Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Carnets de guerre : de Moscou à Berlin, 1941-1945

Couverture du livre Carnets de guerre : de Moscou à Berlin, 1941-1945

Auteur : Vassilij Grossman

Traducteur : Catherine Astroff | Jacques Guiod

Date de saisie : 24/01/2007

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Calmann-Lévy, Paris, France

Prix : 22.00 €

GENCOD : 9782702137666

Sorti le : 24/01/2007

Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 25/01/2007

La «Grande Guerre patriotique», celle qui débuta en 1941 par une déroute dans la confusion et l'incrédulité et se termina, après quatre ans de sacrifices inouïs, avec le drapeau rouge frappé de la faucille et du marteau flottant sur le toit du Reichstag, Vassili Grossman l'a vue de près. Correspondant de guerre pour Krasnaïa Zvezda, le quotidien officiel de l'Armée rouge, du début à la fin de ce conflit, il a été sur tous les fronts : la défense de Moscou, Stalingrad, bien sûr - expérience qui lui inspira son inoubliable roman Vie et Destin -, l'Ukraine, la Biélorussie, la libération des camps de la mort en Pologne, l'entrée dans Varsovie réduite au silence après l'insurrection, la chute de Berlin. Il a couché sur le papier ce qu'il appelle «la vérité impitoyable de la guerre», constituée d'anecdotes, de détails révélateurs, de propos, de gestes ou de comportements saisis sur le vif avec un regard empreint d'une profonde humanité dans cette négation de l'humanité que fut la guerre sur le front russe. Ses carnets, par leur liberté de ton et leur préférence marquée pour la vérité profonde des hommes plutôt que pour les vérités officielles, différaient sensiblement de ses dépêches publiées dans L'Étoile rouge et auraient pu valoir de gros ennuis à Grossman s'ils avaient été découverts. Aujourd'hui, l'historien Antony Beevor les sauve de l'oubli en nous en proposant des morceaux choisis reliés entre eux par des indications précieuses sur le déroulement de la guerre, le contexte politique et le cheminement personnel de Grossman, ex-communiste désenchanté, juif athée, et avant tout écrivain, c'est-à-dire chroniqueur à la fois lucide et complice de la condition humaine à une époque qui ne voulait voir que des héros et des traîtres.

Vassili Grossman (1905-1964), écrivain de langue russe, est un communiste fervent jusqu'à la Seconde Guerre mondiale où il se détourne du stalinisme. Son chef-d'oeuvre, Vie et destin, écrit de 1952 à 1960, est tenu pour le «Guerre et Paix du XXe siècle». Interdit par le KGB, il est publié en 1980 en Occident. Il faudra attendre 1989 pour qu'il le soit en Russie.

Antony Beevor est l'auteur, entre autres, de Stalingrad (De Fallois, 2001), de La Chute de Berlin (De Fallois, 2004) et de La Guerre d'Espagne (Calmann-Lévy, 2006).



  • La revue de presse Gilles Heuré - Télérama du 16 mai 2007

Ces carnets de Grossman disent tout de la guerre et des hommes qui la font ou la subissent. A les lire, on comprend mieux les raisons pour lesquelles il sera l'objet des soupçons des censeurs encore staliniens, à une époque de guerre froide où l'honnêteté du romancier ne peut plus composer avec les impératifs de la propagande.


  • La revue de presse Georges Nivat - Le Monde du 23 février 2007

Ces Carnets ne contiennent pas tout, Grossman a dû se surveiller, ils pouvaient lui valoir le peloton. Mais ils sont impressionnants. C'est le terreau de ses deux grands romans sur la guerre, Pour une juste cause, écrit pendant la guerre (éd. L'Age d'homme, 2001), Vie et destin, écrit en cachette, et qui ne vit le jour qu'à l'étranger. Personnages, réflexions, notations qui broient le coeur sont là, et cet inimitable mélange de folie et de bonheur qui rend soutenable la lecture des atrocités que rapporte Grossman...
Ces Carnets disent peut-être encore mieux que les grands romans le chaos, le sacrifice de soi montant comme une fièvre dans l'homme, mais s'accompagnant de férocité, et puis cette inquiétude lovée dans toute l'écriture grossmanienne : comment sauver l'humain ?


  • La revue de presse Marc Semo - Libération du 15 février 2007

C'est la guerre à ras de terre. Un mélange d'horreur et d'absurde, de routine et d'héroïsme, décrit dans une langue sans fioriture...
D'abord réformé pour raisons de santé alors qu'il s'était porté volontaire dès le début de l'invasion nazie, cet écrivain juif binoclard et rondouillard a finalement réussi à convaincre le rédacteur en chef de Krasnaïa Zvezda (l'Etoile rouge), le quotidien de l'armée rouge, de l'accréditer comme reporter. Ses chroniques le rendirent rapidement très populaire aussi bien parmi les «frontoviki» (ceux du front) qu'à l'arrière. A la différence de nombre de ses collègues, il reste en effet en première ligne. Il parle avec les soldats et il raconte ce qu'il voit, même si souvent la censure caviarde ou rajoute quelques déclarations patriotiques à la gloire de Staline. Il est à Stalingrad et ensuite de toutes les grandes batailles. Il suivra l'armée rouge jusqu'à Berlin. Il évoque «l'opposition muette entre le peuple victorieux et l'Etat victorieux», car, pour lui comme pour nombre des combattants, il y avait l'espoir qu'après la guerre le régime changerait...
Matrice de l'oeuvre future, ses carnets de guerre ont été trouvés dans les archives russes par l'historien britannique Antony Beevor et Luba Vinogradova, qui les ont choisis et annotés pour les remettre dans leur contexte (...). Ce sont des notes éparses et des brouillons dont certains passages auraient pu valoir de sérieux ennuis à leur auteur, notamment pendant les premiers mois de l'offensive allemande où il raconte la débâcle.


  • La revue de presse Delphine Peras - L'Express du 25 janvier 2007

La parution des Carnets de guerre de Vassili Grossman permet de décrypter l'oeuvre du grand écrivain russe... /... le plus éprouvant, dans ces Carnets de guerre, où les commentaires de l'historien britannique Antony Beevor éclairent systématiquement les citations de Grossman au point de composer une sorte de narration illustrée, c'est l'article intitulé «L'enfer de Treblinka» - un texte qui sera cité devant le tribunal de Nuremberg. En 1944, Grossman accompagna les forces soviétiques qui libérèrent ce camp d'extermination où environ 800 000 personnes avaient péri en treize mois. Il recrée leur martyre, après avoir interrogé quelques survivants, avec une puissance qui terrifie. «Le devoir de l'écrivain est de rapporter l'horrible vérité, le devoir civique du lecteur est d'en prendre connaissance», écrit Grossman. Un credo exemplaire.


  • Les courts extraits de livres : 25/01/2007

SUR LE FRONT DE BRIANSK Septembre 1941

Ortenberg ne laissa pas le temps à Grossman et Troïanovski de se reposer à Orel après leur retraite. Ils furent rappelés pour aller travailler sur le front de Briansk, qui devait bientôt supporter de plein fouet l'opération Typhon, durant laquelle le Groupe d'armées centre commandé par le général von Bock déclencha son offensive contre Moscou.
Route vers le front. Deux soldats de l'Armée rouge dans un jardin vide et somptueux. Matinée claire et tranquille. Ce sont des agents des transmissions.
«Camarades officiers, je vais vous faire tomber des pommes, là, tout de suite.» Chocs lourds et étouffés des pommes qui tombent dans le silence du jardin abandonné. La triste maison blanche du propriétaire : elle est abandonnée pour la deuxième fois, son deuxième maître est parti, un nouveau est en route. Et le visage joyeux et sale du soldat tenant un tas de pommes dans les mains.
Une vieille femme : «Qui sait si Dieu existe ou pas ?, je le prie, ça n'est pas un travail bien difficile, vous vous prosternez deux fois devant lui, peut-être qu'il vous acceptera.»
Dans les isbas vides, tout a été emporté, ne restent que les icônes. Ça n'est pas du tout comme chez les paysans de Nekrassov qui arrachaient au feu les icônes et laissaient l'incendie dévorer tout le reste.
Toute la nuit un gamin pleure, il a un abcès à la jambe. Sa mère lui parle très doucement à l'oreille pour le calmer tandis qu'à l'extérieur gronde la bataille nocturne.
Temps affreux - obscurité, pluie, brouillard -, tous sont trempés et glacés, et pourtant tous sont contents : il n'y a pas d'avions allemands. Tout le monde s'exclame ravi : «C'est un temps idéal !»
L'approche des Allemands poussait les paysans les plus prévoyants à transformer les bêtes en jambons et en saucisses, qu'il était plus facile de dissimuler.
On tue les cochons. Hurlements terribles qui font se dresser les cheveux sur la tête.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia