Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les enjeux de la traduction dans les agences de presse

Couverture du livre Les enjeux de la traduction dans les agences de presse

Auteur : Lucile Davier

Date de saisie : 12/06/2017

Genre : Langues

Editeur : Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d'Ascq, France

Collection : Traductologie

Prix : 28.00 €

ISBN : 9782757415900

GENCOD : 9782757415900

Sorti le : 11/05/2017

  • Les présentations des éditeurs : 12/06/2017

La traduction joue un rôle central dans la production d'information par les agences de presse et pourtant, elle est longtemps passée inaperçue. Est-ce dû à l' image que les journalistes ont de la traduction ?

Traductologie et sciences de la communication entrent en dialogue pour répondre à cette question. Comment les agenciers participent-ils à la production d'information en plusieurs langues ? Quelles sont les conséquences des stratégies de traduction adoptées par les journalistes ?

Par son enquête de terrain, cette étude ouvre la porte d'une agence mondiale, l'Agence France-Presse, et d'une agence nationale, l'Agence télégraphique suisse. Par son analyse discursive, elle illustre les conséquences d'une conception étroite de la traduction sur des dépêches d'agence consacrées à un problème public : l'interdiction des minarets en Suisse.

Lucile Davier
est chercheuse à l'Université d'Ottawa et maître-assistante à l'Université de Genève. Elle est titulaire d'un doctorat en traduction et en communication. Ses intérêts de recherche comprennent la traduction journalistique et les approches ethnographiques de la traduction.


  • Les courts extraits de livres : 12/06/2017

Extrait de l'introduction

En 2009, E. Bielsa et S. Bassnett écrivent : «Approaches to news translation, a topic which has hardly been tackled in translation studies, are scarce» (2009 : 62). Elles notent également que la plupart des contributions scientifiques au début du XXIe siècle provenaient de praticiens (Hursti 2001 ; Garcia Suárez 2005 ; Vidal 2005 ; Tsai 2006). Plus d'attention est portée à la traduction journalistique ces dernières années, notamment dans plusieurs thèses de doctorat en cours (cf. les travaux de van Rooyen et Naudé 2009 ; van Rooyen 2011 ; Franck 2012) ou récemment soutenues (Tesseur 2014), et nombreux sont les étudiants s'intéressant à ces questions qui touchent à leur environnement médiatique. Le présent ouvrage s'adresse principalement à cette communauté de chercheurs et d'étudiants en pleine expansion.
Bien que de nombreux travaux en communication consistent en des analyses comparatives de discours médiatiques (p. ex. Arquembourg 1998, 2005, 2006 ; Guerrero-Bernal 2006 ; Lochard 2006 ; Hauser et Luginbühl 2012 ; Kelly-Holmes et Milani 2013), rares sont ceux qui abordent la problématique de la traduction. Il m'a semblé que la seule manière de remédier à ce manque d'intérêt croisé (Demont-Heinrich 2011) était de mettre en contact traductologie et sciences des médias et de la communication. Ce souci d'interdisciplinarité rejoint selon M. Baker une tendance dans le monde académique à repousser les frontières à l'intérieur de chaque discipline (2001 : 17). En plus d'une analyse comparative d'un problème public, cet ouvrage propose donc aux chercheurs et aux étudiants en information, médias et communication une ouverture aux questions du multi-linguisme et de la traduction. C'est pourquoi la première partie de ce travail vise à faire dialoguer traductologie et sciences de la communication.
Par ailleurs, du côté des agences de presse, peu de travaux sont disponibles. É. Lagneau note que, malgré des études qui ont fait date comme celles d'O. Boyd-Barrett et M. Palmer (1981), de M. Mathien et C. Conso (1997), ou d'O. Boyd-Barrett et T. Rantanen (1998a), «les blancs sur la carte restent encore très nombreux» bien que les agences opèrent «un premier tri dans le flux événementiel» (Lagneau 2002 : 59). Grâce à son enquête de terrain, le présent travail permet donc tant aux chercheurs en traduction qu'en communication de jeter un coup d'oeil plus récent dans l'univers jalousement gardé des agences d'information.

°

Étudier la traduction dans les agences de presse n'est pas un hasard. Non seulement la traduction y occupe une place centrale en termes quantitatifs (Bielsa et Bassnett 2009 : 67), mais encore les agences de presse jouent un rôle crucial dans la production transnationale d'information : «news agencies are in many cases the first to approach and describe new realities, creating ways of addressing them and introducing new vocabulary to represent them, thus exerting a palpable influence upon other news organizations» (ibid.). Même si le rôle des agences de presse est en train de se décentrer (Boyd-Barrett 1998 ; Boyd-Barrett et Rantanen 1998b), les agences de presse sont toujours considérées comme des «grossistes d'informations» (Lagneau 2002 : 59) et contribuent encore largement à la dissémination d'informations au niveau transnational étant donné qu'elles desservent nombre d'autres médias (Boyd-Barrett 1998). Non seulement ces vastes agences de traduction (Bielsa et Bassnett 2009 : 56) sont les premières à mettre en discours certains événements ou problèmes publics, mais elles sont également responsables de les faire passer par des frontières linguistico-culturelles.
Or, M. Baker (2001 : 9) ainsi que A. Chesterman et R. Arrojo soulignent le rôle de la traduction dans la construction des cultures, des sociétés et des idéologies : «Like originals, translations can affect whole cultures, including the (typical/prevalent) perception of one culture by another culture. Cultures of course include languages» (2000 :155). Ces traductologues mettent donc en relief le lien inhérent entre culture et langues, d'une part, et entre traduction et impact social, d'autre part. Ces propos trouvent un écho auprès de théoriciens issus d'autres disciplines. E. Mertz et J. Yovel rappellent notamment que la langue n'a pas que des fonctions représentationnelles : «it shapes the way we say things [...] - and thus how we engage in much of socialaction» (2000 : 10-11). Écrire, traduire, c'est donc agir culturellement et socialement.
D'une manière générale, le pouvoir potentiel des traducteurs et des interprètes en tant que médiateurs culturels est immense (Sela-Sheffy et Shlesinger 2008 : 80). Le rôle de la traduction dans les agences de presse en particulier est donc déterminant. En outre, la traduction journalistique est d'autant plus capitale qu'elle suit une tendance générale à remettre en question des concepts bien ancrés en traductologie, comme ceux de «texte source» et de «texte cible» (Baker 2001 : 15), et à les pousser dans leurs retranchements théoriques. Cette réflexion revêt une importance capitale pour l'ensemble des traductologues et des linguistes étant donné qu'elle touche aux limites et à la définition de la traduction en s'appuyant sur une enquête de terrain et une analyse de corpus qualitative.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia