Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Amour, gloire et crampons : pour une sociologie du foot

Couverture du livre Amour, gloire et crampons : pour une sociologie du foot

Auteur : Erwan Poiraud | Thierry Teboul

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : les Petits matins, Paris, France

Prix : 17.00 €

GENCOD : 9782915879247

Claire Lamarre - 27/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 23/01/2007

Des footballeurs à la une des journaux «people», des entraîneurs en costume trois pièces, des hommes d'affaires à la tête des plus grands clubs, une foule en liesse sur les Champs-Elysées, des débats dans la presse sur les tactiques de jeu, les femmes, les enfants, les hommes politiques et les intellectuels dans les stades et devant leur poste de télévision... On est loin de l'image du supporter buveur de bière et violent.
Au cours des vingt dernières années, le foot a connu des transformations profondes. Comment ses clubs sont-ils devenus des entreprises, et ses joueurs, des stars ? Comment la télévision s'est-elle emparée de ce sport au point d'en faire modifier certaines règles ? Pourquoi est-ce tendance, aujourd'hui, d'aimer le foot ?
Les auteurs se penchent avec passion sur ces questions et invitent à une lecture sociologique de ce goût nouveau pour le football.

Erwan Poiraud est enseignant en sociologie à l'Institut de gestion sociale (IGS) et membre du Groupe d'analyse politique (GAP-Paris X).

Thierry Teboul est directeur d'études à l'Institut de gestion sociale (IGS) et directeur de la recherche à l'Institut international du commerce et de la distribution (ICO).

Dans les années 1970, tous deux ont joué milieu de terrain (catégorie benjamins) respectivement à l'AS Beauvais-Oise et à l'AS Sartrouville.


  • Les courts extraits de livres : 23/01/2007

Extrait de l'introduction :
Pour une sociologie du football

Les actes de consommation et les pratiques culturelles, y compris les plus simples, possèdent une indéniable dimension symbolique. Ils impliquent des goûts, des préférences, qui ne se distribuent pas de manière hasardeuse dans la société mais dessinent les contours de son organisation. Selon Pierre Bourdieu [1980], «on peut, sans trop faire violence à la réalité, considérer l'ensemble des pratiques sportives offertes aux agents sociaux comme une offre destinée à rencontrer une certaine demande sociale». À ce titre, le football occupe assurément une place de choix tout au long du XXe siècle. À l'instar du camping, du pastis ou de la musette, il a longtemps incarné le goût des «gens de peu» [Sansot, 1991]. «La sueur et l'alcool» ne sont jamais très loin [Brohm, 1993] ; à l'inverse du tennis ou de l'escrime, le «populaire» lui colle à la peau. Et force est de constater que, jusqu'au milieu des années 1990, le football demeure en France une pratique relativement déclassée dont la légitimité reste sporadique. Point de mépris ici, mais juste un enregistrement sociologique des représentations ordinaires à propos de la «bagatelle la plus sérieuse du monde» [Bromberger, 1998].
Pourtant, en certaines occasions, ce sport a pu dépasser ses frontières. Les historiens Yvan Gastaut et Stéphane Mourlane [2006] ont souligné que certains intellectuels ou artistes ont fait du football un centre d'intérêt et d'analyse. Jean-Paul Sartre a observé les comportements d'une équipe pour vérifier la théorie du «groupe en fusion» dans La Critique de la raison dialectique (1960). Albert Camus était passionné par le ballon rond. Sans compter l'attrait esthétique de Marguerite Duras pour Michel Platini dans les années 1980. Le peintre Nicolas de Staël a quant à lui conféré au football une représentation artistique en livrant de nombreuses toiles à partir du match France-Suède disputé le 26 mars 1952 au parc des Princes. Au cinéma, Wim Wenders s'est attelé à saisir L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty (1971), quand Jean-Jacques Annaud (Coup de tête, 1978) ou Jean-Pierre Mocky (À mort l'arbitre !, 1983) ont cristallisé les maux de notre société à travers les affres du football. Toutes ces contributions ont sans conteste participé à l'ériger en objet culturel universel. De là à ce qu'il soit reconnu, loin s'en faut.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia