Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le chemin des Anglais

Couverture du livre Le chemin des Anglais

Auteur : Antonio Soler Marcos

Traducteur : Françoise Rosset

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Collection : Grandes traductions

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-226-17665-3

GENCOD : 9782226176653

David Geselson - 12/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 12/12/2006

«Il eut un été au centre de nos vies, un poète qui n'écrivit aucun vers, une piscine où tombait du haut d'un plongeoir un nain aux yeux de velours et un homme qu'une nuit les nuages emportèrent. Les jours tombèrent sur nous comme des arbres morts.»
Quelque part en Andalousie, non loin de la mer. Un groupe d'adolescents savourent le dernier été au seuil de leur vie d'adulte. Et, tandis que la saison s'achève, doucement et inexorablement, un sentiment d'inéluctabilité pèse sur ce bonheur fragile et un parfum de mort écrase l'air...

Considéré comme l'un des meilleurs écrivains espagnols contemporains, Antonio Soler ressuscite à travers des destins croisés une période charnière de la vie et nous immerge dans son univers cru, poétique et sombre. Le suspense psychologique, la tension narrative et le lyrisme du style donnent à ce roman, couronné par le prestigieux Prix Nadal, la force troublante, fiévreuse et entêtante du souvenir.

«Un Amarcord à l'andalouse, d'une maîtrise et d'une poésie exceptionnelles.»
El Mundo

«Avec un art consommé, une technique souvent magistrale, une langue raffinée et irisée, Antonio Soler crée à nouveau une magnifique pièce d'orfèvrerie.»
El Pais

Antonio Soler a cinquante ans et vit toujours à Malaga où il est né. Les éditions Albin Michel ont déjà traduit Les Héros de la frontière, Les Danseuses mortes et Le Spirite mélancolique. Le Chemin des Anglais lui a valu le Prix Nadal en 2004 (LE grand prix littéraire espagnol). Ce roman a été écrit en partie à la Villa Mont Noir, en France, dans la propriété d'enfance de Marguerite Yourcenar et aujourd'hui résidence d'écrivains européens.



  • La revue de presse Astrid Eliard - Le Figaro du 4 janvier 2007

Peu importe où cette histoire se passe et quand. Elle flotte au-dessus du temps, dans un décor qu'elle n'habite pas. Comme ses personnages d'ailleurs, qui ont le sentiment étrange de se mouvoir dans un monde destiné à d'autres. Ils sont adolescents, et, dans une petite ville du sud de l'Espagne, vivent le dernier été avant leur vie d'adulte. Ils ont encore quelques mois, pour flirter à la piscine municipale, faire des parties de billard au Ulibarri et des feux de camp sur la plage. Après, l'automne viendra boucher leurs horizons et saper leurs rêves...
À mesure que l'été avance, inexorablement, des événements de plus en plus funestes se produisent...
Cette tragédie mélancolique est faite de mots volatils, ils planent au-dessus du papier sans jamais le toucher, mais brassent pourtant des vérités lourdes. Chez Antonio Soler, qui a reçu pour Le Chemin des Anglais le prix Nadal en 2004, la poésie sert l'action, elle est le moteur de ce formidable travelling de 374 pages, qui prend fin dans un désespoir abyssal.


  • Les courts extraits de livres : 12/12/2006

Rubirosa avait une voiture d'un bleu électrique. Il avait commencé à circuler dans le quartier ce printemps-là, alors que Miguelito Dávila était déjà à l'hôpital. José Rubirosa était représentant en lingerie fine et il savait embobiner toutes les personnes qui s'arrêtaient un instant pour lui parler. Non seulement ses clients, les patrons des merceries et des boutiques de lingerie, mais aussi les vendeuses de ces établissements et tout le monde en général. Surtout si ce monde était féminin. Rubirosa portait toujours une élégante cravate qui lui montait sur l'épaule et lui retombait dans le dos, même quand il n'y avait pas de vent, pour qu'il puisse mieux l'exhiber et la ramener sur sa poitrine d'un geste apparemment négligé. Il avait dressé ses cravates comme les charmeurs de serpents dressent les vipères qui se meuvent au souffle de leurs flûtes.
Remedios Gómez, la propriétaire de la Mercerie Gómez, s'amouracha de lui dès le premier jour où elle le vit, dès le premier instant, quand Rubirosa, faisant sonner la clochette de la porte, était entré, un demi-sourire aux lèvres et, dépassant de la tête les clientes - il était très grand -l'avait appelée par son nom, avec un léger ton d'interrogation et aussitôt s'était approché du comptoir - les clientes s'étaient écartées comme les flots de la mer Rouge devant Moïse, domptées comme des cravates ou de grosses vipères - et il avait pris entre les siennes la main droite de Remedios, les clientes l'avaient regardé, les yeux écarquillés, tandis qu'il se présentait et disait tout le plaisir qu'il avait à faire sa connaissance, en lui annonçant qu'il était le remplaçant de Veloso Espada, le précédent représentant de Monteserán, Marie-Claire et Beautilli Satin. «La lingerie la plus intime capable de causer le plus grand désordre public» - avait dit Rubirosa. Et il avait ajouté, en regardant les clientes - : Mais ici je suis tombé sur un os. Il vous suffirait, Mesdames, d'un clin d'oeil pour prendre la Bastille.» Les globes oculaires de ces dames s'étaient voilés de soie, leurs paupières avaient frémi, et il y avait eu quelques sourires discrets, on avait rectifié une mèche, on s'était demandé çà et là quelle pastille il fallait prendre, en pensant que l'audacieux représentant parlait sans doute de la pilule contraceptive. Mais lui, sans jamais perdre de vue le côté commercial de la poésie, il avait regardé de nouveau dans les yeux la patronne de l'établissement. «Mais, à vrai dire, une jolie parure ne gâte jamais rien, n'est-ce pas, do fia Remedios ?»


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia