Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Tempête sous un crâne : L'Amérique en guerre, de l'Irak au Liban, 2003-2006

Couverture du livre Tempête sous un crâne : L'Amérique en guerre, de l'Irak au Liban, 2003-2006

Auteur : Sébastien Fumaroli

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Ed. de Fallois, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2877066150

GENCOD : 9782877066150

Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 02/01/2007

Comment l'Amérique en est-elle arrivée là ?

Tempête sous un crâne est un document d'actualité qui révèle au public français les débats et controverses suscités dans l'entourage du pouvoir à Washington par les choix politiques mis en oeuvre par l'administration Bush au lendemain de la tragédie du 11 Septembre. En tout, plus d'une quinzaine de personnalités, professeurs, éditorialistes, diplomates, conseillers de la Maison Blanche, ont apporté à l'auteur leurs témoignages exclusifs.

Sont conviés à cette réflexion sur l'Amérique en guerre, par ordre d'apparition : Jeremy Rabkin, Avis Bohlen, Hillel Fradkin, Anne-Marie Slaughter, Stanley Hoffmann, Joseph Nye, Léon Wieseltier, Samantha Power, John Mearsheimer, Samuel Huntington, Bill Kristol, et Robert Dujarric, mais aussi l'Anglais Tony Judt, le Hollandais Frits Bolkestein et le Français René Girard.

Leur dialogue, dont les fils s'entrecroisent et se poursuivent pendant trois ans, au fur et à mesure que s'approche de la Maison Blanche l'orage irakien, nous plonge dans un drame politique haletant, parfois drôle, souvent cruel, qui n'épargne ni l'Europe ni la France, de l'euphorie de la victoire du «camp de la guerre» à la répudiation de Bush aux élections du Congrès le 7 novembre 2006.

Sébastien Fumaroli a 34 ans. Ancien collaborateur du Point et du Figaro littéraire, il travaille aujourd'hui dans l'édition.



  • La revue de presse Alain Frachon - Le Monde du 9 mars 2007

Il n'y a pas si longtemps, aux Etats-Unis, l'Europe faisait rêver...
Et aujourd'hui ? Un jeune Français a eu la bonne idée d'aller regarder le Vieux Continent depuis l'Amérique. Sébastien Fumaroli est parti dialoguer avec des intellectuels vivant aux Etats-Unis, pas nécessairement américains, pour sonder leur opinion sur la relation transatlantique...
Ce n'est pas la fin de l'Union européenne. Mais, faute de moyens militaires et faute de volonté politique, c'est la fin de l'Europe comme sujet de l'histoire mondiale. Voilà, grossièrement résumée, l'impression que Sébastien Fumaroli a recueillie. Ses interlocuteurs sont de sensibilité néoconservatrice, les autres de l'école réaliste. Sur l'Europe, ils partagent ce constat d'échec.


  • La revue de presse Jean-Claude Casanova - Le Point du 8 février 2007

On ne peut citer tous ceux qu'a intelligemment interviewés Sébastien Fumaroli, toujours avisé et pertinent dans ses questions, toujours précis dans ses commentaires. On ne peut non plus résumer les propos tenus, tant ils sont variés et profonds. On lira la lettre d'un Français devenu américain, Robert Dujarric, sur la passion des néo-conservateurs et les propos désabusés de Tony Judt, Anglais d'Amérique, sur l'Europe. Je ne connais pas de livre qui sous un format aussi restreint fasse réfléchir autant sur la politique mondiale. Cela tient sans doute à ce que l'auteur a su réunir un cénacle impressionnant et qu'il dirige la conversation avec la maîtrise d'un chef d'orchestre mettant chaque soliste en valeur en lui faisant exprimer l'essentiel.


  • La revue de presse Jacques de Saint Victor - Le Figaro du 18 janvier 2007

Il y a beaucoup de surprises dans ce livre-enquête, qui n'a rien d'un reportage «impressionniste» sur le pays de George Bush mais analyse, ce qui paraît beaucoup plus instructif, les thèses des différents penseurs influents...
Pour tous ceux qui ne sont pas des spécialistes et qui sont restés sur leur faim par certains récits de voyage, la lecture de Fumaroli est à conseiller pour saisir les clés de cette Amérique qui ne cesse d'ailleurs d'évoluer, comme en témoignent les revirements récents et spectaculaires de certains «néocons». Ce livre n'est pas un essai classique mais plutôt une enquête intellectuelle. Un travail nécessaire dans un paysage français trop marqué par l'idéologie pro ou antiaméricaine.


  • Les courts extraits de livres : 02/01/2007

LE RETOUR DE CALLICLÈS

«Si le plus fort domine le moins fort et s'il lui est supérieur, c'est là le signe que c'est juste.»
CALLICLÈS, dans le Gorgias de Platon

New York, juin 2005.
(...)
Aux États-Unis, Jeremy Rabkin est l'un des plus brillants avocats de la politique «unilatérale» de George W. Bush. Un souverainiste à l'américaine, qui a donné un coup de vieux à la traditionnelle droite isolationniste, dont Pat Buchanan, ancien collaborateur de Richard Nixon et candidat à l'élection présidentielle en 2000, est le champion. Son dernier livre Law Without Nations ? publié en 2005, est un réquisitoire en règle contre ce qu'il appelle l'«idéologie européenne», accusée de propager dans le monde une conception lâche et défaitiste du droit international.

«Le plus grand danger pour le monde, me dit-il après quelques politesses, c'est que le peuple américain soit démoralisé. Je ne veux pas croire qu'aucune organisation internationale puisse réussir à contraindre les États-Unis, et ni que les États-Unis se laisseront contraindre par une quelconque organisation internationale. C'est une bataille d'idées et de morale. L'Europe est ce qu'elle est. Et je ne veux surtout pas être de ceux qui cherchent à tout prix à la casser en libérant les États membres de leur chaîne commune, même pour sauver l'âme de chacun. Ma seule préoccupation est que l'Union européenne n'exporte pas son modèle idéologique et moral dans le monde. En 1945, on a utilisé une machine légale pour contenir l'Allemagne, et on veut l'utiliser aujourd'hui pour contenir les États-Unis. Et cela m'apparaît tout à fait stupide. Ça a marché avec l'Allemagne, parce que l'Allemagne était vaincue et dévastée. Vous pouvez dire ce que vous voulez sur le déficit budgétaire américain, mais l'Amérique n'est vraiment pas un pays dévasté et encore moins vaincu.»


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia