Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Petit lexique d'optimisme officiel

Couverture du livre Petit lexique d'optimisme officiel

Auteur : Armand Farrachi

Date de saisie : 17/01/2007

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Documents

Prix : 17.00 €

GENCOD : 9782213632049

Sorti le : 17/01/2007

Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 30/01/2007

Ne dites pas «précarité», dites «flexibilité». Ne dites pas «anti-technicien», dites «obscurantiste». Ne dites pas «réforme», dites «modernisation». Ne dites pas «empoisonner» ni «polluer», dites «fertiliser».
Nier l'évidence, rassurer à tout prix, même et surtout quand l'incendie fait rage, tel semble être l'objectif du pouvoir et des «communicants» face aux questions soulevées par des situations ou des risques de plus en plus inquiétants. En particulier dans le domaine sensible de l'«environnement», la réponse est toujours la même : tout va bien, les mauvais signes apparents sont trompeurs, anodins, inexistants.
Dans un monde où les paysans sont devenus «exploitants agricoles» et les patrons «entrepreneurs», où la charité se déguise en «action humanitaire», où derrière un «plan social» se cache un licenciement massif, ce Petit lexique nous aide à saisir comment la sémantique officielle s'applique à ne pas voir la réalité, à minimiser les périls, à désigner en termes positifs les phénomènes qui le sont le moins. Il relève à la fois les «faux amis» et les paradoxes qui signifient autre chose que ce qu'ils désignent, voire le contraire (abondance, liberté, croissance, bonne nouvelle...), les conduites aberrantes constituées en véritables syndromes (de l'autruche, du Père Noël...) ou en directives (s'obstiner dans l'erreur, jouer avec le feu...) et la contamination du langage par l'économisme (gérer ses relations, optimiser...).
L' «élimination des mots indésirables» (et donc des concepts interdits) que craignait Orwell est-elle en train de triompher ?

Armand Farrachi a publié des récits (Sermons aux pourceaux et autres opuscules, Zulma, 1997; Bach, dernière fugue, Gallimard, 2004) aussi bien que des essais littéraires (Rousseau ou l'état sauvage, PUF, 1997) ou polémiques dans le domaine de l'écologie politique (Les poules préfèrent les cages, Albin Michel, 2000 ; La Société cancérigène, avec Geneviève Barbier, La Martinière, 2004).


  • Les courts extraits de livres : 30/01/2007

Abondance : «Abondance de biens ne nuit pas», dit le proverbe. Cependant, à s'attarder un instant, dans un supermarché, au rayon des lessives, aussi bien qu'à celui des boissons sucrées, des chocolats, des éponges ou de n'importe quel produit industriel, on se demande si l'abondance tant vantée ne ressemble pas à une profusion d'articles semblables, de spécialisations absurdes, à une avalanche donnant l'illusion de la diversité. Dans ces pyramides de bidons, ces amas de pots, ces cascades de bouteilles, ces murailles de barils, dans toute cette verroterie électronique, on trouvera à peu de chose près le même produit fabriqué par la même usine dont on n'a changé que le parfum, l'emballage, la couleur, la taille, la forme ou le «logo». Une lessive pour le noir, une pour le blanc, une pour les couleurs, bientôt peut-être une pour chaque couleur, un engrais pour les fraises, un autre pour les poireaux, un shampooing pour cheveux secs, un autre pour les gras, les défrisés, les cassants, les ternes, une voiture pour chaque membre de la famille, pour la ville et la campagne, pourquoi pas pour chaque parcours, chaque jour de la semaine ou assortie à chaque tenue ? Nous l'a-t-on assez dit que nous avions la chance de vivre dans une société d'abondance, de loisirs, de choix, de liberté, alors que tant de nos ancêtres ou de nos contemporains n'ont connu ou ne connaissent que des sociétés de pénurie, d'autorité, d'austérité ! Imagine-t-on encore un monde où il n'y aurait qu'un seul shampooing, moins de soixante chaînes de télévision et d'une centaine de téléphones «portables» ? Abondance, certes, mais abondance de quoi ? L'abondance du faux masque-t-elle la pénurie du vrai ? Pourquoi le superflu ou l'inutile devraient-ils être abondants ? Certes, tout va plus vite, les transports, l'information, l'innovation technique, mais où courons-nous si vite ? Oui, tout arrive partout en plus grande quantité, mais pour quoi faire ? Pour mieux comprendre le processus dans lequel nous sommes engagés, ne serait-il pas grand temps de comparer ce qui devient plus abondant (les calculatrices, les yaourts, les machines...) à ce qui devient plus rare (l'eau, la forêt, l'air pur, l'espace libre, le silence, les papillons...) ? Riches en «produits» mais pauvres en esprit ou en nature, «pauvres en monde», selon Heidegger, nous voilà plongés à la fois dans l'abondance de biens et dans la pénurie de richesses, dans le paradoxe fondamental.


  • Les courts extraits de livres : 30/01/2007

Accuser le voisin : Lorsqu'on se sent soupçonné de quelque méfait ou d'avoir commis une erreur, le réflexe est toujours de commencer par accuser le voisin. Rien n'est plus courant ni plus simple, dans tous les domaines, à tous les niveaux, que de trouver le plus rapidement possible un bouc émissaire, le meilleur étant celui qui se défend le moins, de préférence un animal, victime sacrificielle depuis toujours destinée à expier les fautes qu'elle n'a pas commises. Si l'élevage du mouton n'est plus rentable, c'est la faute du loup. Si les fleuves rompent les digues en cas d'inondation, c'est la faute des blaireaux qui y creusent des terriers. Si les récoltes étaient mauvaises en Chine maoïste, c'était la faute des oiseaux. Si le poisson se fait rare, c'est à cause des phoques, et non, évidemment, des chaluts aux filets dérivants ni des sonars électroniques. Les responsables des accidents de la route, ce sont les arbres, et c'est pourquoi les motards les abattent. Les viticulteurs dont les vignes ont gelé l'autre hiver ont poursuivi Météo-France en justice. On a déjà commencé à se défendre contre la maladie et la mort en attaquant les médecins. Haro sur les baudets !
D'autant qu'en cas d'échec, de catastrophe, d'erreur, plus personne n'est responsable, sinon la fatalité ou le hasard. Au procès de Nuremberg ne comparaissaient que des dignitaires du nazisme qui n'étaient pas du tout au courant de ce qui se passait ou qui obéissaient simplement à des ordres dépourvus de sens. Le ministre de l'Intérieur ne savait pas qu'on pratiquait la déportation, le ministre des Transports ignorait où allaient les trains et ce qu'ils convoyaient, le délégué à la Propagande ne pensait pas qu'on le prendrait au sérieux.
Dans l'affaire du sang contaminé, tous ceux qui avaient la moindre responsabilité n'ont rien eu de plus pressé que de la rejeter sur un autre : la pharmacie centrale des hôpitaux, le centre de transfusion sanguine, les médecins chefs, le ministre de la Santé, les députés. Les procès ont finalement abouti à l'acquittement de tout le monde ou presque, sauf des victimes, puisqu'elles étaient déjà mortes.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia