Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les contes facétieux du cadavre : recueil de contes populaires tibétains

Couverture du livre Les contes facétieux du cadavre : recueil de contes populaires tibétains

Traducteur : Françoise Robin

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Folklore Moeurs et coutumes

Editeur : Langues et mondes-l'Asiathèque, Paris, France

Collection : Bilingues L & M, n° 14

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-915255-33-1

GENCOD : 9782915255331

Christine Thiollier - 16/07/2007


  • Les présentations des éditeurs : 09/06/2009

«Voici l'histoire que le cadavre Ngôdrup-chàn raconta :

Jadis, quelque part, il y avait six jeunes gens, un fils de chasseur, un fils de médecin, un fils d'artiste, un fils d'astrologue, un fils de charpentier et un fils de forgeron, qui scellèrent une amitié fraternelle. À la suite de leur père, chacun apprit son propre métier. Tel le jeune aigle qui a maîtrisé l'art du vol et le jeune canard celui de la nage, chacun s'appliquait à sa tâche chez soi puis jouait avec les autres. Un jour, ils discutèrent et tombèrent d'accord :

Le proverbe dit : "Adulte, le garuda fend les airs; le ciel a beau être très vaste, il n'a pas peur. Adulte, l'homme arpente le monde ; la terre a beau être très vaste, il n'a pas peur." Nous sommes dans ce cas-là. Les yeux s'ouvrent quand on fait le tour du monde en l'observant. Les six jeunes gens étaient tous intelligents, très courageux et à même de concrétiser leurs projets, aussi chacun partit-il de chez soi pour regarder le spectacle du monde. Grâce à leurs connaissances, ils firent une tournée d'observation du monde, dans le jeu et la bonne humeur, ne rencontrant pas de difficulté à se nourrir, se vêtir, et se loger. Ils virent beaucoup de choses qu'ils n'avaient jamais observées auparavant...»

Arrivé à ce point de l'histoire, Dechô Sangpo demanda : «Et alors, la démone a-t-elle fait du mal à Sermotso ou non ? Le cadavre Ngödrup-chän s'exclama : «Des paroles se sont échappées de la bouche du garçon dont le bon karma est épuisé !», et il s'en retourna au charnier Silwatsàl en volant.


Extrait de l'avant-propos :

«La société tibétaine était jusque dans les années cinquante - et elle l'est, dans une moindre mesure, aujourd'hui encore - traditionnellement agricole ou pastorale-nomade', peu dense, très peu industrialisée et presque totalement rurale (la capitale Lhasa ne comptait guère que trente mille habitants avant 1950). Comme dans toute société de ce type, les contes, mystères, apologues, histoires, fables, légendes (la taxinomie tibétaine est floue et polysémique) occupaient et occupent toujours une place importante au quotidien, tant dans la formation de l'individu que dans la construction d'une identité collective, à travers la diffusion de valeurs et de figures de référence partagées par tous...»


  • Les courts extraits de livres : 06/07/2007

Extrait de l'avant-propos :

La société tibétaine était jusque dans les années cinquante - et elle l'est, dans une moindre mesure, aujourd'hui encore - tradition­nellement agricole ou pastorale-nomade, peu dense, très peu industrialisée et presque totalement rurale (la capitale Lhasa ne comptait guère que trente mille habitants avant 1950). Comme dans toute société de ce type, les contes, mystères, apologues, histoires, fables, légendes (la taxinomie tibétaine est floue et polysémique) occupaient et occupent toujours une place importante au quotidien, tant dans la formation de l'individu que dans la construction d'une identité collective, à travers la diffusion de valeurs et de figures de référence partagées par tous.
Les lecteurs occidentaux ont un accès relativement restreint aux oeuvres de cette tradition. On doit à Alexandra David-Néel et son fils adoptif Lama Yonden une traduction très adaptée et résumée de l'Épopée du héros, guerrier et saint Gesar, qui a le mérite d'être traduite directement du tibétain. Il y a un demi-siècle, Rolf A. Stein a proposé, quant à lui, la traduction intégrale d'un épisode célèbre de ce cycle interminable (plus de cent quarante volumes à ce jour) et, si l'on peut dire, «in-terminé», puisque toujours en élaboration en quelque endroit des hautes terres tibétaines. Des contes populaires tibétains ont bien été traduits et publiés, mais ces initiatives risquent de laisser les lecteurs sur leur faim pour plusieurs raisons : certains textes renferment des éléments culturels étrangers au monde qu'ils décrivent, faisant douter de leur origine. Il arrive par ailleurs que le texte de départ soit si adapté à un lectorat occidental qu'il en perde sa saveur originale. Il est courant aussi que les récits proposés soient traduits de l'anglais, du chinois ou d'une autre langue, alors que la traduction directe du tibétain est le meilleur garant d'une fidélité à l'esprit de ces contes. Quelques traductions intéressantes ont paru dans des revues confidentielles ou anciennes, et sont donc inaccessibles au grand public. Enfin, certains contes, effectivement traduits du tibétain, sont en réalité des traductions de textes sanskrits dont l'arrière-plan indianisant n'évoque nullement la culture tibétaine. Une exception se détache de cet ensemble : les Matériaux pour l'étude de la littérature populaire tibétaine, d'Alexander Macdonald. Ce titre désigne un ensemble de vingt et une histoires (en deux volumes) qui ont plusieurs points communs avec les Contes facétieux du cadavre ici présentés, car des deux côtés il s'agit d'une variante d'un cycle narratif et littéraire plus large, les Contes du cadavre.
À l'instar d'une partie importante de la littérature narrative et populaire tibétaine, ce cycle trouve ses origines en Inde ; il est inspiré des célèbres Contes du vampire (ou vetäla) indiens, dont la plus célèbre version, traduite en français par l'éminent sanskritiste et indologue Louis Renou, fut publiée en 1963. La trame est la suivante : un ascète offre des pierres précieuses inestimables à un souverain, qui s'enquiert auprès de son bienfaiteur de ce qu'il peut lui offrir en échange. Ce dernier lui demande de se procurer un cadavre enchanté pendu à un arbre, situé dans un charnier lointain et terrifiant ; grâce à ce cadavre, l'ascète pourra obtenir des pouvoirs surnaturels, des siddhi. Le roi, surmontant sa peur, s'exécute et parvient à capturer le cadavre enchanté.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia