petites lâchetés du quotidien vont souvent de pair...

L'AUTEUR
Écrivain et scénariste, Édouard Bernadac a notamment créé la première série policière française se déroulant dans le milieu carcéral. Il a publié, entre autres, Ice, Quai Voltaire, 1994, Ixxaun, Ramsay, 2000, prix Gironde, Cantique des Ténèbres, Baleine Noire, 2010 et Violante, Prisma, 2014.


  • Les courts extraits de livres : 10/05/2017

Mon père rencontra Marie à l'atelier. Elle arriva un matin, portant les débris d'une chaise Louis XV dans ses bras nus. Il tomba instantanément sous son charme.
Elle avait à peine vingt ans, de grands yeux verts toujours en mouvement, comme s'ils appréhendaient une menace. Longues et fines, les jambes de Marie étaient peintes couleur caramel, avec une ligne noire dessinée derrière les cuisses jusqu'aux talons, de manière à imiter des bas de soie à couture.
Lorsqu'elle lui sourit, son visage prit une expression d'une infinie douceur, ses yeux cessèrent de guetter le danger, et elle laissa échapper un petit rire qui transperça mon père jusqu'à l'âme. Depuis des mois, depuis son exil, son passage de la frontière par les cols enneigés des Pyrénées, son errance interminable sur les routes, depuis les regards durs ou indifférents qui accueillaient les réfugiés et que mon père n'oublia jamais, depuis Barcelone même, où finalement, il n'avait pas été si heureux que cela, un sentiment confus, mélange de bonheur et d'inquiétude féroce, lui brûlait soudain la poitrine. Il avait désormais la certitude que la vie avait un sens puisque cette fille existait et qu'elle était là, devant lui, illuminant l'atelier d'un simple sourire. Le coeur de papa se mit à battre à tout rompre. Il se sentait animé, exalté par une énergie généreuse et puissante. La peur des contrôles, les arrestations, les assassinats, les lâchetés permanentes, toute cette absurdité qui avait déferlé sur l'Europe en vagues de haine, charriant les corps comme des algues mortes, cette infection se dissolvait dans les boucles blondes de Marie.
«Vous pouvez la réparer ?» lui dit-elle en posant sur l'établi les ruines de la chaise.
Sa voix était un peu rauque - surprenante, compte tenu de son visage tout de grâce et de lumière. Ce n'était pas une voix de jeune fille sage : son timbre suggérait qu'elle était moins ingénue que son apparence le laissait supposer.
Mon père observa en douce ses jolies jambes. Elle remarqua aussitôt le changement de direction de son regard et, lorsqu'il releva les yeux, elle lui souriait toujours, mais l'innocence avait disparu. Marie était de nouveau sur ses gardes. La magie s'était envolée.
«Alors, vous pouvez la réparer, oui ou non ?»s'impatienta-t-elle.
Papa examina les morceaux épars de la chaise. La seule chose envisageable, c'était d'en faire du bois de chauffage. A cette époque, quantité de meubles finissaient dans les flammes, raison pour laquelle l'atelier avait perdu la majorité de sa clientèle. Parfois, Pepe mettait une machine en marche, histoire de faire un peu de bruit, pour le souvenir en somme. L'atelier s'ouvrait sur une cour intérieure que partageaient d'autres artisans tout aussi désoeuvrés. Quand le tintamarre commençait chez Pepe, le bronzier ne tardait pas à l'imiter, puis le serrurier, et enfin l'imprimeur dont la rotative surpassait en nuisance sonore toutes les machines de ses voisins. Les pavés de la cour se déchaussaient comme les dents d'un vieux boxeur lorsque son monstre de métal s'animait. Mais aujourd'hui, Pepe était en vadrouille. L'imprimeur avait dû rendre visite à son amie qui habitait sur l'autre rive de la Seine. Quant au serrurier et au bronzier, ils étaient tranquillement assis sur un banc dans la cour. Les machines sommeillaient comme de gros chats sous la herse aveuglante des rayons du soleil. «Je n'ai pas toute la journée, moi !
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia