Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Ras Tafari : Hailé Sélassié, visages du dernier empereur d'Ethiopie

Couverture du livre Ras Tafari : Hailé Sélassié, visages du dernier empereur d'Ethiopie

Auteur : Denis Gérard

Préface : Bahru Zewde

Date de saisie : 06/11/2006

Genre : Beaux Livres

Editeur : l'Archange Minotaure, Forcalquier, France

Collection : Aux Abyssinies

Prix : 29.40 €

ISBN : 978-2-914453-90-5

GENCOD : 9782914453905

Sorti le : 06/11/2006

Célia Nogues - 08/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 01/12/2006

Plus de 260 photographies d'archivé - en grande partie inédites - déroulent le règne fabuleux du jeune Tafari devenu Roi des rois d'Ethiopie. Ces images réparties par thèmes (faste, intimité, mythe...) et par événements (couronnement, résistance contre l'Italie fasciste, création de l'Unité Africaine...) racontent le destin d'une des plus étonnantes figures du XXe s. devenue, de son vivant, une divinité pour les Rastas.

Né en 1892 à Harar, il est élevé à l'âge de 24 ans au rang de gouverneur de province sous le nom de Ras Tafari. En 15 ans il se hisse au sommet du pouvoir et se fait sacrer empereur à Addis Abeba en 1930. On le dit descendant de la fabuleuse dynastie des Salomonides issue des amours légendaires du Roi Salomon et de la Reine de Saba. Sous le nom de Haïlé Sélassié (force de la Trinité) il règne sur un vaste empire indépendant. En 1936, trahi par les «nations civilisées» qui abandonnent l'Ethiopie à l'armée de Mussolini, il incarne à la tribune de la Société des Nations, la résistance contre les fascismes. La paix et son empire reconquis, il participe à la création de l'ONU, à celle de l'Organisation de l'Unité Africaine, au mouvement des pays non alignés. Personnalité politique internationale de tout premier plan, il échouera pourtant en partie à transformer un royaume devenu anachronique. Il est déposé en 1974 par une junte militaro-marxiste et meurt assassiné dans des circonstances obscures. Avec lui disparaît l'un des derniers et des plus vieux empires.

DENIS GÉRARD vit en Ethiopie où il a réuni une importante collection de photographies. Coauteur avec le Pr. Pankhurst du livre Ethiopia photographed, il est régulièrement sollicité pour illustrer livres et films.


  • Les courts extraits de livres : 09/06/2009

Tafari est le nom que sa mère Yeshimabet lui a donné à sa naissance. Comme c'est souvent le cas en Ethiopie, ce nom a une signification : «Il sera craint». Haïlé Selassié (ou «Puissance de La Trinité») est son nom de baptême ; il ne sera utilisé publiquement qu'à partir du jour où il sera couronné empereur ou Roi des rois en 1930). Le ras Makonnen, son père, est un «moderniste», il confie l'éducation de son fils Tafari à Monseigneur Jarrosseau, l'évêque capucin de Harar. Ce dernier lui enseigne le français, qui deviendra sa langue de prédilection, les mathématiques, les sciences ; abba Samuel, un autre missionnaire capucin (de nationalité éthiopienne), s'occupera de son éducation traditionnelle : l'amharique, le gheze (la langue liturgique), l'histoire de l'Ethiopie, les usages. Tafari est studieux et apprend vite.
Lorsque son père meurt en 1906, il n'a pas encore 14 ans. Il quitte Harar pour Addis-Abeba où l'empereur Ménélik II le prendra sous son aile (il est son «petit cousin»). Il poursuit ses études à l'école Ménélik et assiste avec intérêt aux séances de la cour de justice royale (le tchi-loi). Lorsqu'il revient au palais, il partage ses repas avec d'autres jeunes princes ; avec lidj Yassou notamment, le petit-fils de l'empereur qui peut prétendre au trône. Yassou était un peu plus âgé que Tafari, préférant la chasse, les filles et la bonne chère aux études. Un complexe de supériorité vis-à-vis de Tafari, le frêle intellectuel, le rend provocateur. «Il le tapait sur la tête pour l'obliger à manger de la viande crue et à boire du tedj (l'hydromel local), il le traitait de minus. Tafari, ne répondait pas, restait sur sa réserve, attendait...» affirme aujourd'hui lidj Boyalew, le fils de l'un des compagnons des deux princes.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia