Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Moscoviada

Couverture du livre Moscoviada

Auteur : Yuri Andrukhovich

Traducteur : Maria Malanchuk

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Noir sur blanc, Lausanne, Suisse

Collection : Littérature

Prix : 19.00 €

GENCOD : 9782882501851

Celia Nogues - 12/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 27/01/2007

Otto von F., étudiant en littérature originaire d'Ukraine occidentale, sorte d'alter ego de l'auteur, habite Moscou. Nous sommes en 1989 et l'URSS vit ses derniers soubresauts. Dans sa résidence universitaire se côtoient les futurs écrivains des différentes nations du pays : des spécialistes de la poésie yiddish du Moyen Âge, des épopées rimées ukrainiennes ou de la chanson ouzbek. Tous sont pleins d'espoirs poétiques, ont soif de la trop rare vodka et sont prêts à en découdre. Un jour, Otto part à la recherche de cadeaux. Il s'égare, et se trouve à errer dans un monde interlope, à travers les sous-sols glauques de la ville où d'anciens membres du KGB élèvent une armée de rats. On y découvre également, dans les catacombes du Kremlin, un métro gouvernemental secret.
À la faveur de cet authentique parcours du combattant, l'auteur dénonce pêle-mêle le nationalisme, les dérives du communisme, le kitsch chauviniste, et la pression idéologique qui sont finalement évacués dans un spectacle grandguignolesque en un immense éclat de rire. Dans le cadre très actuel d'une Russie autoritaire aux dérives xénophobes, il nous brosse un tableau grotesque et sarcastique de la ville de Moscou, épicentre du tremblement de terre en train de dévaster alors l'immense empire multinational soviétique. Le ton carnavalesque et l'écriture foisonnante contribuent à accentuer le caractère très original du livre. Andrukhovych réussit à composer une véritable symphonie d'adieu à l'URSS, tonitruante évidemment.

Yuri Andrukhovych, né en 1960 en Ukraine occidentale, fait une partie de ses études à Moscou. Il est l'un des auteurs les plus prometteurs de la région, et traduit en plusieurs langues. Poète, essayiste, romancier, il a déjà publié aux Éditions Noir sur Blanc «Remix centre-européen» dans l'ouvrage Mon Europe, coécrit avec Andrzej Stasiuk


  • Les courts extraits de livres : 27/01/2007

Grimaçant et crachant, totalement dégoûté de toi-même, tu te souviens de ce rêve tout en faisant tes exercices de gym sur le sol. Il faut le faire, se vendre de cette façon ! Impardonnable, brutale, cynique. «Accordez-moi une bourse, ô Votre Grâce Unificatrice, accordez-moi une bou...» Quelle méprisable et totale bassesse de l'âme, quelle prostitution morale !
Voici enfin la gym terminée. Maintenant il faut rassembler tout le nécessaire pour la douche et effectuer une descente triomphale par l'ascenseur dans les souterrains de la résidence universitaire, où une brigade d'intendants marqués par la rougeole (Sacha, Seryozha et Aroutyoun) ont leur officine, pas tant pour le travail que pour le repos. Mais que viennent-ils faire ici ?
Dans le couloir, tu fais de loin un signe de la main à un inconnu (certainement connu, mais non identifié, dans la mesure où il se trouve tout au bout de l'autre aile, peut-être à deux cents mètres de distance), l'inconnu te répond du même geste, peut-être qu'il ne t'a pas reconnu non plus. Tu te sens mieux. Attendre l'ascenseur, ce n'est pas si long que ça, cinq minutes tout au plus. En descendant, tu regardes les inscriptions, les égratignures et les dessins qui se trouvent sur les murs et par terre, récents et moins récents, certains tout neufs ; il y a le sang de l'instructeur de sport Yacha ; les Tchétchènes lui ont fait sa fête hier soir parce qu'il a un cul trop gros ou pour toute autre raison du même genre.
La population de la résidence universitaire estime que les ascenseurs sont des lieux rêvés pour baiser et pour inventer des tours pendables. Tout le monde sait, y compris la pute locale, que les Tchétchènes y massacrent leurs ennemis. Le fait que dans ce même lieu trois récidivistes, dont un étudiant du séminaire poétique et un autre du séminaire théologique, se sont payé une étudiante de Novokouznetsk, talentueuse dramaturge débutante, est également connu de tous, sauf de la pute locale. Mais seuls les initiés savent ce qu'y a fait l'écrivain yakoute Vassya Motchalkyn. Un jour, ce même Vassya Motchalkyn,


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia