Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Apologie du casseur

Couverture du livre Apologie du casseur

Auteur : Serge Roure

Date de saisie : 24/04/2010

Genre : Société Problèmes et services sociaux

Editeur : Michalon, Paris, France

Prix : 12.00 €

ISBN : 978-2-84186-347-1

GENCOD : 9782841863471

Sorti le : 26/10/2006

Alan Kerneuzet - 29/01/2007


  • Les présentations des éditeurs : 24/04/2010

Que se passe-t-il quand un professeur de philosophie fait un cours sur la violence à des élèves qui le soir veulent brûler des voitures ? Que se passe-t-il quand on dit à longueur de temps à des élèves de bien se tenir, de jouer le jeu de l'école républicaine en attendant des jours meilleurs, alors que leur vie est pourrie, la cité glauque, l'avenir sombre et les contrôles de police quotidiens ?

Depuis quelques années, la situation est explosive. Si ces jeunes gens avaient manifesté tranquillement avec banderoles et chansons, qu'auraient-ils obtenus ? (Rien). Mais le casseur dessille. Emblème moderne du barbare, étranger à la cité, sans porte-parole, sans porte-voix. Sans voix. La violence a sa légitimité comme la patience a ses limites. Et on n'échappera pas à la question que s'est posée un professeur de philosophie, en empathie avec ses élèves d'un lycée de Vitrolles. Quand la frustration est partout et que l'avenir n'est plus qu'un jeu de dupes. Que ferais-je si j'étais à leur place ?

L'auteur

Serge Roure est professeur de philosophie dans un lycée de Vitrolles.



  • La revue de presse Elsa Vigoureux - Le Nouvel Observateur du 21 décembre 2006

L'hiver dernier, Serge Roure, enseignant en philosophie à Vitrolles, s'est demandé : «Un professeur de la République peut-il expliquer à ses élèves que des casseurs ont raison de casser ?» Ainsi le prof a-t-il commis cette «Apologie du casseur», ouvrage aussi sincère et courageux qu'efficace et inédit. Sincère, parce qu'à ceux qui pensent que «les casseurs ont de bonnes raisons d'être mécontents, mais la manière d'exprimer leur mécontentement laisse à désirer», Roure répond que «leur action destructrice est une riposte nécessaire à des agressions multiples». Et rappelle une vérité qu'il faut cesser d'ignorer : «La violence du contexte fait la violence du casseur.» Il est plus courageux que ces gens de gauche qui se croient subversifs lorsqu'ils «prétendent enfin assumer une politique répressive, comme Chevènement ou Jospin, entourés des penseurs chiens de garde que sont Max Gallo et, avant qu'elle ne se droitise, Blandine Kriegel».


  • La revue de presse Jean-Sébastien Stehli - L'Express du 16 novembre 2006

Serge Roure, jeune professeur de philosophie à Vitrolles, vient de publier Apologie du casseur, un titre qu'il faut prendre au premier degré...
Un professeur de la République peut-il expliquer à ses élèves que les casseurs ont raison de casser ?...
Pour justifier son apologie des violences et démonter la notion de libre arbitre, qu'il réfute, le jeune philosophe fait appel à Descartes, à Nietzsche et surtout à Spinoza, grand théoricien du déterminisme...
Ce livre devrait porter un avertissement, comme les paquets de cigarettes : «Attention, cet essai peut provoquer des indignations». Salutaire.


  • Les courts extraits de livres : 24/04/2010

«Masqués, nocturnes, masculins, armés, ravageurs, homicides, aphasiques. Non, ce n'est pas une troupe de l'ombre sortie des enfers dans un film catastrophe qui répond à cette liste de qualificatifs, mais un déplorable réel.»
Ces lignes sont parues en novembre 2005 dans un dossier de Marianne consacré aux «vrais incendiaires» des banlieues. Craignant peut-être que ses lecteurs n'imaginent des CRS, l'auteure, la philosophe Catherine Kintzler, s'empressait d'ajouter qu'elle décrivait ainsi les casseurs.
Passons très vite sur «homicides», les intéressés apprécieront. On sait aujourd'hui que les seules morts liées aux émeutes sont celles de Bouna et Zyed, les adolescents électrocutés dans un transformateur EDF de Clichy.
Pour l'aphasie, les intéressés apprécieront aussi. Mais il est bon de relever le mépris que trahit le choix de ce terme ; au moins s'accorde-t-il avec ceux de «barbarie» et de «barbares» qui émaillent la suite de la prose civilisée de notre philosophe. Le barbare est en effet pour les anciens Grecs l'étranger, une sorte de sous-homme, de sauvage, incapable d'articuler des sons humains. Nul n'est besoin pourtant de porter aux nues la culture des banlieues pour reconnaître que les jeunes qui la pratiquent sont tout sauf des idiots aphasiques. Ils sont souvent très malins, vifs d'esprit, c'est-à-dire capables d'une pensée digne de ce nom et l'on ne pense bien que dans les mots. Le «réel» jugé «déplorable» par Mme Kintzler ne parle pas. Le rap, ça n'existe donc pas. Le slam non plus. Les joutes verbales et le goût pour la vanne encore moins. Et, forcément, tous les casseurs des nuits de novembre sont déscolarisés depuis la sixième.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia