Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Démolir Nisard

Couverture du livre Démolir Nisard

Auteur : Éric Chevillard

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Minuit, Paris, France

Prix : 14.00 €

ISBN : 978-2-7073-1965-4

GENCOD : 9782707319654

Charlotte Etasse - 23/01/2007


  • Les présentations des éditeurs : 17/07/2006

Pour se connaître enfin soi-même, il n'est pas de meilleur moyen que de connaître bien son ennemi. Ordinairement, celui-ci ne fait pas mystère de sa personne : on ne voit et on n'entend que lui partout. Mais le narrateur de ce livre va devoir s'employer à débusquer le sien, mort en 1888 et oublié presque aussitôt. Désiré Nisard, critique littéraire académique et compassé, sermonneur versatile, n'en a pour autant pas fini de nuire. Il a pesé de tout son poids sur la trame légère des jours comptés à l'humanité. Il a contribué au malheur de celle-ci, aujourd'hui encore accru par les fatales conséquences de ses moindres opinions et petits gestes mesquins. Tout cela appelle une juste vengeance. Désiré Nisard doit disparaître. L'idéal serait qu'il n'ait jamais vécu. La plus infime trace de son existence sera effacée. Ce livre entend lui régler son compte une bonne fois.



  • La revue de presse Valérie Marin La Meslée - Le Point du 14 décembre 2006

Au bout de ce règlement de comptes, une évidence s'impose : on adore Chevillard, parce que, chaque fois, on se marre. Slogan vendeur, non trompeur et à diffuser au plus grand nombre. Il est si rare en littérature à notre époque, dont l'écrivain se moque dans ce pied de nez à sa furieuse tendance commémorative. Cette année marque en effet le deux centième anniversaire de la naissance de Désiré Nisard.


  • La revue de presse Patrick Grainville - Le Figaro du 16 novembre 2006

Quel cri a poussé le glyptodon, au moment de son extinction, il y a des millions d'années ? Chevillard nous le dévoile au terme de son enquête scientifique. S'il étudie minutieusement la vie secrète des zoopores, c'est pour mieux élucider les mécanismes de destruction qu'induisent les parasites les plus tenaces...
Nullard Nisard, si bien que Chevillard finit par illustrer ce principe clé du classicisme énoncé par Racine : «Faire quelque chose de rien !» Camper l'épopée du peu ! Le péril, c'est qu'à consacrer toute sa vie à démolir Nisard, on risque, par contagion, de devenir Nisard... C'est vous dire qu'à lire Chevillard on rit tout le temps de son intarissable invention parodique. Cela tient de la nasarde de Cyrano, de l'Oulipo, d'Homère et de Rocambole, du pot-pourri et de la prosopopée bien allumée. Une démesure carnavalesque. Un défi hilarant !


  • La revue de presse Jean-Baptiste Marongiu - Libération du 7 septembre 2006

[...] Désiré Nisard était un homme vaniteux, doué pour espérer et recevoir des honneurs, carriériste sans vergogne sous des régimes contradictoires, député, ministre, enseignant, écrivailleur, et académicien à n'en plus pouvoir. Auteur d'une Histoire de la littérature française, il en fixait définitivement la fin au XVIIe siècle, la suite n'étant que du pipi de chat. Bref, faute de le démolir, on pouvait au moins s'en passer. Mais Chevillard n'a pas cette indulgence et finirait presque par nous convaincre de lui donner un coup de main, surtout qu'il ne manque pas de bonnes idées, prenez le dernier paragraphe de la page 65 : «Le gaver de cailloux. Planter dans son oeil un clou. Effranger la peau de ses chevilles. Polir sur son crâne les six faces du pavé. Lui promettre et ne pas tenir. Le pousser de l'avion. Désherber son golf. Le vendre pour sa fourrure à un taxidermiste aveugle. Couler sa barque. Saigner dans son lait. Rire de ses deuils. Farcir de grelots sa panse. Vider ses tubes et ses pots. Disperser ses collections. Outiller ses taupes et ses furets. Bombarder son logis. Raccourcir ses pantalons. L'appeler fourreau devant le sabreur qui cherche où rengainer sa lame. Affamer son tigre.»
On a du mal à croire Eric Chevillard, non pas que Nisard n'eût probablement pas de tigre, ni que l'auteur manque de sincérité, mais son extrême drôlerie nous cache avec élégance et efficacité un esprit de sérieux proche du désespoir que comprend qui peut. [...]


  • La revue de presse Michel Abescat - Télérama du 9 Septembre 2006

Démolir Nisard. L'extirper de l'oubli pour mieux le réduire à néant. En faire l'ennemi numéro 1, le parangon de l'académisme le plus étroit et bientôt le malfaiteur universel, le responsable de tous nos maux. Voilà le jeu, savoureux s'il en fut. Réduire en cendres «sa parole raisonneuse, sermonneuse et range-ta-chambre». Imaginer toutes sortes de morts et de tortures. [...]
Contre tous les Nisard du monde - combien sont-ils encore à baver sur le roman contemporain ? -, son livre est une éclatante manifestation de liberté. Un régal pour le lecteur.


  • La revue de presse Alexandre Fillon - Lire, septembre 2006

Dans ce livre désopilant et salvateur, Eric Chevillard y va fort, cogne dur, dépoussiérant ce bon vieux genre littéraire qu'est le brûlot. Un brûlot qu'il parvient même à agrémenter d'une ode à l'ennemi ! Sous sa plume alerte et affûtée, les morceaux de bravoure s'enchaînent. Plus virtuose et drôle que jamais, l'auteur de La nébuleuse du crabe et de Palafox s'en donne à coeur joie, ne reculant devant aucune infamie. Nisard est peut-être mort en 1888, mais son venin circule encore un peu partout. Aidons Chevillard à vaincre au plus vite, à mettre inlassablement à mal les Nisard de notre époque.


  • Les courts extraits de livres : 17/07/2006

Il suffit (...) de lire quelques lignes de ce sinistre cagot pour ne plus rien ignorer de lui et deviner d'où il vient, de quel oeuf pourri, de quelle enfance contrariée il est issu. Mais, certainement, Métilde a mieux à faire que d'envoyer un bibliothécaire extraire dans les arrière-fonds poussiéreux de la réserve les quatre tomes, scellés par l'humidité et l'indifférence séculaire du lectorat, de l'Histoire de la littérature française de Nisard et laisser se faner dans ces pages quelques heures de sa jeunesse, de sa beauté fascinante. Comme je souffrirais de savoir Métilde enlisée jusqu'à mi-corps dans ce marécage ! Métilde prisonnière de la boue grise de ces volumes et N isard tout au fond rampant comme un visqueux reptile, s'enroulant autour de ses chevilles, Nisard tapi au creux de son oeuvre idéalement vide, triste construction de pâte à papier, et guettant la proie juvénile, après des décennies de solitude amère à peine troublées par la visite oblique de quelque universitaire pressé en quête d'une référence pour une note en bas de page, Nisard vautré dans sa fange avisant soudain le pied rose de Métilde, y ventousant ses lèvres flasques, Nisard dont j'ai toujours soupçonné la secrète abjection, incapable cette fois de cacher son jeu et de se dominer après une si longue abstinence, et se jetant sur elle en crachotant, l'oeil fou, l'air hagard.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia