Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les vignes de Berlin

Couverture du livre Les vignes de Berlin

Auteur : Daniel Rondeau

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Essais littéraires

Editeur : Grasset, Paris, France

Collection : Essai littéraire

Prix : 14.50 €

ISBN : 978-2-246-53951-3

GENCOD : 9782246539513

Celia Nogues - 01/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 12/09/2006

«Ce coteau de Champagne qu'on appelle Berlin me parle d'ailleurs. J'interroge dans ce récit biographique les silences des hommes de ma famille. Mon grand-père vigneron, ancien combattant de 1914, injustement arrêté comme collaborateur en 1944. Mon père, instituteur idéaliste, à peine débourbé de sa forêt, prisonnier dans un stalag pendant plus de trois ans, résistant, à qui je dois ma vocation pour la lecture et l'écriture. Ils me cèdent presque malgré eux quelques bribes sorties de la nuit des humbles...»

DR.

Recherchant inlassable­ment les traces d'un pays qui n'est plus et d'un homme resté fidèle aux rêves de sa jeunesse, Daniel Rondeau, auteur d'une vingtaine d'ou­vrages, livre ici la source de son maître roman Dans la marche du temps (Grasset, 2004) et le premier volume d'une geste autobiographique dont le déjà mythique L'En­thousiasme constitue le second volet (Cahiers rouges, Grasset, 2006).



  • La revue de presse Marc Lambron - Le Point du 14 décembre 2006

A lire Daniel Rondeau, on se convainc que le XIXe siècle a duré jusqu'en 1960. Cette gauche de la Communale, que des auteurs tels que Mona Ozouf, Michel Winock ou Gérard Genette ont peinte dans leurs souvenirs d'enfance, se distingue à bien des titres de celle de la Techno Parade. C'est étrange d'être dans la chaîne du temps le premier à inscrire quelque chose de la vie des siens, comme une dette de parole acquittée au silence des morts. Un voeu d'écriture naît là...
Rondeau post adolescent rencontre celle qu'il va épouser, sort de Mai 68 pour entrer dans les rangs clandestins de la Gauche prolétarienne, avec ses militants «naïfs, sincères, crédules, disponibles, très pauvres». Etre un baby-boomer, c'était aussi cela : passer de la ferme des ancêtres aux concerts de Jimi Hendrix, quitter les vignes de Berlin pour les fumées de Pékin. Daniel Rondeau ne renie pas ce qu'il a aimé. Il a écrit un très beau livre de fidélité


  • La revue de presse - Le Monde du 17 novembre 2006

Cette émouvante autobiographie, qui porte le nom d'un coteau de Champagne appelé "Berlin", nous parle de ces vignes auxquelles Daniel Rondeau est resté tant attaché ! Racontant son enfance et sa jeunesse, souvent solitaires, parfois malheureuses, l'écrivain cherche les traces de ce qui n'est plus, les traces "qui le font rêver". Enfant, nous dit-il, "coureur de prés et de bois", il avait eu, dès ses premières années, "envie de prendre à poignées le ciel et les paysages" : ce qu'il fait, tout au long de ce beau livre.


  • La revue de presse Etienne de Montety - Le Figaro du 26 octobre 2006

Dans «Les Vignes de Berlin», le romancier champenois confirme que l'on est d'une enfance comme on est d'un pays. Faut-il que la terre de Champagne ait gardé trace des innombrables invasions venues de l'est pour qu'un coteau de la Marne ait été baptisé Berlin. C'est là que l'écrivain et éditeur Daniel Rondeau a vu le jour, il y a un demi-siècle, non loin de Fère-Champenoise...
Daniel Rondeau est toujours dans l'enthousiasme, mais cette fois au sens étymologique du mot.


  • La revue de presse Bernard Kouchner - L'Express du 12 octobre 2006

Les Vignes de Berlin dessinent le portrait d'un siècle et d'une génération. On lit cette histoire comme on suit une chanson, avec pour refrain la terre de Champagne, ses paysages et ses paysans, ses vignes et ses villes. Cela commence dans les pas d'un grand-père rescapé des gaz de 1914-1918, avec son front taiseux de villageois méfiant. De souvenirs en sensations, Daniel Rondeau (éditorialiste à L'Express) nous fait revivre son histoire, qui est aussi la nôtre...
Daniel Rondeau mène cette ronde avec calme, fougue et bonheur. Dans Les Vignes de Berlin naquit une part de cette génération politique qui va bientôt s'effacer, emportant, avec sa noblesse et ses mérites, son engagement et ses limites, quelques certitudes assassines. On a les héros qu'on mérite.


  • La revue de presse Mona Ozouf - Le Nouvel Observateur du 28 septembre 2006

Et pourtant rien qui fasse bondir davantage le coeur que ce constat d'appartenance à un pays, plus vibrant encore les jours où résonne «l'appel silencieux à la fidélité, sur la terre mouillée des tombes». Et de là, les mille questions qui voltigent autour de cette autobiographie. Pourquoi celui sur qui s'exerce la fascination blanche des saisons gelées a-t-il couru se brûler aux feux de la révolution ? Comment le dévot des choses qui durent a-t-il pu embrasser la religion amnésique de la table rase ? Besoin de la brutalité du réel ? Voeu d'une sainteté autre que celle du père ? Soulagement de n'être plus, dans le coude-à-coude des camarades, un «loup à sonnailles» ? Et est-ce le goût des livres qui l'a mené, mais aussi retenu, aux bords de la tentation terroriste ? Réponses dans «l'Enthousiasme», le tome II, qu'on réédite, de cette suite française. Courez-y, si vous ne l'avez déjà fait.


  • Les courts extraits de livres : 12/09/2006

Martial, l'aîné aux cheveux rouges, va à l'école en sabots. Il fête ses dix ans en 1924. Cette année-là voyait le triomphe du Cartel des gauches. Millerand était contraint à la démission, Edouard Herriot formait un gouvernement radical. André Breton publiait le Manifeste du surréalisme. Gide écrivait les Faux-Monnayeurs. Paul Morand se préparait à emménager avenue de Suffren, dans un grand atelier au sommet d'un immeuble, sous le ciel : «De mon lit, je vois la tour Eiffel, écrivait-il à son ami Valéry Larbaud. Quand il y a une femme dans mon lit (...), je lui donne des jumelles et elle regarde les gens descendre par les escaliers à claire-voie...» Mais à Neuvy, le progrès piétinait. Le siècle précédent s'at­tardait dans l'après-guerre. Le monde vu par la fenêtre de la petite maison des parents de l'écolier ressemble plus à celui de Victor Hugo qu'à la planète moderne et galante de Paul Morand. Emile et Madeleine Jugnot, ses instituteurs, se prennent d'affection pour ce garçon qui les surprend chaque jour par son esprit de retenue, sa sincérité, son goût pour les livres. Peut-être se souviennent-ils des Misérables : «Cet enfant du bourbier est aussi un enfant de l'idéal.» Ils arrivent à convaincre ses parents de le garder dans leur école après son certificat d'études. L'enfant grandit au fond d'une classe, où les Jugnot lui ont fait une place qui n'est qu'à lui. Il travaille seul toute la journée. Le soir, Emile Jugnot lui donne des cours particuliers et lui enseigne le violon. Madeleine, sa femme, se transforme en professeur d'allemand. Trois ans plus tard, ils le présentent avec succès au concours d'entrée à l'école normale d'ins­tituteurs de Châlons-sur-Marne.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia