Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Et si les Beatles n'étaient jamais allés sur la Lune ?

Couverture du livre Et si les Beatles n'étaient jamais allés sur la Lune ?

Auteur : Erik Ornakin

Date de saisie : 16/06/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : les Ed. du Léopard masqué, Paris

Prix : 22.00 €

ISBN : 9782350490366

GENCOD : 9782350490366

Sorti le : 29/03/2017

Comment, vous ne connaissez pas encore Erik Ørnakin, ce doux dingue aussi fêlé que la barre qui fend en deux le «Ø» de son nom de viking ? Il faudrait donner plus souvent un stylo aux écrivains qui ne se mettent aucune limite. Attention vous avez entre les mains du loufoque de niveau olympique. Risque de malaise cardiaque pour les adeptes du politiquement correct et les esprits rationalistes qui risquent de finir dyslexiques ! Quant aux autres, ils continueront de rire à gorge déployée pendant leur sommeil.


  • Le courrier des auteurs : 08/06/2017

1) Qui êtes-vous ? !
Erik Ornakin, écrivain français aux ambitions humoristiques.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Un complot savamment ourdi contre les Beatles. On retrouve dans un vieux coffre nazi oublié des partitions du compositeur allemand, Richard Strauss. À l'étude de ces partitions, on découvre 28 chansons des Beatles !
Comment est-ce possible ? ! Un scandale planétaire explose. Une comédie policière et musicale à la Tom Sharpe, matinée de Monty Python.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Vous croyez qu'il s'agit du bon nazi ?
- Il n'y a pas de bon nazi !»

Ou
Si les Beatles sont les nouveaux Schubert, pourquoi n'ont-ils pas écrit La belle meunière ?

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Le chevalier à la Rose... mais avec des épines.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le plaisir de rire, le sens du décalage et de la dérision si nécessaire de nos jours.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'ai un fusil pour chasser les poncifs... c'est tout. J'espère qu'il ne s'enrayera pas.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
J'arrêterai sans doute d'écrire le jour où j'aurai la réponse... j'en ferai un manuel et je deviendrai riche.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Non. J'ai écrit mon premier livre à quarante ans. L'imagination mène à tout... parfois à rien mais c'est elle le premier moteur.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Michel Strogoff, Jules Verne, Mort à crédit, Céline, L'enquête sur la Monarchie, Maurras.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
À tout, à rien... ça dépend de la quête de chaque lecteur.
Je pense que Marc Levy ne sert pas à la même chose que Céline.
Mais le verbe «servir» ne va pas.


  • Les présentations des éditeurs : 16/06/2017

Et si les Beatles n'avaient pas écrit leurs chansons ?

À l'ouverture d'un coffre appartenant à un ancien nazi, dans une banque suisse, on découvre des toiles disparues de Klimt et de Courbet, ainsi qu'un recueil de mélodies inconnues du compositeur autrichien Richard Strauss.

Surprise ! A l'étude des partitions, on reconnaît quelques-uns des plus grands tubes des Beatles ! Comment des mélodies enfermées dans un coffre depuis 1945 ont-elles pu se retrouver sur les cordes des guitares des Fabulous four de Liverpool vingt ans plus tard ?

Scandale ! La planète est en émoi. Les garçons dans le vent n'auraient pas écrit leurs meilleurs titres... Autour d'un flic cocu, d'un chasseur de nazis mégalo et d'une musicologue qui déteste les Beatles, s'orchestre le complot le plus déroutant depuis celui des Américains sur la Lune !


  • Les courts extraits de livres : 16/06/2017

Extrait du prologue

GOOD MORNING, GOOD MORNING

Sud de l'Angleterre

Paul McCartney sortit de ses toilettes le sourire aux lèvres et le sifflotement enjoué. Il venait de trouver une petite mélodie des plus sympathiques... un futur tube. C'était son karma, il ne savait faire que ça. Tirer la chasse d'eau pouvait lui rapporter des centaines de millions de livres en quelques minutes. On se souvient que la pop star avait accouché (c'est une image) de Scramble eggs, autrement appelée Yesterday, dans ces mêmes conditions. Trop de produits laxatifs auraient-ils diminué son potentiel créatif ? Sans doute pas. Paul McCartney est probablement un des quelques génies musicaux de la deuxième partie du XXe siècle avec Stravinsky, John Williams, Benjamin Britten, Jerry Goldsmith, Antonio Carlos Jobim, Henry Mancini, Dmitri Chostakovitch et deux ou trois autres. Il avait simplement, comme beaucoup d'hommes, des lieux de prédilection pour réfléchir... Et quand un pop writer de cette envergure réfléchissait aux toilettes, les conséquences étaient juteuses.
Paul McCartney était un homme riche, immensément riche et il vivait dans des maisons d'hommes immensément riches. Il y avait bien longtemps qu'il avait délaissé sa ferme écossaise, où il fabriquait ses disques entre deux tontes de moutons et des longues balades à cheval devant les «mules» de Kintyre, pour des demeures plus spacieuses entre Londres, New York ou Tucson, Arizona.
Il se trouvait là dans sa grande demeure du sud de l'Angleterre, à Peasmarsh, dans le Sussex et coulait quelques journées de repos avant de reprendre une nouvelle tournée mondiale où il régalerait, une fois encore, la planète avec les tubes des Beatles... Car Paul McCartney était un ancien Beades. Vous connaissez peut-être, les Beatles ! Ces quatre garçons dans le vent qui révolutionnèrent l'histoire de la musique populaire dans les années soixante. Paul, John, Georges et Ringo, les quatre chevelus postmodernes, les porte-parole de toute une génération merveilleuse qui s'ouvrait enfin aux joies tant bafouées de la véritable liberté... Sex, drugs and rock & roll. Époque bénie où tous les verrous sautaient les uns après les autres à grands coups de fleurs et de chansons d'amour... Époque où le monde était beau, idéal, séduisant, qui offrait des invitations aux voyages en faisant la nique aux interdits sexuels, en s'émancipant des autorités les plus excessives, en se moquant des religions castratrices... L'explosion des groupes de rock agressif, progressiste, néo-progressif, alternatif, psychédélique, folklorique, symphonique, à Billy, faisait plus de bruit que les bombes qui commençaient à tomber sur les rizières du Vietnam. Parenthèse dorée avant la nouvelle mise à feu du monde.
Paul descendit l'imposant escalier qui menait au salon et se dirigea vers la cuisine. Il s'arrêta un instant devant le grand miroir qui lui renvoya l'image d'un homme qui n'avait plus tout à fait sixty-four, mais qui faisait tout pour garder une soixante-quinzaine en bon état. Il balança sa mèche colorée auburn qui virait au roux artificiel et se promit de passer un savon au coiffeur qui avait raté sa couleur. Paul avait gardé cette coquetterie d'antan où il était le «plus mignon des quatre». Le visage poupin et rieur s'était buriné avec les affres d'une vie intense ouverte à tous les excès, mais la jeunesse restait chevillée au corps et l'oeil était toujours taquin... Il s'en fit un clin, imita un revolver avec deux doigts et se tira dessus avec affection. Paul s'aimait... et il avait raison, car une grande majorité des Terriens l'aimait aussi. Peu d'hommes vivants pouvaient s'enorgueillir d'une pareille adulation.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia