Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Au-delà de l'infini

Couverture du livre Au-delà de l'infini

Auteur : Gregory Benford

Traducteur : Thierry Arson

Date de saisie : 18/01/2007

Genre : Science-fiction, Fantastique

Editeur : Presses de la Cité, Paris, France

Collection : Science-fiction

Prix : 22.50 €

GENCOD : 9782258066908

Sorti le : 18/01/2007

Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 30/01/2007

Cley est une Originale, une représentante génétiquement pure de la très ancienne race des Ur-humains.

Comme les autres membres de sa tribu, elle vit dans la forêt et espère passer ses quelques siècles d'existence à travailler dans la grande Bibliothèque de la Vie.
Mais d'étranges formes de vie transdimensionnelles détruisent la Bibliothèque et tuent tous les Originaux de la Terre. A l'exception de Cley. Ces êtres belliqueux attaquent également les Supras, une autre espèce hautement évoluée. Ceux-ci se retrouvent dans l'incapacité de récupérer les connaissances accumulées par les hommes au fil des millénaires et les archives d'ADN perdues dans les ruines de la Bibliothèque. Tout comme ils ne peuvent protéger Cley...
Obligée de fuir pour survivre, elle devra s'aventurer au-delà des mondes connus...

Avec ce roman, dans la lignée des explorations les plus osées du grand Arthur C. Clarke, avec qui il a longtemps collaboré, Gregory Benford, grand nom de la science-fiction classique, explore de nouveaux concepts dans un foisonnement d'idées passionnant, qui entraîne le lecteur dans des abîmes vertigineux.
Un livre formidablement stimulant pour les neurones !


  • Les courts extraits de livres : 30/01/2007

La Bibliothèque

Elle se mit à travailler dans la section de Kurani. Même les Originaux pouvaient se rendre utiles.
Le trait essentiel sur lequel s'accordaient tous les types humains était leur relation au temps. Travailler à la Bibliothèque signifiait oeuvrer dans l'ombre du temps lui-même, d'une certaine façon. De sorte que pour saisir l'ensemble il fallait savoir comment les humains voyaient le monde. Aussi anciens soient-ils.
Ses journées s'écoulaient dans une atmosphère suffocante, peuplée de trilles aigus et courts qui se répercutaient en elle. Le travail était intéressant. Aux repas elle se restaurait avec diverses espèces d'humains, en majorité des Supras. Elle appréciait la nourriture et la conversation, et parfois on l'autorisait à parler.
Elle saisissait des fragments de dialogues, le plus souvent des non-dits, lesquels semblaient remplir la plus grande partie de ce qui était formulé. Elle nota ainsi la phrase «... réussit à être nue alors qu'elle est vêtue», sut qu'elle faisait référence à elle. Quoique prononcée avec le phrasé hautain des Supras, c'était indirectement un compliment. Du moins, c'est ainsi qu'elle le prit.
Alors elle fit de son mieux pour s'intégrer. Ce fut plus facile qu'elle ne l'avait pensé.
La durée d'une vie était très grande, si l'on prenait en compte les contacts avec les jeunes et les vieux, qui étendaient la personne en avant et en arrière dans le temps. Même parmi les anciens, dans ces corps fragiles que nulle technologie n'aidait, elle pouvait atteindre plusieurs siècles.
A présent, il était question de nombreux millénaires. La préhistoire, durant laquelle la durée de vie était d'une brièveté ahurissante - quelques dizaines d'années seulement ! -, avait quand même englobé dix mille générations. En nombre d'années, ce n'était pas conséquent. En générations, c'était respectable, comparable aux durées de vie dans les sociétés avancées, où les gens vivaient durant des éternités et avaient tout le temps de se lasser de leurs proches. De leurs amis. De tout, parfois - sortie de scène, en toute hâte.


  • Les courts extraits de livres : 30/01/2007

Elle travaillait sur les groupes de langages séquentiels. Un sujet facile, accessible aux Originaux. Elle pouvait presque entendre Kurani le penser.
Les alphabets séquentiels étaient une tradition humaine persistante. Beaucoup d'employés à la Bibliothèque estimaient qu'ils étaient plus authentiques que les méthodes ultérieures, qui intégraient directement le système nerveux. Cependant, Cley avait peu l'habitude des écrits séquentiels. Dans un premier temps, cela lui parut bizarre, même dans une Bibliothèque : aligner des symboles et habituer l'oeil (ou dans un cas les doigts, et dans un autre le nez) à leur trouver un sens en les associant. Primitif.
Personne n'agissait plus de la sorte, quoique la parole fût toujours séquentielle, bien sûr. Aucune sous-espèce n'avait jamais essayé de faire en sorte que la gorge et les cordes vocales travaillent comme les yeux pouvaient le faire, en englobant une vaste portion d'information d'un seul bloc. Pour que des ondes sonores y parviennent, il aurait fallu vaincre un problème de largeur de bande et de conformation physique.
La gorge était un instrument muni de cordes vocales résonnant dans certaines limites. Les humains ne pouvaient boire et parler en même temps - un défaut de conception partagé par les autres primates anciens. Pourtant, personne n'avait jamais réussi à surmonter ce handicap. Des gens s'étouffaient toujours lors de banquets, et on les habillait de leur plus belle tenue pour leurs funérailles, parce qu'ils avaient voulu parler en mangeant, ou l'inverse.
Ce n'était pas le cas des Supras, bien entendu ; leur trachée était plus large et plus souple. Inévitablement, les Originaux avaient fait circuler quelques plaisanteries salaces sur sa fonction réelle.
Elle s'intéressa aux écritures séquentielles et se plongea dans les premières jamais apparues. La plus ancienne, l'Arbique, était composée de vingt-six lettres, alors que pour les anciens quarante sons et phonèmes étaient un maximum. Les premières formes recouraient d'ailleurs à un système qu'elle s'était échinée à comprendre : des lettres de deux formats, grand et petit, avec quasiment pas de valeur ajoutée au doublement des symboles.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia