Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Atlas historique des routes de France

Couverture du livre Atlas historique des routes de France

Auteur : Georges Reverdy

Date de saisie : 18/01/2007

Genre : Histoire, Géographie

Editeur : Presses de l'Ecole nationale des ponts et chaussées, Paris, France

Prix : 55.00 €

GENCOD : 9782859784263

Sorti le : 18/01/2007

Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 30/01/2007

Cette superbe réédition permet d'offrir à nouveau aux amateurs ce bel ouvrage, épuisé depuis plus de dix ans et qui avait connu lors de sa sortie un grand succès.

L'Atlas historique des routes de France est un véritable atlas, au sens primitif du terme, c'est-à-dire essentiellement un recueil de cartes géographiques sur lesquelles on voit naître et se développer, au cours des siècles, notre réseau routier; c'est un ouvrage original qui n'est composé que de cartes anciennes, contemporaines des chemins qu'elles décrivent ou des voyages qu'elles évoquent.

Le lecteur aura plaisir à feuilleter ces cartes vénérables, aux cartouches élégants et aux couleurs souvent délicates, sur lesquelles il pourra retrouver, on l'espère, les anciens itinéraires du pays de ses ancêtres.


  • Les courts extraits de livres : 30/01/2007

LES VOIES ANTIQUES ET MÉDIÉVALES
(Jusqu'à 1550)

LES VOIES ROMAINES

Parmi les grands travaux des vingt derniers siècles de notre histoire, il en est peu qui passionnent encore autant de monde que les voies romaines, dans notre pays comme dans tous les pays voisins qui ont bénéficié de la conquête et de l'organisation de ces grands constructeurs. Ce qui est certain, c'est qu'ils ont été les premiers à en construire avec de tels moyens, à les entretenir et à les exploiter pendant quelques siècles. Elles sont encore là sous nos pas, dans chacune de nos provinces, et n'importe quel profane peut les chercher et penser les découvrir dans ses promenades, d'autant plus que les textes et les documents à leur sujet sont très rares, et que l'on discutera longtemps encore non seulement des voies mais même du nom et de l'emplacement des oppida, des villes ou, plus tard, des stations thermales auxquelles elles conduisaient.
Depuis la Renaissance et «l'Histoire des grands chemins de l'Empire romain» de Nicolas Bergier, chacun rêve donc de retrouver ces voies prestigieuses et cette passion a culminé sous Napoléon m où la très officielle commission de la topographie des Gaules, sous la présidence d'Alexandre Bertrand, tenta d'en faire un bilan exhaustif, en se basant sur tous les itinéraires et textes anciens alors connus. Mais elle dut ponctuer ses conclusions de tant de points d'interrogation qu'il restait manifestement du travail pour les chercheurs à venir. On dispose naturellement aujourd'hui de moyens beaucoup plus perfectionnés, basés notamment sur l'observation aérienne, pour découvrir d'anciens tracés non apparents vus du sol. Mais c'est toujours à l'archéologie fine avec fouilles et analyse des matériaux qu'il faut faire appel pour pouvoir avancer une datation. Et il est vraiment difficile de dater avec certitude des cailloux ou du sable lorsqu'on ne trouve que cela. D'ailleurs, ces fouilles scientifiques posent parfois plus de problèmes nouveaux qu'elles n'en résolvent, comme par exemple celles qui ont été faites par Pierre Sillières et Alain Vernhet à l'Hospitalet-du-Larzac sur la voie romaine de Segodunum à Cessero et qui ont révélé un étonnant élargissement de la chaussée au cours des âges, qu'on ne voit guère justifié par le trafic.


  • Les courts extraits de livres : 30/01/2007

LES CHEMINS MÉDIÉVAUX

Après les invasions barbares, les voies romaines restèrent-elles d'importants axes de communication ? La question est posée, et la controverse dure depuis longtemps, entre les tenants de la pérennité des voies romaines et ceux, au contraire, de leur décadence rapide. Mais en fait la question est mal posée, puisque de nombreuses voies romaines existent encore de nos jours, les grands tronçons rectilignes étant les plus remarquables comme sur la voie domitienne en Bas-Languedoc ou de part et d'autre de Dijon sur le grand axe Sud-Nord de la Saône vers la Moselle. La vraie question est de savoir l'importance de la circulation qui a continué à les emprunter, ce qui suppose que l'on connaisse déjà cette circulation du temps des Romains, qui était à mon avis assez réduite en général, surtout en ce qui concerne le trafic lourd. C'est l'unification politique apportée par Rome qui a permis la création de ce réseau interurbain à longue distance, surtout stratégique et administratif. Lorsqu'elle a disparu, il n'y avait pas de raison qu'il subsiste, et la voie d'eau a dû reprendre alors la première place pour les rares échanges, comme c'était sans doute le cas avant la conquête de César.
Car il est sûr que la voirie romaine, bien plus encore que nos voies modernes aux revêtements étanches, avait un besoin constant d'entretien, exécuté de gré ou de force. Lorsque celui-ci a disparu, la plupart de ces chaussées cessèrent rapidement d'être carrossables quoi qu'on ait pu dire de leur consistance. Même lorsqu'elles étaient en béton ou en vrai dallage, encore eût-il fallu que les fossés et l'écoulement des eaux soient continuellement entretenus, sans parler des aqueducs et des ponts. Quelques petits ponts romains subsistent bien, dira-t-on. Et ce sont en effet des joyaux qu'il nous faut précieusement conserver : mais il ne s'agit que de petits ouvrages, toujours fondés sur le roc. Sur les grands fleuves, plus de traces, même si l'on retrouve parfois encore des pieux de fondation lors de travaux dans leur lit. La plupart de ces ponts étaient en bois, comme ceux construits par César sur la Saône ou le Rhin, ou des ponts de bateaux comme à Arles. Il est vrai qu'en matière de rapidité de construction, les Romains n'auraient rien à nous envier, puisque, d'après les Commentaires, le fameux pont sur le Rhin fut achevé en dix jours. Il ne dura d'ailleurs guère plus longtemps : après avoir fait peur aux Germains, au bout de dix-huit jours passés au-delà du Rhin, César revint en Gaule et coupa le pont derrière lui...


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia