Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les femmes de La Principal

Couverture du livre Les femmes de La Principal

Auteur : Lluis Llach

Traducteur : Serge Mestre

Date de saisie : 11/07/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 22.80 €

ISBN : 9782330078300

GENCOD : 9782330078300

Sorti le : 29/04/2017

Été 1893, La Principale, superbe demeure bourgeoise est au bord de la faillite. La famille s'exile alors à Barcelone laissant la propriété en héritage à la jeune Maria. Commence alors le règne des femmes sur La principale, règne qui se poursuivra sur un siècle. Lluis llach propose, à travers plusieurs récits qui s'enchâssent, trois beaux portraits de femmes fortes et fières, ayant acquis leur liberté à la force du poignet et bien décidées à la conserver coûte que coûte. Originales et indépendantes, elles sauront obtenir un pouvoir que les hommes cherchent trop souvent à leur refuser, tout en conservant ce brin de folie qui nous rend si humain.


  • Les présentations des éditeurs : 17/05/2017

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS

Lorsqu'en 1893 le phylloxéra s'abat sur les vignes catalanes, Maria a vingt ans et, pour son malheur, quatre frères. L'avenir de la famille se jouera désormais à Barcelone, où le patriarche a commencé d'établir ses fils. La décision est irrévocable et Maria le sait : nulle place pour elle dans ce plan. Elle restera au village pour porter haut les couleurs de la famille, condamnée à dépérir auprès des ceps infectés. Pour prix du sacrifice, lui reviendront en héritage l'intégralité du domaine avec sa somptueuse bâtisse - la Principal -, ses dépendances et d'innombrables arpents de vignes qu'avec une intelligence et une opiniâtreté sans égales elle parvient, contre toute attente, à faire prospérer. Comme le feront plus tard sa fille puis sa petite-fille.
A l'hiver 1940, un inspecteur se présente pour rouvrir l'enquête sur le meurtre d'un ancien contremaître dont le cadavre a été déposé devant la maison le 18 juillet 1936. Au fil des interrogatoires, les récits et souvenirs mettent en lumière les secrets et les passions des habitants de la demeure, réfractaires invétérés à la morale complaisante issue de la guerre civile.
Fières, excentriques, manipulatrices, pendant plus d'un siècle les femmes de la Principal régenteront le domaine et "régneront" sur le village. Elles aimeront des hommes, parfois avec ferveur, mais jamais autant que leurs terres et leurs vignes.

Lluis Llach est né en 1948 à Gérone. Figure de proue du combat pour la culture catalane pendant le franquisme, il a à son actif comme chanteur une trentaine d'albums.
Retiré de la scène artistique en 2007, il est élu député au sein du Parlement catalan et se consacre à une fondation créée au Sénégal pour soutenir la commune de Palmarin, dans le Sud du pays, et à la culture de la vigne dans le Priorat.


  • Les courts extraits de livres : 17/05/2017

1

LE FAUTEUIL À BASCULE

Jeudi 7 novembre 1940

Ursula grimpa au premier étage pour faire ce qu'elle faisait d'habitude lorsqu'elle était seule : elle prit place sur le fauteuil à bascule de M. Andreu, chercha dans sa mémoire l'image de cet homme et se dit "qu'il repose en paix".
Puis, tout comme d'habitude également, elle promena son regard parmi les meubles et les objets qui occupaient le grand salon de la Principal. "Il y en a bien trop", se dit-elle. Depuis qu'on y avait installé le grand piano à queue, la pièce lui semblait très encombrée. Il lui faudrait absolument y passer le plumeau car, à contre-jour des fenêtres, la poussière qui se trouvait sur le couvercle laqué de l'instrument indiquait qu'elle n'avait pas fait le ménage depuis trois jours. En réalité, elle n'était plus guère capable que de cela : faire la poussière. Mais les nombreuses années qu'elle avait passées au service de la maison et l'estime que Maria éprouvait pour elle lui conféraient certains privilèges. Comme ce matin où les servantes et les ouvriers de la Principal avaient été obligés d'aller à la messe au Mas Gran avec la Senyora, alors qu'Ursula, elle, en avait été dispensée.
C'est dans ces moments-là, lorsqu'elle restait toute seule, qu'elle montait dans les appartements des maîtres des lieux et allait s'asseoir sur le fauteuil à bascule d'Andreu. Elle s'y asseyait avec prudence et glissait précautionneusement un coussin derrière sa tête. Puis, une fois installée, elle commençait à observer chaque objet l'un après l'autre comme si elle les découvrait pour la première fois. Il y en avait toujours un qui éveillait ses souvenirs et la conduisait doucement jusqu'aux portes du sommeil.
Elle était déjà bien installée lorsqu'elle aperçut soudain un rai de lumière par l'entrebâillement d'une porte mal fermée. Cela venait de la bibliothèque. Ah, Maria avait encore oublié d'en couper la lumière. "Depuis quelques jours, la gamine s'enferme trop longtemps là-dedans", grommela-t-elle en se levant. Puis elle entra dans la pièce pour éteindre la lampe éclairant la table de travail couverte de papiers, de plans gribouilles, d'écrits raturés, de livres numérotés... Elle ignorait ce que la gamine était en train de mijoter, mais il était évident que quelque chose lui trottait dans la tête. Et même quelque chose d'important, car elle avait interdit que quiconque, à la Principal, pénétrât dans cette pièce. Sauf Ursula, pour aérer les tapis, balayer le sol et faire la poussière sur les meubles. Elle lui avait auparavant fait jurer sur Dieu et sur la Vierge de ne toucher à aucun papier et de laisser tous les objets à leur place.
Elle retourna en maugréant sur le fauteuil à bascule. Les sièges qui font une vertu du déséquilibre sont parfois traîtres, aussi bien quand on s'y installe que lorsqu'on les quitte, et plus encore à l'âge où la force a abandonné vos bras et presque tous les muscles de votre corps. Elle chercha un instant une bonne position et, alors qu'elle recommençait son rituel d'observation, crut entendre le heurtoir de la grande bâtisse que quelqu'un actionnait tout doucement. Elle se dit que c'était certainement un des gamins de Pous qui faisait des blagues et frappait à toutes les portes des maisons et ne s'en soucia pas davantage. Une grosse fatigue venait de l'envahir et elle renonça à se lever une nouvelle fois. Pénétrer dans la bibliothèque venait de raviver en elle le souvenir de l'époque où la Vieille - c'est ainsi que tout le monde appelait Maria Roderich, la mère de la senyora actuelle - avait organisé cette magnifique salle de lecture, en hommage à son mari, Narcís Magí. Oh, oui ! On peut dire que ce furent de magnifiques années !...
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia