Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Douce France

Couverture du livre Douce France

Auteur : Karine Tuil

Date de saisie : 03/01/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 14.90 €

ISBN : 978-2246709916

GENCOD : 9782246709916

Sorti le : 03/01/2007

François Attia - 02/03/2007


Charlotte Thomas - 12/02/2007


Alan Kerneuzet - 29/01/2007


  • Les présentations des éditeurs : 04/01/2007

Une jeune femme sans histoires est arrêtée par erreur avec des immigrés clandestins.
Au lieu de protester, mi-fascinée mi-voyeuse, elle endosse l'identité usurpée d'une Roumaine sans papiers et devient la prisonnière involontaire d'un centre de rétention administrative de la région parisienne. C'est un autre monde qu'elle découvre : tour de Babel des langues, machinerie bureaucratique, attente effrayée de la décision du juge, libération ou renvoi au pays. La misère de ces corps sans patrie soulève en elle l'inquiétude sur ses propres origines.
Dans ce no man's land, toutes ses illusions, tous ses préjugés aussi, volent en éclats. Ainsi se noue ce roman coup de poing, à mi-chemin de l'indignation et de la lettre d'amour aux siens, autour d'une question obsédante : quel prix faut-il payer pour avoir la certitude d'une terre à soi ?

Karine Tuil est l'auteur chez Grasset de Tout sur mon frère (2003) et Quand j'étais drôle (2005).



  • La revue de presse Sophie Delassein - Le Nouvel Observateur du 1er février 2007

Du plus loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie en situation irrégulière.» Qui parle ? La romancière Karine Tuil ou son héroïne Claire Funaro ? D'emblée, elles se confondent avec leurs origines juives communes, une manie de l'introspection, un sentiment d'insécurité congénitale et une saine curiosité qui les pousse à enjamber un jour les fils barbelés d'un centre de rétention administrative...
Pour mener à bien ce roman, son sixième, Karine Tuil a longtemps enquêté sur le destin de cette population en situation irrégulière en France et visité l'un des 21 centres de rétention, celui du Mesnil-Amelot, qu'elle décrit longuement. Elle a recueilli les sentiments des détenus et de leurs cerbères. Son aventure personnelle mêlée à celle de son personnage rend le récit réaliste, poignant, passionnant.


  • La revue de presse Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 4 janvier 2007

Se sentir étranger, partout où l'on se trouve : c'est à partir de ce sentiment que Karine Tuil a construit son nouveau roman...
S'ensuit une enquête au coeur de l'aéroport de Roissy et au centre de rétention administrative de Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne. Et cette quête sur ses propres origines ; sur les raisons profondes qui la poussent à agir et à penser en «immigrée» dans son propre pays...
Douce France est un «roman-enquête» où Karine Tuil montre ses talents d'observatrice. Elle ne laisse rien passer : ni le racisme entre les communautés, là où l'on aurait pu s'attendre à de la solidarité, ni l'emballement bureaucratique qui fait qu'une Française se retrouve embarquée de force en Roumanie. En se mettant dans la peau de cette fausse clandestine, la romancière démontre, en passant, la supériorité de la fiction sur la réalité, car son récit vaut les meilleurs essais.


  • Les courts extraits de livres : 21/01/2007

Le choc, d'abord (et toujours cet effroi indescriptible, cette rage qui montait en moi, une forme de révolte que je maîtrisais mal, on enfermait des hommes, des femmes, on les retenait physiquement au seul motif qu'ils ne justifiaient pas de leur identité). L'arrivée au commissariat. Tous présumés coupables. Des étrangers. Des sans-papiers. La fouille minutieuse, tournez-vous, videz vos poches, les mains en l'air - mais qu'avions-nous à cacher à part notre identité ? Ces claquements dans ma tête à intervalles réguliers, Clac ! Clac ! Clac ! Et cette douleur dans la poitrine, caillot coincé dans l'aorte, prêt à éclater - mauvais sang.
La tension, ensuite. Les nerfs à vif. L'organisation quasi militaire. Les affaires personnelles, les lacets des chaussures, les ceintures : confisqués. L'enfermement dans une pièce sans fenêtre sur l'extérieur. A plusieurs, sur un banc (crasseux, recouvert de graffitis obscènes). Les yeux fixés sur le mur d'un gris sale. Les effluves de sueur, d'urine et de tabac froid. Et ces voix entremêlées qui répétaient J'ai pas tué, j'ai pas volé, j'ai rien fait, litanie expiatoire ayant force de preuve : un comportement citoyen - pensaient-ils - accorderait le droit de rester en France. T'es qu'une merde de clandestin des pays de l'Est, a dit un petit brun de type maghrébin à l'un des hommes qui étaient assis à nos côtés. Puis, interpellant un gendarme : J'ai rien à voir avec ces voleurs, je suis algérien, ma famille est en France.
C'est-ce-que-vous-direz-au-juge.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia