Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Un fauteuil au bord du vide

Couverture du livre Un fauteuil au bord du vide

Auteur : Alexis Salatko

Date de saisie : 03/01/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-213-62615-4

GENCOD : 9782213626154

Sorti le : 03/01/2007

Alan Kerneuzet - 29/01/2007


  • Les présentations des éditeurs : 11/01/2007

Je regarde la grue d'où mon père est tombé.
Suicide ? Accident. J'ai voulu comprendre, enquêter. Je me suis pris pour le Marlowe du Cotentin. Mais on risque gros à jouer les détectives parmi ses propres souvenirs. Cherbourg, années 70. La ville brillait de mille hublots transatlantiques. Les chantiers navals où travaillait mon père tournaient encore à plein régime. Ma mère promenait en Jaguar sa beauté fragile de Russe en exil. Mais le bonheur est un fauteuil au bord du vide qui a vite fait de basculer.
J'avais beau me repasser le film en noir et blanc de nos plus belles années, je devais bien admettre que c'était fini. Jusqu'à ce que je comprenne : mon heure de gloire à moi, je ne l'avais même pas eue, et c'était peut-être à cause de ça que mon père s'était perdu.

Alexis Salatko est écrivain. Son dernier roman, Horowitz et mon père (Fayard, 2006), a été salué par la presse et couronné par le prix Jean-Freustié.



  • La revue de presse Philippe Lacoche - Le Figaro du 22 février 2007

Ce roman, empreint d'une gravité qui vous noue la gorge, revisite une époque, des vies et des destins. Peintre subtil, Alexis Salatko décrit par petites touches un bonheur familial qui se délite dans cette ville portuaire de Cherbourg, décrépite, hantée par ses fastes d'antan, par des paquebots-palaces fantômes. Il s'affirme comme un portraitiste délicat. Ce livre est grand, car on le sent habité par une sincérité que la seule fiction eût été incapable de générer.


  • La revue de presse Delphine Peras - L'Express du 11 janvier 2007

Dieu sait si les récits autobiographiques maquillés en fiction peuvent être ennuyeux. Rien de tel avec le nouveau roman d'Alexis Salatko...
Qu'importe si Alexis Salatko nous parle de lui, des siens. Ce magicien du verbe le fait avec une telle tendresse pour ses personnages que l'on s'y laisse prendre jusqu'à la dernière page.


  • Les courts extraits de livres : 22/01/2007

Aidé de ses voisins, qui offraient l'avantage d'être aussi ses ouvriers, mon père avait réparé le chauffe-eau, purgé la cuve à mazout, remplacé les carreaux de la serre, gratté la mousse des statues, lifté le chamaerops et taillé la bambouseraie, repeint les plafonds, rafraîchi la façade. Grâce au travail de sa fine équipe, l'austère bâtisse de l'impasse Paradis avait perdu un peu de sa noirceur. Bien sûr, on avait pendu la crémaillère, tous ensemble, autrement dit les gens de l'impasse étaient venus festoyer à la maison à la fortune du pot et on avait guinché jusqu'à l'aube, après quoi l'ingénieur et ses hommes s'étaient rendus directement sur le chantier, sans prendre la peine de se doucher ni de se raser. Mon père était un ardent partisan de l'explosion des barrières entre les classes.

De temps à autre, ma grand-mère venait nous voir. Pour soutenir le moral des troupes, disait-elle. On lui faisait visiter La Hague dans la matinée. Elle était ravie, ma même. Elle avait si peu l'occasion de quitter son deux-pièces de la rue des Bourguignons, à Bois-Colombes. En fin de compte, Cherbourg était le genre de trou qui gagnait à être connu. D'ailleurs, Flora avait fini par s'y faire.
«Je me souviens de tes lettres au début. On aurait dit des SOS !
- Tais-toi, maman !
- La pluie, l'isolement, Igor toujours par monts et par vaux, j'ai craint le pire et puis il y a eu ce grand voyage, cet enfant de l'amour, et tout est rentré dans l'ordre, n'est-ce pas, mes chéris ?
- Maman, je t'en prie ! Profite plutôt du paysage !»
Flora serrait les mâchoires et ne décolérait pas. L'ingénieur souriait. Grand, blond, des yeux de loup de Sibérie, c'était un bel homme, plein de charme. J'admirais son calme, sa décontraction en toutes circonstances. Il venait d'acheter la Jaguar et nous respirions l'opulence. Grand-mère me caressait les cheveux, mais du bout des ongles, comme on fait avec un animal vaguement effrayant qu'on cherche à apprivoiser.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia