Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Hommes entre eux

Couverture du livre Hommes entre eux

Auteur : Jean-Paul Dubois

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2879295510

GENCOD : 9782879295510

Joachim Salinger - 05/03/2007


Julien Daillière - 29/01/2007


  • Les présentations des éditeurs : 02/01/2007

Paul Hasselbank et Floyd Paterson n'ont aucune raison de se rencontrer. L'un vit à Toulouse. Il est gravement malade. L'autre habite North Bay (Ontario). Il sillonne les grands espaces et chasse à l'arc en solitaire.

Pourtant, à leur insu, quelque chose relie ces deux hommes. Quelque chose, ou plutôt quelqu'un. L'un et l'autre ont aimé la même femme, Anna, qui les a quittés. Dès lors, leur rencontre devient inévitable. Entre Hasselbank, le Français au bout du rouleau, et Paterson, l'homme des bois, une relation violente et subtile se noue. Dans le huis clos d'une maison rouge isolée par le blizzard, au bord d'un lac gelé, Ils vont connaître, enfin, leur heure de vérité.

Ces hommes entre eux peuvent-ils survivre dans un monde transformé en désert par la disparition d'une femme ? Hantés par les archers invisibles d'Aguirre ou la Colère de Dieu, ils tentent d'échapper aux flèches que leur réserve le destin.

Porté par la beauté des paysages glacés du Grand Nord canadien, ce roman étincelant nous conduit jusqu'à cette part animale qui gît au fond de chacun d'entre nous, faisant de l'un une proie et de l'autre un chasseur.



  • La revue de presse Gilles Pudlowski - Lire, février 2007

Dubois se régale - et nous aussi - de personnages secondaires excessifs (un patron de motel parano, un naturaliste richissime qui mise sur les luttes d'Ultimate Fighting, un combattant primaire qui tue des chiens à coups de poing) et a composé là une symphonie duale, cruelle et désespérée, dont on ressort comme apaisé. Un roman qui porte en lui sa violence inassouvie et qui requinque, voilà un antidote rare au vacarme du monde moderne.


  • La revue de presse Jérôme Dupuis - L'Express du 25 janvier 2007

Jean-Paul Dubois avait jadis titré - non sans humour - l'un de ses ouvrages L'Amérique m'inquiète. Le Canada aussi, pourrait-on ajouter à la lecture de son dernier roman, Hommes entre eux. Et plus particulièrement cet Ontario noyé sous le blizzard, où ses deux personnages, un Européen fatigué et un Nord-Américain débordant de vitalité, vont finir par se croiser en un huis clos glacial. Leur seul lien, une femme, qui n'apparaît jamais dans le récit. Avec en filigrane une question éminemment romanesque : la complicité invisible unissant deux hommes ayant connu la même amante n'est-elle pas plus forte que la jalousie mortelle censée les séparer ?
Sur cette trame, notre romancier brosse un tableau dépouillé en rouge et blanc... le récit est fluide et les dialogues sonnent juste. On lit d'une traite ce roman d'une redoutable homogénéité...


  • La revue de presse Franck Nouchi - Le Monde du 19 janvier 2007

Après les énormes succès de ses deux précédents romans - Une vie française (prix Femina, 2004) et Vous plaisantez, monsieur Tanner (2006) -, Jean-Paul Dubois a visiblement ressenti le besoin de sortir du cadre étriqué de l'Hexagone. Pour l'essentiel, Hommes entre eux se passe en Ontario, aux alentours de North Bay. Au-delà de l'écriture - simple, efficace -, c'est le découpage quasi cinématographique qui frappe avant tout dans ce "roman à l'américaine"...
Ça se lit vite, de manière presque haletante, jusqu'au dénouement...
Mais, enfin, cet Hasselbank qui erre dans le froid canadien comme ces soldats aveugles qui, au temps d'Aguirre, avançaient sur leurs radeaux "dans le noir qui précède la nuit", a quelque chose de vraiment touchant. De vraiment humain.


  • La revue de presse Philippe Lacoche - Le Figaro du 4 janvier 2007

Dans les étendues glaciales du Grand Nord canadien, le face-à-face étrange de deux hommes qui n'auraient jamais dû se rencontrer : un Toulousain gravement malade et un chasseur de gros gibier au coeur greffé...
C'est un roman magnifique que nous propose Jean-Paul Dubois. L'efficacité et la clarté du style, de la narration, de la construction, une efficacité très américaine, très «harrisonienne», se fond avec bonheur à une psychologie très européenne. L'analyse, fine, subtile des sentiments, conduit à une tension intense qui n'est pas sans rappeler les meilleures pages du Gide de la Symphonie pastorale ou du Nizan de La Conspiration. Étincelant, ce huis clos recroquevillé dans les frimas du Grand Nord canadien nous porte vers les sommets lumineux de la réflexion sur la condition humaine.


  • La revue de presse Michel Abescat - Télérama du 3 janvier 2007

Le livre prend alors définitivement le tour d'une épreuve initiatique qui va tout faire basculer. Jusqu'au dernier acte, d'une brutalité fulgurante, parfaitement inattendu, ouvert à toutes sortes d'interprétation. On brûle de raconter cette histoire jusqu'au bout. Pour tenter de définir le désarroi que l'on ressent, une fois le livre refermé, l'opacité entêtante de cette dernière scène, la multiplicité de ses significations. On s'en gardera, pour ne pas compromettre la lecture de ce texte qui évoque avec une si belle urgence la fatigue de nos civilisations, l'insignifiance des combats et des espoirs humains, l'intranquillité fondamentale de nos vies, mais aussi la beauté du monde, les vertus du silence et de la présence aux choses, la nostalgie d'une sorte de grâce animale, d'une innocence sauvage. L'insouciance, désormais inaccessible, du premier matin.


  • Les courts extraits de livres : 02/01/2007

Paterson

Il n'y avait que de la neige. Et des conifères. Et des animaux sauvages. Et un homme. Il s'appelait Floyd Paterson et vivait dans la maison de bois peinte en rouge qui se trouvait juste au milieu du paysage. De loin, on aurait dit une gouttelette de sang sur un drap immaculé.
Floyd Paterson vivait au nord de North Bay, au Canada. Il n'allait jamais au cinéma et ne s'aventurait que très peu hors de la région. Ses rares voyages le conduisaient à l'autre bout du pays, sur la côte Pacifique : il se faisait enrôler une ou deux fois par an dans des pêcheries de l'Alaska. Il prenait l'avion à Toronto, puis de Vancouver s'envolait vers Anchorage ou Juneau, capitale de l'État le plus septentrional des États-Unis. Le reste de l'année, il habitait ici, dans cette maison qui ressemblait à une île au milieu du monde. Un peu à l'écart, une grange solide tenait lieu de garage mais aussi de brise-lames lorsque les bourrasques du Nord venaient s'écraser sur ses flancs.
Chaque jour, Paterson partait à la chasse avec son arc à poulies. Il lui arrivait aussi de percer la glace du lac pour attraper du poisson. Son existence était à la fois très simple et vaguement étrange.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia