Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Un été à Cabrera

Couverture du livre Un été à Cabrera

Auteur : Pedro Zarraluki

Traducteur : Laurence Villaume

Date de saisie : 04/01/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Plon, Paris, France

Collection : Feux croisés

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-259-20446-0

GENCOD : 9782259204460

Sorti le : 04/01/2007

Julien Daillière - 29/01/2007


Emmanuelle Cousin - 23/01/2007


  • Les présentations des éditeurs : 17/01/2007

Eté 1940. Leonor, épouse d'un haut dignitaire républicain fusillé à la fin de la guerre d'Espagne, et sa fille Camila sont envoyées en exil forcé sur la petite île de Cabrera, au sud des Baléares. Pour seule compagnie, elles auront une brave cantinière râleuse, son mari alcoolique, un pêcheur solitaire hanté par de lointains souvenirs, un mystérieux et séduisant ermite allemand et un détachement militaire terrorisé par une éventuelle attaque de la marine anglaise. Entre temps, à Majorque, un homme reçoit de la part des autorités l'ordre de se rendre à Cabrera pour exécuter une mission susceptible de lui permettre de racheter les fautes de son troublant passé.

Un été à Cabrera est une ode splendide à l'énergie inépuisable avec laquelle les femmes et les hommes se relèvent après les coups cruels infligés par le destin.

Pedro Zarraluki est né à Barcelone en 1954. Il est l'auteur de deux livres de récits et de plusieurs romans, dont El Responsable de las ranas (L'Abbaye des grenouilles, Belfond 1993), récompensé par le Prix de la Ville de Barcelone. Un été à Cabrera a été couronné par le prestigieux Prix Nadal, équivalent du Concourt, en 2005. Son oeuvre a été traduite en sept langues.



  • La revue de presse Christophe Mercier - Le Figaro du 8 février 2007

Le roman de Pedro Zarraluki procède par juxtaposition de scènes brèves, tour à tour consacrées aux différents personnages, et qui dessinent une chronique de la vie dans le hors monde qu'est cette île isolée, qui vit au ralenti. On ne peut qu'être sensible à la générosité du regard du romancier, qui ne condamne aucun de ses antihéros, qui offre à chacun, même aux plus odieux, l'occasion de se racheter, de se montrer, un instant au moins, sous son meilleur jour. Ce beau livre d'une écriture très sobre, souvent oppressant, parfois cru et troué d'éclairs de violence, est finalement un livre d'espoir, et de foi dans l'humanité, dans les ressources insoupçonnées des hommes alors qu'ils croient avoir atteint le fond du trou.


  • Les courts extraits de livres : 17/01/2007

Leonor Dot sortit une chaise sous le porche et resta assise un long moment, les mains posées sur les genoux et le regard perdu sur le paysage dérisoire de l'île. Ses souvenirs l'assaillaient comme de tristes rengaines, mais elle s'efforçait de s'adapter à sa nouvelle situation. Elle s'en était toujours sortie, même dans les pires conditions. Leonor Dot se disait que, une fois la guerre terminée, tous les Espagnols, qu'ils se retrouvent dans les inquiétants recoins de l'exil ou qu'ils fassent partie de ces centaines de milliers de reclus dans l'attente d'un pardon incertain et cruel - y compris ces privilégiés du nouveau régime qui essayaient, dans le mince espoir de reprendre une vie normale, de redonner du lustre aux oripeaux de la misère -, tous les survivants de la guerre civile, en définitive, tôt ou tard, feraient comme elle : ils s'assiéraient dans un coin pour se reposer un peu et laisseraient passer le temps. Voilà ce qu'elle devait faire, laisser le temps passer et profiter de la relative tranquillité que Cabrera pouvait lui offrir. Le monde était entré dans une nouvelle guerre, et cette île, aussi inhospitalière fût-elle, semblait un endroit sûr pour garder sa fille saine et sauve en attendant des jours meilleurs.
Camila, qui se tenait derrière elle, pensait que sa mère restait sans réaction. Cela valait mieux que de la voir pleurer. Elle décida donc de ne pas la déranger. Elle essuya son doigt taché de suie sur les herbes qui envahissaient l'entrée et ouvrit la valise que Leonor avait laissée par terre. Elle y trouva quelques sous-vêtements, le strict nécessaire, un manteau qui lui appartenait et qu'elle regarda avec répugnance parce qu'il était trop petit, et quatre livres recouverts avec des pages de Solidarité nationale. Elle les feuilleta et en choisit un, Lumières de bohème, de Valle-Inclán ; son père y avait souligné les passages qui lui plaisaient. Elle s'allongea sur un des vieux lits et se mit à lire les phrases soulignées, sans les comprendre vraiment, puis finit par s'endormir. Lorsqu'elle se réveilla, les mots encore sur les lèvres, le soleil déclinait et sa mère avait gardé la même position. Le silence était si lourd qu'elle en eut des palpitations et ressentit une peur étrange, cette peur douce qui ressemble tant à un mal-être de l'âme.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia