Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La disparition de Sorel

Couverture du livre La disparition de Sorel

Auteur : Pierre Lepape

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Littérature Etudes et théories

Editeur : Grasset, Paris, France

Collection : Collection littéraire

Prix : 18.50 €

ISBN : 978-2-246-70891-9

GENCOD : 9782246708919

Pierre Lepape - 18/09/2006


  • Les présentations des éditeurs : 21/09/2006

«Sorel appartient au camp des vaincus. Dans la confusion des esprits et des langues d'où ont émergé l'Etat absolu et le classicisme, l'écrivain a joué hautement sa partie, celle de la liberté, avant de devoir reconnaître sa défaite. Il a payé cette résistance de sa disparition : il a été rayé de la carte. Si complètement que sa bataille elle-même a été oubliée. Effectuée de son vivant même, exécutée sans appel, la disparition de Sorel efface avec lui un territoire entier de notre littérature. La part obscure du désordre.»

Critique littéraire, Pierre Lepape a été jusqu'en 2001 le feuilletoniste du Monde des livres. Il a étudié les relations de l'écriture et des pouvoirs à travers des essais biographiques (Diderot, Champs Flammarion, Gide, Editions du Seuil). Il a récemment publié un panorama portant sur onze siècles de notre histoire littéraire, Le Pays de la littérature (Editions du Seuil).



  • La revue de presse Patrick Kéchichian - Le Monde du 6 octobre 2006

Pierre Lepape, ancien feuilletoniste du "Monde des livres", n'est ni un spécialiste au sens universitaire du terme ni un égaré. L'essai qu'il consacre à Charles Sorel, auteur du second rayon, qui oeuvra principalement dans les quelques décennies précédant l'accession de Louis XIV au trône (1643), quelque part entre la Renaissance finissante et les prémices baroques du classicisme, n'obéit pas aux normes académiques. Pas de notes ni d'index, pas davantage de bibliographie, mais un récit engagé, de parti pris, sur la vie et l'oeuvre d'un "irrégulier" de la littérature, d'un "homme libre" qui se plut à brouiller par avance les catégories futures, à excéder les définitions et à subvertir les genres...
Les hypothèses qu'avance alors Pierre Lepape forment l'essentiel de son livre, qui brosse, avec le même pinceau, un tableau informé et passionné de cette époque littéraire. Un certain visage de Sorel se dessine et en même temps s'efface. Celui d'un écrivain certes impuissant, certes dépassé par son temps, mais luttant orgueilleusement contre les illusions et les vanités littéraires que le monde ne cesse d'exalter.


  • Les courts extraits de livres : 22/09/2006

La servitude volontaire

La liberté, les hommes ne la désirent point; non pour autre raison ce me semble, sinon que s'ils la désiraient, ils l'auraient.
Pauvres gens et misérables peuples insensés, nations opiniâtres en votre mal, et aveugles en votre bien ! Vous vous laissez emporter devant vous le plus beau et le plus clair de votre revenu, piller vos champs, voler vos maisons et les dépouiller des meubles anciens et paternels. Vous vivez de sorte que vous ne pouvez dire que rien n'est à vous. Et tout ce dégât, ce malheur, cette ruine vous vient non pas des ennemis, mais bien certes de l'ennemi : celui que vous faites si grand qu'il est, pour lequel vous allez courageusement à la guerre, pour la grandeur duquel vous ne refusez point d'offrir à la mort vos personnes.
Celui qui vous maîtrise tant, n'a que deux yeux, n 'a que deux mains, n'a qu'un corps, et n'a d'autre chose que ce qu'a le moindre homme du grand nombre infini de nos villes; sinon qu'il a plus que vous tous, l'avantage que vous lui donnez pour vous détruire. Comment a-t-il aucun pouvoir sur vous que par vous ?
Lorsque Etienne de La Boétie écrit son Discours de la servitude volontaire, vers 1548, il a dix-huit ans tout au plus (seize, rectifie Montaigne dans les corrections de son exemplaire de Bordeaux). Le Discours n'est pas un texte de circonstance dirigé contre tel ou tel monarque, tel ou tel parti ; pas davantage un exercice de collégien sur le modèle latin, comme ont essayé de le réduire ceux que son audace déconcertait II porte sur notre dénaturation : nous n'aimons plus la liberté.
Les puissants n'y sont pour rien ou presque si, en nous livrant à leur pouvoir, nous avons trahi la nature qui nous a faits libres. Inutile de nous plaindre : cette perte, nous l'avons voulue et la voulons encore. Chaque jour, nous bénissons nos chaînes et nous en inventons de nouvelles. Nous créons notre ennemi mortel.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia