Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Histoire de l'Angleterre

Couverture du livre Histoire de l'Angleterre

Auteur : Bernard Cottret

Date de saisie : 11/01/2007

Genre : Histoire

Editeur : Tallandier, Paris, France

Prix : 25.00 €

ISBN : 978-2-84734-262-8

GENCOD : 9782847342628

Sorti le : 11/01/2007

  • Le journal sonore des livres : Alban Guyon - 15/03/2007

Alban Guyon - 15/03/2007


Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 18/01/2007

L'Angleterre n'est pas une île.
Elle occupe la partie méridionale d'un archipel, dont elle a, lentement, méthodiquement, effectué l'exploration et la conquête, au terme d'une histoire pluriséculaire. C'est chez leurs voisins les plus proches - les Gallois, les Ecossais, les Irlandais - que les Anglais ont fait l'apprentissage des mondes lointains. Poursuivant sa quête impériale pour s'étendre jusqu'aux confins du globe, l'Angleterre, " voisine d'aucun par la terre " est devenue, au cours des âges, " la voisine de tous par la mer.
" Ainsi Bernard Cottret résume-t-il cette longue mutation, qui a commencé voici près de mille ans, avec la chevauchée d'un prince venu de Normandie, Guillaume le Conquérant. Depuis lors, l'histoire a mêlé les destinées de l'Angleterre et de la France, pour le meilleur et pour le pire. Longtemps, malgré ou à cause des crises internes qui la secouèrent, comme la guerre des Deux Roses ou le schisme fondant l'anglicanisme, le royaume fut à la pointe des avancées de l'histoire : Le Parlement, la Réforme, la Révolution, le régime constitutionnel, l'industrialisation, la décolonisation, autant d'étapes franchies avant les autres Etats.
De là l'originalité qui a toujours marqué l'identité britannique, et que les Français, généralement, ignorent ou perçoivent mal. Bernard Cottret, dans une approche originale elle aussi, parfois personnelle et jubilatoire, insistant sur les points cruciaux, s'arrêtant sur les épisodes et des personnages à ses yeux significatifs, offre la synthèse brillante, limpide et accessible que l'on attendait.

Bernard Cottret, membre senior de l'Institut universitaire de France, enseigne l'histoire des civilisations anglo-saxonnes à l'université de Versailles-Saint-Quentin. Moderniste internationalement connu, spécialiste des cultures anglaise et américaine, et aussi du protestantisme, il a publié des biographies de Calvin et de Rousseau, d'Henry VIII et de Cromwell, et des essais sur l'édit de Nantes et la Réforme protestante.



  • La revue de presse Jacques de Saint Victor - Le Figaro du 18 janvier 2007

L'Angleterre est notre double. Ce qui fait, au fond, de cette Histoire un essai très actuel sur cette «colonie française qui a mal tourné», selon la boutade de Clemenceau.

Reconnaissons-le, l'histoire anglaise reste généralement négligée. On croit y voir à l'oeuvre la victoire sordide des intérêts et de la finance. Certes. Mais encore convient-il de comprendre pourquoi et comment les Anglais sont arrivés à ce résultat qui est aussi (y a-t-il un lien ?) celui de la liberté politique. Bernard Cottret rappelle que l'histoire de la liberté tient beaucoup aux circonstances...
On ne peut que louer Bernard Cottret d'avoir insisté sur les origines lointaines de l'Angleterre. Par une dérive intellectuelle de plus en plus répandue, les esprits pressés pensent que seuls les événements les plus proches de nous ont de l'importance...
L'Angleterre est notre double. Ce qui fait, au fond, de cette Histoire un essai très actuel sur cette «colonie française qui a mal tourné», selon la boutade de Clemenceau.


  • Les courts extraits de livres : 20/01/2007

LA FÉODALITÉ, CONTINUITÉS ET RUPTURES

«La monarchie s'est conservée en France et en Angleterre, à l'époque où la réorganisation de la société politique dans les formes seigneuriales et féodales semblait la condamner à dépérir.»

Ch. Petit-Dutaillis

La conquête de l'Angleterre, rupture ou continuité ? Faut-il parler de «révolution féodale» ou de «mutation» ? Peut-on aller jusqu'à évoquer une «colonisation» de l'Angleterre par les Normands ? Guillaume distribua à une trentaine de fidèles, d'extraction picarde, normande, bretonne ou mancelle, devenus tenentes in capite, les plus grands fiefs saisis sur les Saxons. À leur tour, leurs compagnons reçurent des terres en fiefs de chevalerie - knight's fees. Par son caractère systématique, et quasi systémique, la conquête de l'Angleterre fournit l'une des formes les plus exemplaires de la féodalité. Féodalité : autre terme sur lequel Marc Bloch s'était prononcé, toujours dans un sens comparatiste. La féodalité s'applique à la France et à l'Angleterre du Moyen Âge. La seigneurie désigne à la fois une «entreprise économique» et une forme de «souveraineté», doublées de tout un appareil symbolique. Chaque manoir était doté de sa Court baron, pour les hommes libres, et de sa Court customary, pour les vilains. Au-dessus de ces cours, la Court leet où le seigneur jugeait au nom du roi.
«Être l'homme d'un autre homme : dans le vocabulaire féodal, il n'était point d'alliance de mots plus répandue que celle-là, ni d'un sens plus plein.» Entre ces hommes, l'un qui sert, l'autre qui commande, la cérémonie de l'hommage. Elle unit un seigneur à son feudataire. L'octroi d'un fief par le roi était directement lié désormais à la notion de service armé, ce «service d'ost» auquel les Normands se montraient tellement attachés. Pareillement, les seigneurs devaient protéger leurs paysans, qui leur permettaient en retour de s'équiper, par le fruit de leur labeur. Tout tenait à cet échange. L'ensemble de la société était concerné; cette conception contractuelle s'étendait du roi jusqu'aux plus humbles, en passant par une aristocratie guerrière, dominante et dominatrice. La terre était la source du pouvoir et de l'autorité; autour de 1100, une génération à peine après la conquête, «toute terre était détenue en Angleterre en échange d'un service, que celui-ci fût ou non directement lié à la guerre». Les fiefs étaient des concessions de terre ou de revenu, à charge de service militaire ; les plus importants de ces fiefs étaient les baronnies, tenues directement du roi. Limitées à un seul comté, elles se transmettaient généralement de façon indivise ; à côté de ces géants, une poussière de fiefs de chevalerie, entre 30 et 60 000, d'un rapport relativement modeste.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia