Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le trotter-nama : les tribulations indiennes de Justin Trottoir, dit Trotter, et des générations qui le suivirent à Sans-Souci

Couverture du livre Le trotter-nama : les tribulations indiennes de Justin Trottoir, dit Trotter, et des générations qui le suivirent à Sans-Souci

Auteur : I. Allan Sealy

Traducteur : Dominique Vitalyos

Date de saisie : 17/01/2007

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 28.00 €

GENCOD : 9782213622699

Sorti le : 17/01/2007

Lise Maussion - 05/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 30/01/2007

Par un petit matin frais de 1799, Justin Aloysius Trottoir, dit Trotter, s'installe dans sa montgolfière, muni d'un astrolabe, d'un télescope, d'un gypsonomètre et... d'un pigeon rôti. Quelques instants plus tard, pris par un vent mesquin, l'engin s'écrase au sol et Justin y laisse la vie. Ainsi s'éteint le Grand Trotter, fondateur de la dynastie du nom, cet aventurier natif de Marseille et maître de Sans-Souci, un immense palais baroque dominant la ville de Nucklow dans le nord de l'Inde.
Sept générations après l'arrivée de son aïeul en Inde, Eugène Trotter, faussaire tonitruant, entreprend de redonner à sa famille aujourd'hui ruinée son lustre d'an-tan et relate, avec brio et fantaisie, les destins tous plus extravagants les uns que les autres de ses ancêtres : depuis l'illustre Justin, qui bâtit l'empire familial sur le commerce des armes et de l'indigo, en passant par Mik, devenu bleu à force de baignades dans les cuves de Sans-Souci, jusqu'à Philippa Trotter, qui réalisa l'exploit de tomber enceinte en pensant (avec une rare intensité, il est vrai) à l'Angleterre...
Le récit d'Eugène, entrecoupé d'intermèdes poétiques et farfelus, clame au monde ce que fut la gloire d'être un Trotter, piégeant le lecteur dans les tours et détours de cette fresque baroque d'une puissance inouïe qui fait irrésistiblement penser à Laurence Sterne.

Irwin Allan Sealy est né en 1951 au nord de l'Inde. Il a étudié à Lucknow, au lycée La Martinière, fondé selon les voeux de Claude Martin. Ce mercenaire français, établi en Inde au XVIIIe siècle et devenu un véritable nabab, consacra son immense fortune à l'édification de lycées en Inde et en France. C'est lui qui servit de modèle au héros du Trotter-Nama.
Parue originellement en 1988, cette oeuvre hors du commun a rencontré un immense succès critique et public dans le monde anglo-saxon. Considéré comme l'un des plus importants romans indiens publiés depuis trente ans, Le Trotter-Nama s'est imposé comme un classique, étudié dans les universités américaines et britanniques.


  • Les courts extraits de livres : 30/01/2007

(INTERPOLATION)

D'un supposé peintre, un dénommé Zoffanij

Deux autres portraits du Grand Trotter existent, tous deux peints à l'huile par l'homme plutôt menu qu'était Zoffanij. Ce que ses contemporains ont vu en lui, je l'ignore, mais il paraît qu'ils faisaient la queue pendant plusieurs heures devant son atelier, ainsi que des dames de qualité. Bon, moi aussi, j'ai mes admirateurs - mais jetons plutôt un regard objectif à ces portraits.
Le premier nous présente un Justin fragile, perdu au milieu d'une multitude d'hommes réunis sur les lieux d'un combat de coqs. Quelques Européens figurent au premier plan, mais la grande majorité du public est constituée d'Indiens, courtisans et parasites du Nawab dont l'auguste présence emplit le centre de la toile. On abat des enjeux, on trace un cercle, l'air s'est épaissi de poussière et de cris. Le présumé Justin est assis sur une chaise occidentale, une jambe noueuse croisée par-dessus l'autre, le visage émacié, l'air pointilleux. Est-il en train d'examiner un coq qui lui est présenté par un intendant-et-coqueleur, turc pour moitié, à la barbe filiforme, ou bien regarde-t-il simplement dans le vague en additionnant ses millions ? Ce n'est pas clair. Au premier plan, à droite, est assis un individu viril portant une espèce de moule à tarte sur la tête et des chaussures à bouts recourbés. Exsudant la santé et la prospérité, il a été sans aucun doute inspiré par le véritable Justin avant que le peintre, dans un accès de malice ou de complaisance, ne repousse le Grand Trotter un peu à l'arrière. Zoffanij en personne est représenté sur le côté, le regard atone posé sur le spectateur et désignant de la main sa propre création scénique. Affabulation romantique ! Suscitée par un envieux qui n'aperçut le Grand Trotter qu'une fois, et encore, de loin. Or, la distance n'a-t-elle pas tendance à diminuer ? Nous avons là un tableau exécuté très probablement de mémoire à Londres par le célèbre personnage au retour de son Grand Voyage en Orient. Or la mémoire n'a-t-elle pas tendance à minimiser ?


  • Les courts extraits de livres : 30/01/2007

Suite du frontispice

Au-dessus du ballon, le ciel est d'abord bleu, puis, plus haut, indigo. Il n'y a pas de nuages, mais il s'en prépare un dans les couches supérieures de l'atmosphère.
Sous le ballon s'étend une plaine ocre fendue par un canal, le Ganda Nala, qui se déverse dans une large rivière, la Moti Ganga. Un petit cours d'eau sinueux, la Kirani ou Cranny, qui prend sa source dans la colline de salpêtre, se jette elle aussi dans la Moti Ganga. Sur la rive la plus proche du canal se déploie Sans-Souci, avec ses bâtiments de stuc et de grès mêlés. Sangam, son point culminant et sa gloire, est édifié avec ses tours sur une éminence artificielle. Avec, pour résultat, un évidement devenu lac ou Réservoir dans les eaux duquel Sangam se reflète. À droite des bâtiments et deux largeurs de doigts au-dessus se trouve un plateau carré de basse altitude, la colline de salpêtre. On y a monté trois plates-formes de bambou autour d'une petite aire de lancement. Au-delà, on distingue la forêt, un ruisseau, des villages, plusieurs bras morts et une large rivière. Sur l'autre rive du canal se tient la cité de Nucklow.
Oiseaux et quadrupèdes peuplent les espaces verts et la forêt. Le paon est l'un d'entre eux. Le pigeon en est un autre. La perdrix noire encore un autre. Le chien encore un autre. C'est un malin. Le tigre, un autre encore. Le dromadaire et l'éléphant en sont d'autres. Le cheval aussi.
Les arbres sont nombreux : le jamblong (Eugenia jambolana), le manguier, le goyavier, le jacquier, Vimli ou tamarin indien, le tamarin anglais, le margousier, le pipai, le palas ou «flamme de la forêt», le gulmohar ou flamboyant, le canéficier, l'oraculaire, le papayer, le bananier, l'oranger de Chine.
Les fleurs sont plusieurs : les rangées de canna, les massifs de roses, les lotus des étangs, les jonquilles, les bougainvillées, la rose de Perse, le phlox et, sur les berges de la Kirani, la rat-ki-rani ou belle-de-nuit.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia