Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Un nid pour quoi faire

Couverture du livre Un nid pour quoi faire

Auteur : Olivier Cadiot

Date de saisie : 04/01/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : POL, Paris, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2846821711

GENCOD : 9782846821711

Sorti le : 04/01/2007

Emma Barcaroli - 23/02/2007


Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 07/01/2007

«Cour royale en exil à la montagne cherche conseiller image, chambre tt cft dans chalet atypique, artistes s'abstenir, envoyer prétentions.»
Voici l'annonce qui déclenche ce roman. Une dynastie en fuite ? Au ski ? Le château n'est plus qu'un chalet. Le système de la cour se réduit à des histoires de famille. On y croise un chambellan devenu commercial et un Roi déprimé perdus dans l'histoire, mélangeant héraldiques et logos, entreprise et droit divin. Un professeur de ski ? un analyste ? un décorateur ? un confident de tragédie ? un publicitaire ? un chasseur de tête ? on ne sait pas bien ce qu'ils attendent. Un homme qui croyait avoir déjà bien rempli sa vie, un dandy prêt de la retraite bien installé dans son basement anachronique décide, sous la pression de son entourage, au lendemain d'une fête mémorable de reprendre du service et de rejoindre ce club d'émigrés. Long voyage, traversée d'un paysage plus grand que prévu, rencontre de constructions étranges, nids à taille humaine, notre homme rentre dans un conte déjà-vu encore jamais vu. Escalades des Rocheuses et plongée dans Forêt Noire.
Doué d'une grande faculté d'adaptation, et aidé par une série d'accidents qui vont modifier ses perceptions, il se plie aux dimensions de chacun des cercles qu'il traverse. Comprendre sur le tas pourquoi les princes parlent si mal, à quoi sert un nid, comment inventer un nouveau sport ou l'art de réussir un putsch. Ce caméléon va devenir valet, dame et Roi en accéléré, et faire exploser cette petite société mythologique. Il va rendre le chalet à son état de nature. Et on pourra ainsi redescendre de l'autre côté du livre, par paliers, retraverser tous ces décors, terminer l'histoire avec notre narrateur guéri dans son petit jardin, au secret. Le conseiller travaillait pour lui-même.
Construit dans des matériaux légers ce roman articule des paragraphes et des chansons, des boules de paroles et d'actions à de petits notes, pour, en variant les positions du son, essayer de bouger les images.



  • La revue de presse Patrick Grainville - Le Figaro du 1er mars 2007

À travers les cabrioles de sa fable bouffonne, le roman met en scène la fin du politique. Quelle recette ficeler ? C'est une question actuelle ! D'ailleurs, Cadiot adore les trouvailles gastronomiques. À la cour, on mange des rillettes de reliques, de kangourous flambés, du saucisson d'ours, des médaillons de cygne, on se souvient de la tortue de Darwin en imaginant des concerts singuliers, raves de sourds au pied des balcons pareils à des soutien-gorge ! La dépression a du bon, toujours suivie par un pic maniaque inventif !...
Des gags donc, des sketchs luxuriants, des fêtes carnavalesques, des spéculations satiriques ! Mais le génie de Cadiot, c'est la meilleure recette : l'alchimie, l'envol poétique, traverser tout cela, le volatiliser dans une nuée fulgurante de visions hachées, d'images rythmiques, de flashs, de vers libres, de haïkus ardents, d'onomatopées, d'alinéas ailés. Cadiot, c'est une chevelure de comète ! La voilà, la belle, la leste ivresse du livre.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 1er février 2007

«Il était une fois»... Si Olivier Cadiot se passe ici du préambule commun, c'est que son roman - car roman il y a bien, virtuose et tonitruant, ludique et drôle - n'épouse pas les codes ordinairement appliqués au genre romanesque. Le classicisme ne fut jamais tellement le genre de cet écrivain né de la poésie, extraordinairement réceptif aux bruits du monde - langage de la rue et d'ailleurs, jargons publicitaire, politique, scientifique et autres, sons triviaux... -, en quête d'une forme littéraire susceptible de rendre compte de cet inextricable maelström sonore, de l'énergie qui le porte, de la confusion des discours et du sens qu'il engendre...
Prises de parole sages ou incongrues, scènes burlesques ou poétiques construisent ce récit qui, sans dramatiser ni se prendre au sérieux, regarde aussi du côté de l'enfance, du cauchemar, de l'effroi - un récit où, derrière le rire, on jurerait bien entendre gronder «le murmure des Ténèbres» qu'évoquait naguère Chateaubriand.


  • La revue de presse Odile Quirot - Le Nouvel Observateur du 25 janvier 2007

Olivier Cadiot est un écrivain, poète et romancier joué au théâtre avec succès. Ses livres portent de drôles de titres. «Un nid pour quoi faire» se déroule pour l'essentiel sur les cimes où s'est exilée une cour royale décadente à la recherche d'une image rajeunie. Roi, duchesses, conseillers en communication font du ski et des fêtes dans d'invraisemblables tenues. Ils s'expriment parfois dans un langage soucieux de «la vraie vie des gens». Tu parles !
On se régale de cette prose hyper-active et très concrète, toujours au présent. Les personnages d'«Un nid pour quoi faire» arpentent la surface vide du monde, sur lequel ils glissent dans un temps qui semble figé. Le chalet de cette cour royale en exil fait penser au château de Kafka : on y étouffe un peu, à l'instar du narrateur dépressif qui, sommé par son frère de se secouer, présente donc ses services au roi en exil. C'est l'un des fils d'une narration en slalom avec sorties de piste fréquentes, et léger détour du côté de Bossuet ou d'un Vermeer prêté au roi par le MET, via le Net et «un milliard de pixels»....


  • La revue de presse Aurélie Djian - Le Monde du 12 janvier 2007

Un livre souple, voilà l'idée. Trouver une forme, une phrase, suffisamment généreuse et accueillante pour comprendre, articuler des régimes de parole différents (pensées, sensations, décor, etc.). Un roman, donc. Mais bizarre...
Le moteur de la fiction est plus que jamais lié à la création d'une langue orale dans le livre, d'un grain, d'une légèreté. Car enfin et surtout c'est un roman comique. Un sourire ou un tremblement dans la voix. Selon. Comme on cherche à la radio la bonne distance au micro, une intimité de la parole "à domicile", avec ses respirations, ses blancs, ses accélérations. Du "yoga-mots", s'écrie le héros sur son tapis de sol, "Gymnastique, hop, détendons-nous, on parle en respirant, on expire ses mots, on fait sa gymnastique de mots". Ça parle, c'est du Cadiot.


  • La revue de presse Baptiste Liger - L'Express du 4 janvier 2007

Poète, dramaturge et romancier, cet hurluberlu est en effet le chef de file d'un groupe d'écrivains tout aussi farfelus, qui jonglent avec les mots comme des gamins s'amusent avec des briques colorées. En retour, grâce à une imagination débordante et une prose ludique, Cadiot nous fait retrouver notre naïveté enfantine, le plaisir régressif de jouer à Robinson - son héros fétiche - la joie d'endosser une panoplie. A tous les nostalgiques de ces douces sensations, on recommandera chaudement le dernier (et hilarant) roman de ce trublion, Un nid pour quoi faire...
Construit comme une montée en téléski suivie d'une descente tout schuss, Un nid pour quoi faire peut surprendre. Dans ses premières pages, les voix s'entremêlent, les règles traditionnelles de ponctuation sont volontiers bafouées, les indications sensorielles se glissent dans les songes des personnages. Mais, loin de nuire au récit, ces singularités créent une atmosphère magique. Jusqu'à la fin de cette parabole poétique sur le pouvoir, Olivier Cadiot impose une cadence infernale à son histoire. Alors, Un nid pour quoi faire ? La Compagnie créole répondrait : pour faire «rire les oiseaux». Les animaux sans plumes aussi !


  • La revue de presse Eric Loret - Libération du 4 janvier 2007

Il y a des aiguilles et de l'humus, on s'enfonce dans la ramification, ça fond sous la langue la forêt est noire, Lenz traverse la montagne fractale à la page 57. C'est l'histoire d'un roi en exil, comateux sous le blanc tapis de l'hiver, coincé là «pour l'éternité», à moins que cette neige ne soit une poussière d'après la fin du monde, d'une fin des arrière-mondes, ambiance de mythologie nordique...
Puisque notre héros est encore une fois Robinson, personnage-fétiche de Cadiot, poète insulaire avec ses bouts de ficelle pour habiter le monde, non pour aller sur une île (possibilité d') mais pour en revenir. C'est le sens du titre : durant son voyage d'hiver, le narrateur-roi mélancolique trouve un nid à taille humaine, mais il ne souhaite pas que quelqu'un l'attende quelque part (pour quoi faire). Ce nid-là est un appel, au contraire, à s'expulser de soi et tout le travail du roman est antidépresseur.


  • Les courts extraits de livres : 15/01/2007

Tenez-moi bien le bras, quand on visite le château avec le Roi, on doit marcher majestueusement, et s'arrêter, comme ça, arbitrairement, un, deux, trois, soleil.

C'est beau, non ?

Ma Galerie des Glaces, en réduction, ça détonne un peu à l'intérieur d'un chalet, un grand chalet quand même, peintures de Le Brun, comme il se doit, plan des pistes en immense, on se remémore les batailles avec soi-même, escalade en solo face nord, etc., bon, l'avantage c'est que la vraie montagne par la fenêtre envoie une lumière extra­blanche multipliée par les glaces, regardez-moi ça, vous vous rendez compte du nombre de lumens que ça fait.

Ah, la lumière.

Et puis un air exceptionnel, c'est un microclimat, je respire, je ne pourrais plus habiter une ville marécageuse, pleine de fuel, avec des molécules de pneus en suspension dans l'air, pire que le pollen, allergies ad vitam, on a bien fait de s'exiler, ici on respire, c'est plus frais, j'ai des idées, je suis en vacances perpétuelles, la nourriture est remarquable, moins de stress, on travaille en s'amusant, ecce homo, me serrant le bras très fort, vous voyez tout n'est pas rose, mais on s'en sort, il faut rester au-dessus de la mêlée, dignité, dignité.

Avancez lentement.

Bonjour, mon petit Max, Max est responsable du fartage, comme on avait toutes ces consoles, le long de la galerie, au lieu de mettre des corbeilles de fruits, des aiguières pour soi-disant se rafraîchir les mains, j'ai eu l'idée de les mettre bout à bout, on pose les skis dessus, on a toute la place pour farter, hein, Max ?

C'est très pratique, Majesté.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia