Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le feu, la vie

Couverture du livre Le feu, la vie

Auteur : Nathalie Bauer

Date de saisie : 04/01/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Philippe Rey, Paris, France

Collection : Roman français

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-84876-075-9

GENCOD : 9782848760759

Sorti le : 04/01/2007

Mélanie Couillaud - 01/03/2007


Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 11/01/2007

Du vieux palais voisin, Rocco a longtemps admiré le golfe en contrebas, les plages de sable pâle, la mer recommencée.
Mais depuis qu'une insolite et séduisante famille mi-russe mi-française l'habite, c'est un autre spectacle qui l'attire : Ludmilla à son violon, Irina dansant parmi les herbes folles, Varvara l'imprévisible avec ses allures de bohème et ses rêves d'écrivain. Rocco sait que désormais son existence va changer ; déjà, son père, le tyrannique capitaine au long cours, ne réclame plus " Paix et silence ", n'accuse plus ses fils d'être incapables de trouver le courage de vivre : à présent, il organise des repas sous la tonnelle, prend le voisin, Vadim, en aparté, lui explique le sud de l'Italie...
II semble que tout soit touché par une sorte de grâce. Une grâce née du choc explosif de deux familles. Séduction et répulsion : les scènes se succèdent, cocasses ou douloureuses. Parents inquiets, filles excessives, adolescents fiévreux autour desquels gravitent des personnages insolites : une grand-mère russe dite " le vieux dragon ", les " tantines " italiennes, jumelles infantiles, le " professeur " aux idées noires, et tout un village.
Un univers tchékhovien dans l'âpre Sud italien, mais surtout une merveilleuse exhortation à la vie, au feu de la vie.

Nathalie Bauer est traductrice de l'italien. Le feu, la vie est son deuxième roman.



  • La revue de presse Dominique Fernandez - Le Nouvel Observateur du 22 février 2007

Dès les premières pages, on est jeté ailleurs, et c'est un des plus vifs plaisirs que peuvent donner les romans...
Nathalie Bauer, traductrice de l'italien, met en scène avec talent cette rencontre de deux univers en apparence si éloignés mais dont elle révèle la secrète connivence : l'inquiétude méridionale, liée à la situation historique du Mezzogiorno sous-développé et gangrené par la corruption, et la dinguerie slave, intemporelle, métaphysique.


  • La revue de presse Alice Ferney - Le Figaro du 11 janvier 2007

Notre vie est de nature microscopique. Voilà un livre qui semble la mise en mots romanesque de cette phrase de Schopenhauer. Les événements y sont minuscules : un déjeuner, un goûter, une exposition de peinture, une promenade, une dispute, un dépit amoureux... La vie va, ne va nulle part, s'attarde et paraît longue, puis d'un seul coup décline, se précipite vers la destruction. Les jeunes cherchent un destin. Les vieux meurent (d'abord le professeur, la grand-mère, puis finalement le père). Les gens se cognent, s'embrassent puis se griffent. Tous les liens sont compliqués. Les êtres sont insaisissables. Tout peut s'effilocher si l'on ne jette pas sa volonté entière dans la bataille.


  • Les courts extraits de livres : 13/01/2007

Leur père était absent quand les nouveaux voisins arrivèrent, une famille blonde que Rocco se rappela avoir aperçue quelques mois plus tôt sur le promontoire, où il avait cru qu'elle s'était aventurée par mégarde, une famille blonde et pâle qui ne pouvait être qu'étrangère. Les mains accrochées aux barreaux de la grille, il les observa un moment aller et venir entre le vieux palais et un camping-car, leurs silhouettes découpées en bandes verticales, puis il courut chercher un de ses frères. Il confia sa découverte à Dino, mais Dino rétorqua qu'il n'avait pas le temps, qu'il n'avait du temps, dans la vie, que pour sa thèse et le centre catholique, il la confia alors à Rosario, et Rosario embrassa le bout de ses doigts : il était privé de sortie depuis qu'il avait échoué au baccalauréat, ses fiancées et ses amis lui manquaient. Mais en chemin, Rocco se souvint des rires que Rosario lançait tel un gargouillement de cascade, de sa main qui voletait autour de ses cheveux quand une fille F écoutait, et il regretta d'avoir parlé. Il aurait aimé reprendre ses mots et les jeter au fond d'un sac, il se maudissait de ne pas savoir se taire lorsqu'il le fallait, car si les nouveaux voisins se composaient d'un père grand, maigre, échevelé, d'une mère toute en rondeurs, d'un garçonnet et d'un chien qui, à l'évidence, était un lévrier afghan, animal que ses encyclopédies ne classaient pas parmi les plus intelligents, ils comptaient aussi trois filles dans leurs rangs. Il espéra avoir rêvé ; au reste, il semblait absurde qu'une famille blonde et pâle, une famille d'étrangers, s'installe dans un palais abandonné, et non dans une maison confortable sur la grand-place du village, par exemple, ou dans un immeuble du bord de mer, il espéra qu'ils seraient repartis lorsque Rosario et lui surgiraient.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia