Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Aïe, mes aïeux! : liens transgénérationnels, secrets de famille, syndrome d'anniversaire et pratique du génosociogramme

Couverture du livre Aïe, mes aïeux! : liens transgénérationnels, secrets de famille, syndrome d'anniversaire et pratique du génosociogramme

Auteur : Anne Ancelin Schützenberger

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : Desclée De Brouwer, Paris, France | La Méridienne, Paris, France

Prix : 23.00 €

GENCOD : 9782220057460

François Attia - 15/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 24/01/2007

Aïe, mes aïeux !
Liens transgénérationnels, secrets de famille, syndrome d'anniversaire transmission des traumatismes et pratique du génosociogramme

Anne Ancelin Schützenberger livre dans cet ouvrage, à travers son analyse clinique et sa pratique professionnelle de près d'une vingtaine d'années, une «thérapie transgénérationnelle psychogénéalogique contextuelle».
En langage courant, ceci signifie que nous sommes un maillon dans la chaîne des générations et que nous avons parfois, curieusement, à «payer les dettes» du passé de nos aïeux. C'est une sorte de «loyauté invisible» qui nous pousse à répéter, que nous le voulions ou non, que nous le sachions ou pas, des situations agréables ou des événements douloureux. Nous sommes moins libres que nous le croyons, mais nous avons la possibilité de reconquérir notre liberté et de sortir du destin répétitif de notre histoire, en comprenant les liens complexes qui se sont tissés dans notre famille.
Ce livre passionnant et truffé d'exemples s'inscrit parmi les toutes récentes recherches en psychothérapie intégrative. Il met particulièrement en évidence les liens transgénérationnels, le syndrome d'anniversaire, le non-dit-secret et sa transformation en un «impensé dévastateur».

Psychothérapeute, groupe-analyste et psychodramatiste de renommée internationale, Anne Ancelin SCHÜTZENBERGER est l'auteur de nombreux ouvrages. Professeur émérite enseignant à l'université de Nice et directeur pendant une vingtaine d'années du Laboratoire de psychologie sociale et clinique, elle anime des séminaires de moniteurs et thérapeutes de groupes en France, en Europe et à travers le monde.


  • Les courts extraits de livres : 05/02/2007

Quoi qu'il en soit, Jung complète les travaux de Freud par la mise en évidence de synchronies et ce qu'il appelle l'«inconscient collectif».
C'est l'inconscient collectif qui nous «travaille», selon Jung, inconscient transmis de génération en génération, dans la société, et qui accumule l'expérience de l'humain ; il est inné et donc il existe, hors de tout refoulement et expérience personnelle. Ce concept aurait évidemment des retombées théoriques de taille, comme aussi dans la conduite de la cure.
Bien que mon choix soit fait de par ma formation freudienne, je pense que le temps des querelles d'écoles est dépassé : c'est hors de mon propos donc de prendre position pour ou contre Jung. Mais ce qu'il faut relever c'est l'idée de transmission de génération en génération, et de synchronies ou coïncidence de dates.
Il faut aussi rappeler que si c'est Freud qui a découvert l'inconscient, le non-exprimé, l'«âme collective», si Jung a introduit l''inconscient collectif, c'est Moreno qui pose le postulat du co-conscient et du co-inconscient familial et groupai. A peu près à la même époque, dans les années 60-70, Françoise Dolto, Nicolas Abraham, et leurs élèves, ainsi que Ivan Boszormenyi-Nagy, se posent le problème complexe de la transmission transgénérationnelle de conflits non résolus (haines, vengeances, vendettas) de secrets, «non-dits», de morts prématurées et du choix de la profession.
La connaissance se construit par accumulation, et tout d'un coup la nouvelle donne émerge. Lorsqu'on suit une psychanalyse, on avance, mais on ne sait plus où, et puis tout d'un coup, le sens émerge.
C'est comme si brusquement il y avait - dirait Lacan -comme un «point de capiton» joignant plusieurs épaisseurs du vécu - et le sens devient lumineux.
Chaque thérapeute, qu'il soit psychanalyste ou se réclame d'autres courants, fait partie d'une filiation, dont il fait sienne la théorisation. Mais souvent la clinique va à l'encontre des dogmatismes et, dans la pratique, nous faisons des concessions, avouées ou pas6. C'est surtout la façon dont le thérapeute accueille, écoute, entend et observe son «client» qui est essentielle.


  • Les courts extraits de livres : 24/01/2007

De l'inconscient au génosociogramme

Notre vie à chacun est un roman. Vous, moi, nous vivons prisonniers d'une invisible toile d'araignée dont nous sommes aussi l'un des maîtres d'oeuvre. Si nous apprenions à notre troisième oreille, à notre troisième oeil, à saisir, à mieux comprendre, à entendre, à voir ces répétitions et ces coïncidences, l'existence de chacun deviendrait plus claire, plus sensible à ce que nous sommes, à ce que nous devrions être. Ne pouvons-nous pas échapper à ces fils invisibles, à ces «triangulations», à ces répétitions ?
Nous sommes finalement, d'une certaine façon, moins libres que nous le croyons. Pourtant, nous pouvons reconquérir notre liberté et sortir de la répétition, en comprenant ce qui se passe, en saisissant ces fils dans leur contexte et dans leur complexité. Nous pouvons enfin vivre ainsi «notre» vie, et non celle de nos parents ou grands-parents, ou d'un frère décédé, par exemple, et que nous «remplaçons», à notre su ou insu...
Ces liens complexes peuvent être vus, sentis ou pressentis, du moins partiellement, mais généralement on n'en parle pas : ils sont vécus dans l'indicible, l'impensé, le non-dit ou le secret.
Mais il y a un moyen de modeler et ces liens et nos désirs, pour que notre vie soit à la mesure de ce que nous désirons, de nos vrais désirs, de ce dont nous avons profondément envie et besoin (et non de ce dont «on» a envie pour nous) pour être.
S'il n'y a ni hasard ni nécessité, on peut toutefois saisir sa chance, chevaucher son destin, «tourner le sort défavorable» et éviter les pièges des répétitions transgénérationnelles inconscientes.
Que notre vie soit l'expression de notre être profond, c'est cela, au fond, le travail de la psychothérapie et de la formation. Après s'être découvert et compris lui-même, le psychothérapeute est mieux à même d'entendre, de percevoir, de voir, de presque deviner ce qui est à peine exprimé. C'est parfois manifesté par la douleur, la maladie, le silence, le «langage du corps», l'échec, l'acte manqué, la répétition, les «malheurs» et difficultés existentielles de son client.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia