Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. J'ai choisi la liberté : document

Couverture du livre J'ai choisi la liberté : document

Auteur : Nadia Volf

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : XO, Paris, France

Prix : 19.90 €

ISBN : 978-2-84563-310-0

GENCOD : 9782845633100

Charlotte Etasse - 20/10/2006


  • Les présentations des éditeurs : 20/10/2006

Russe et juive, médecin, visionnaire. Une aventure humaine hors du commun.
Nadia est née en 1961 à Saint-Pétersbourg, avec une seule passion, ou plus exactement une raison de vivre : soigner. Major de la faculté de médecine de Leningrad, spécialisée en neurologie, elle est nommée professeur à 26 ans. Un parcours exceptionnel.
Or Nadia est juive. Médecin de quartier on l'aurait supportée, mais professeur, chef de service ? Non. On lui refuse un poste, on la menace, les pressions du KGB sont incessantes.
Alors elle fuit. Avec Leonid, son mari, et leur fils de 5 ans, caché dans le coffre de la voiture, ils partent dans le plus grand secret. Leur destination : la France.
Nous sommes dans les années 90, ils sont médecins tous les deux, et pourtant ils vont manquer mourir de faim dans un foyer. Mais grâce à la main tendue par des gens formidables, Nadia emballe son destin : elle travaille dur, apprend en trois mois assez de français pour repasser ses diplômes, et très vite les patients affluent convaincus par sa compétence...
Aujourd'hui, elle est un médecin très réputé, qui soigne jour et nuit, et mène des recherches prometteuses. Ce pour quoi elle est née, ce dont elle avait rêvé.
La France a été pour Nadia et les siens une Terre promise.

Nadia Volf est docteur en médecine, docteur es sciences, agrégée en neuropharmacologie de l'université de Leningrad, diplômée interuniversitaire d'acupuncture de la faculté de médecine de Montpellier.



  • La revue de presse Julie Malaure - Le Point du 2 novembre 2006

«C'est décidé, je demande l'asile politique à Monoprix !» Non, il ne s'agit pas du cri de guerre de l'acheteuse compulsive. C'est l'élan du docteur Nadia Volf, découvrant Paris, et donc Monop, après avoir quitté Leningrad traquée par le KGB... Adolescente, elle se découvre une vocation : devenir médecin acupuncteur.... Elle mène des recherches visionnaires sur les effets de l'acupuncture et veut exercer la médecine : un pinacle dans l'inacceptable. Bientôt surveillée, puis arrêtée, elle sera poursuivie par le KGB jusqu'en Finlande, où elle tente de fuir avec sa famille... Avec «J'ai choisi la liberté», toujours aux éditions XO, on découvre le versant autobiographique de celle que ses patients appellent «la magicienne».


  • Les courts extraits de livres : 20/10/2006

Petite Lisa

Il n'y avait pas de place pour un enfant dans la vie de mes parents. Je n'étais pas voulue, et je dois la vie à la gynécologue de ma mère qui l'a volontairement induite en erreur. Maman était venue la voir pour interrompre sa grossesse, et cette femme, qui était son amie, lui a fait croire qu'elle avait dépassé le délai légal de neuf semaines. Ma mère avait déjà trente-cinq ans cette année-là, et, comme elle le lui avouera par la suite, son amie a pensé que j'étais sans doute sa dernière chance d'enfanter un jour.
Jusqu'à quel point un enfant pressent-il qu'il n'a pas été attendu, espéré ? Je ne sais pas. Mais aussi loin que je remonte, il me semble que je vis dans la hantise de décevoir mes parents, dans la nécessité de relever tous les défis possibles, comme si je devais sans cesse justifier ma présence.
Vingt-huit ans plus tard, quand nous connaîtrons l'exil et que nous nous retrouverons durant quelques mois à la charge de familles françaises, j'aurai le sentiment de retraverser les brumes de mon enfance, me surprenant à supplier tout bas qu'on veuille bien me pardonner d'exister, et cherchant désespérément le moyen d'acquitter ma dette.
Je peux me figurer le bouleversement qu'a dû représenter mon arrivée pour mes parents. Cette année 1961, ils partagent une pièce de neuf mètres carrés dans un appartement communautaire de la perspective Nevski où habitent quatorze autres familles. On fait la queue pour la cuisine, pour les toilettes, pour la salle de bains... Maman est médecin, elle dirige un laboratoire de recherche. Papa termine un doctorat de chimie. Ce sont deux intellectuels, et ils n'ont pour travailler que cette cellule minuscule où tiennent un lit, une armoire et un petit bureau qu'ils se partagent.
Je viens au monde le 1er décembre 1961, avec quelques semaines d'avance sur la date prévue, de sorte que je ne pèse pas plus de deux kilos. Mon père a présenté sa thèse de doctorat la veille, le jury l'a chaudement félicité, si bien qu'ensuite tout le monde a bu, mangé, chanté, jusque tard dans la nuit. Je ne sais pas si ma mère a dansé, mais elle a participé à la fête, ça oui, cachant son gros ventre sous une ample robe et un pull de laine. Le lendemain matin, elle s'est sentie très mal, elle a cru que c'était la soirée, mais c'était moi.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia