Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Noirs de France

Couverture du livre Noirs de France

Auteur : Aminata Fall

Date de saisie : 17/01/2007

Genre : Sociologie, Société

Editeur : Calmann-Lévy, Paris, France

Prix : 16.00 €

GENCOD : 9782702137611

Sorti le : 17/01/2007

Emmanuelle Cousin - 23/01/2007


  • Les présentations des éditeurs : 17/01/2007

«On a quelquefois l'étrange impression de déranger quand on est noir dans un pays qui se croit tout blanc. Manifestement, le Français de souche n'a pas encore compris que français ne veut pas forcément dire blanc...»

La France a-t-elle réalisé que ses citoyens noirs, encore considérés comme des migrants, ne repartiront pas ? Dans une république universelle qui récuse la notion de race, pourquoi les Noirs ne peuvent-ils pas se dire français sans provoquer un certain scepticisme ? Y a-t-il une communauté noire en France ? Quelle place pour la mémoire de l'esclavage ? Quel crédit apporter à l'opposition que certains tentent de créer entre Noirs et Juifs ? Peut-on croire à l'égalité quand des millions de Français noirs, dont les parents et les grands-parents ont tant donné à la République, sont si peu représentés dans l'espace public et que les discriminations minent toute perspective d'«intégration» ?
Des squats qui brûlent aux banlieues qui flambent, en passant par la naissance d'un communautarisme noir, la France peut-elle réussir là où les États-Unis ont échoué, à savoir échapper à la question noire ?

Née à Dakar en 1976, Rama Yade-Zimet est diplômée de l'Institut d'études politiques. Elle est fonctionnaire et membre de plusieurs clubs oeuvrant pour la diversité de la société française.



  • La revue de presse Pascal Bruckner - Le Nouvel Observateur du 29 mars 2007

Retenez bien ce nom : Rama Yade-Zimet. Cette jeune fonctionnaire, diplômée de Sciences-Po, spécialiste de littérature allemande et par ailleurs d'origine sénégalaise, fera certainement parler d'elle un jour. Sur un sujet propice à tous les égarements, le traitement de la diversité, elle tisse une réflexion originale autant que radicale. Plutôt que de crier une fois de plus au racisme, elle postule plus subtilement un défaut d'identification des Franco-français vis-à-vis de leurs compatriotes noirs qu'ils ont du mal à considérer comme des égaux...
Rama Yade-Zimet chemine ici sur une ligne de crête étroite mais passionnante où elle entrechoque les préjugés des uns contre les stéréotypes des autres...
La France n'échappera pas à la question noire ; avec Rama Yade-Zimet, elle l'affrontera avec lucidité et courage.


  • Les courts extraits de livres : 17/01/2007

PITIÉ POUR LES BONS MAMADOU

Il est paradoxal que le XVIIIe siècle, considéré comme l'apogée des Lumières, soit aussi celui où le mythe de l'infériorité du Noir atteint son paroxysme. Comment expliquer cette contradiction ? D'un côté, les philosophes des Lumières condamnent l'esclavage ; de l'autre, convaincus que l'histoire des hommes s'envisage, dans les marches du progrès, sous l'influence de la science, ils établissent une hiérarchie où les Noirs, assimilés aux bons sauvages, figurent au plus bas niveau. Cette contradiction demeure encore très présente chez certains défenseurs actuels des droits de l'homme et des peuples opprimés. Quelquefois, on les entend dire que les Noirs sont de grands enfants. Ce qu'ils aiment chez eux, c'est qu'ils gardent le sourire malgré tous leurs malheurs. Les éboueurs et balayeurs des années 80, les résidents des foyers Sonacotra, icônes de la lutte en faveur des opprimés, ont ainsi été l'objet de toutes les pitiés tiers-mondistes bien-pensantes. Ce traitement soi-disant antiraciste n'a eu d'autre effet que de maintenir les «bons Mamadou» dans un statut de perpétuelle minorité, tuant en eux toute recherche d'égale dignité. Ces postures ne seraient pas bien graves si elles n'avaient pas eu des effets pratiques navrants.

L'excision ? Chez eux, c'est comme ça

C'est au nom du respect des modes de vie des Africains que certaines pratiques culturelles inadmissibles ont été tolérées sur le sol national, comme l'excision ou la polygamie. Car, croit-on, «chez eux, c'est comme ça». Cette attitude était très en vogue dans les années 80 et 90. Tout se passait comme si l'on admettait l'idée que, en matière de dignité humaine, il y aurait, d'un côté, les «civilisés», pour lesquels l'exigence est poussée au plus haut, et, de l'autre, les Noirs, qui ne mériteraient pas que les droits de l'homme leur soient appliqués, pour cause d'altérité ! Au nom du droit à la différence, on laisse ainsi des personnes subir des situations d'une exceptionnelle gravité, qu'on n'imposerait à nulle autre.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia