Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Absent de Bagdad

Couverture du livre Absent de Bagdad

Auteur : Jean-Claude Pirotte

Date de saisie : 11/01/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : La Table ronde, Paris, France

Collection : Vermillon

Prix : 16.00 €

ISBN : 978-2-7103-2903-9

GENCOD : 9782710329039

Sorti le : 11/01/2007

François Attia - 02/03/2007


Celia Nogues - 01/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 11/01/2007

Au début j'avais réussi à écrire quelques mots dans ma langue, ou plutôt les graver du bout de l'ongle sur un carton minuscule que j'avais trouvé dans le noir en tâtonnant, ils ont dit que j'avais écrit le nom d'Allah et que c'était de l'arabe, mais ils se trompaient, il n'y avait ni le nom d'Allah ni aucun mot d'arabe, c'était le prénom de ma fiancée turque, et d'autres mots griffonnés que j'ai oubliés après qu'ils m'eurent enchaîné les mains et les pieds, la main gauche au pied droit, la droite au pied gauche, et qu'ils m'eurent entouré le cou d'une laisse cloutée au moyen de laquelle ils me traînaient dans une galerie souterraine semée de tessons de bouteilles.



  • La revue de presseFrançois Busnel - L'Express du 22 février 2007

L'un des plus beaux écrivains de langue française est belge. Jean-Claude Pirotte, né à Namur, établi dans le Jura (où l'on fait donc du vin et de la bonne littérature), signe un long poème en prose aux accents baudelairiens. Absent de Bagdad (la Table ronde, 144 p., 14 euros) administre de façon magistrale la preuve que les écrivains savent mieux que quiconque dire le monde, l'éclairer et en préserver les mystères...
Dans ce texte superbe, poétique et politique, Pirotte renvoie dos à dos les deux fondamentalismes qui, selon lui, déchirent la planète : l'islam intégriste et la démocratie dévoyée. Leur point commun ? L'absence de doute.


  • La revue de presse Aude Lancelin - Le Nouvel Observateur du 11 janvier 2007

L'Irak s'impose alors comme abcès. Et lui, le poète des pluies de Rethel, où le soleil perce rarement, revêt la cagoule d'un supplicié d'Abou Ghraib. Lui, l'amateur de bières puissantes et de crus rares, se retrouve dans la cellule d'un «chien maigre de l'Islam», à épouser les réflexions d'un homme enseveli vivant, humilié mais pas brisé...
Mi-poète, mi-procureur, Pirotte signe ici un manifeste pour ceux qui veulent croire encore aux légendes millénaires, au triomphe dans l'ombre, à la défaite improbable des imbéciles.


  • Les courts extraits de livres : 23/01/2007

je ne saurai jamais pendant combien d'heures, de nuits et de jours, je fus enfermé dans ma première cellule, et c'était bien avant que je me découvre ce don de lucidité qui me sauva de moi-même durant les séances de jeux auxquels mes geôliers se plurent à se divertir avec moi

mais déjà ma réserve de patience lentement se constituait

j'avais été jeté dans ce trou obscur la tête cagoulée et les mains entravées, j'étais étendu sur un sol de terre battue et de poussier qui ne me révélait rien, je me suis traîné jusqu'à toucher de l'épaule une paroi contre laquelle j'ai réussi à me redresser d'abord, à m'appuyer ensuite

la cagoule était nouée serré au bas de ma nuque, et d'abord j'ai tenté par des frottements contre les aspérités de la paroi d'attaquer ces liens dans l'espoir de les détruire ou du moins d'en atténuer la pression

peut-être même réussirais-je à déchirer le tissu, je n'avais rien de mieux à faire, et je ne voulais surtout pas réfléchir, penser, me souvenir, dormir

or tous mes efforts n'aboutissaient à rien, sinon à déplacer la cagoule et à me priver d'air, car ce masque présentait une mince ouverture à hauteur de mes narines, je devrais dire plutôt qu'elle avait été découpée, cette fente, juste assez pour laisser l'air s'insinuer


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia