Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. OMICRoN

Couverture du livre OMICRoN

Auteur : Mikaël Hirsch

Date de saisie : 01/09/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ramsay, Paris, France

Collection : Littéraire

Prix : 19.00 €

GENCOD : 9782841148431

Sorti le : 10/01/2007

Claire Lamarre - 27/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 19/01/2007

Thomas Steren vit d'expédients littéraires (corrections, négritudes) dans les marges de la culture parisienne. Obsédé par Heinrich Reiss, obscur compagnon de Schopenhauer, auquel il a consacré une thèse, cet éternel adolescent vit en sous-location et sans papiers d'identité. Son isolement volontaire le condamne ainsi à naviguer entre névrose et mysticisme.
Un jour, il tombe sur une offre d'emploi dans les petites-annonces du Figaro : un richissime homme d'affaires hongrois, Orémus Szabo, cherche un coach culturel. Contre des appointements confortables, Thomas devra lui rédiger des fiches sur la dernière pièce de théâtre incontournable et sur l'exposition où se pressent déjà les foules.
Très vite, entre le professeur-employé et l'élève-patron, se noue une relation sado­masochiste, qui plonge Thomas dans les affres d'une paranoïa galopante. Afin de se libérer de cette emprise malsaine, il entreprend d'écrire un essai sur la folie meurtrière, qui fait l'apologie de la tuerie spontanée. Les écrivains et les forcenés ne seraient-ils pas en réalité les deux faces d'une même médaille ? Le livre devient immédiatement un best-seller, mais ce genre de propos finit par attirer une faune hétéroclite et inquiétante...

Entre réalisme social et récit d'aventures, le roman de Mikaël Hirsch frappe par sa virtuosité scénaristique et séduit par des considérations incisives, cyniques et hilarantes sur la société du spectacle.

Mikaël Hirsch, né en 1973 à Paris, titulaire d'un DEA consacré à la littérature américaine, est aujourd'hui libraire. Il signe ici son premier roman.



  • La revue de presse Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 26 septembre 2010

Il a 24 ans et il est dans de beaux draps. Gérard Cohen se rend en effet chez Céline, à Meudon, pour porter son courrier à celui qui, avant-guerre, écrivait que «les juifs sont, racialement, des monstres». Gérard Cohen, dont la mère était résistante et qui rêve d'être écrivain, est le coursier de la NRF...
Il y a dans ce roman, où l'on croise aussi Paulhan, Léautaud et Breton, une fièvre, une tension, des audaces et surtout un style qui forcent l'admiration.


  • Les courts extraits de livres : 19/01/2007

Au cours de leurs entrevues successives, Thomas, glanant peu à peu des informations contradictoires, entama une reconstitution approximative, un portrait en creux de son nouvel employeur. Ses souvenirs semblaient mêlés d'impressions dérobées, de sensations empruntées à une littérature qu'il ne connaissait pourtant pas. Son enfance viennoise semblait être celle de Zweig ou de Schnitzler, ses anecdotes, celles d'une Mittel-Europa disparue bien avant sa propre naissance. À l'écouter, Thomas avait souvent l'impression que cet homme était né au XIXe siècle, qu'il avait connu Freud et Gustav Klimt, sans pour autant savoir avec précision qui étaient ces gens. Le reste du récit tenait plus de la reconstitution historique que des souvenirs véritables. Thomas sentait chez Szabo une propension importante à l'exagération, au délire romanesque. Le témoignage relevait alors des actualités filmées et des anecdotes entendues a posteriori. Toutefois, après plusieurs semaines, Thomas finit par admettre que ses connaissances restaient lacunaires et souvent inutiles. Les bribes étaient incongrues, sans véritable suite logique. Thomas ne savait comment il avait appris l'anglais, ni même le français, qu'il parlait d'ailleurs sans accent, à l'exception de quelques exclamations hongroises qui ponctuaient de temps à autre son discours. Il n'évoqua jamais ce que ses parents étaient devenus après son départ de Hongrie, ni même comment il avait financé son voyage et ses études. D'une manière plus générale, Szabo ne parlait jamais de sa mère. Au-delà du mystère qui le nimbait littéralement et des ellipses dont il émaillait ses propos, le personnage semblait hanté par des souvenirs inconciliables, la trame des époques qui, à travers lui, se chevauchaient comme des montures retournées à l'état sauvage. Thomas voyait parfois en Szabo une créature hybride, un réceptacle temporel dans lequel circulaient des mondes, des périodes successives et antagonistes, la réalisation en cours d'un projet pourtant ancien et toujours inconnu.
Heinrich Reiss se rendit à Weimar durant l'automne 1813. L'argent qu'il tenait encore de son père lui avait permis d'échapper de justesse à la conscription, provoquée par la guerre d'indépendance.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia