Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Apprendre... oui, mais comment

Couverture du livre Apprendre... oui, mais comment

Auteur : Philippe Meirieu

Préface : Guy Avanzini

Date de saisie : 18/01/2007

Genre : Education, Pédagogie

Editeur : ESF éditeur, Issy-les-Moulineaux, France

Collection : Pédagogies

Prix : 23.00 €

GENCOD : 9782710118398

Sorti le : 18/01/2007

Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 01/02/2007

Chacun s'accorde aujourd'hui à reconnaître que la vocation de l'École est bien de faciliter les apprentissages. Mais, pour être établi, le consensus n'en est pas moins insuffisant s'il n'est pas accompagné de l'énoncé des moyens. Apprendre... oui, mais comment ? Les enseignants et les formateurs savent bien que l'exhortation, ici, n'est d'aucun effet, aussi péremptoire soit-elle.
Avec le présent ouvrage, Philippe Meirieu poursuit et approfondit la réflexion entreprise dans L'École, mode d'emploi, mais il s'attache, plus particulièrement, à l'acte d'apprentissage... Il en débusque les représentations trompeuses, dénonce les illusions qui traînent à son sujet et tente d'établir quelques repères à partir desquels l'enseignant puisse élaborer, réguler et évaluer son action. C'est ainsi qu'il aborde aussi bien la relation pédagogique, la rationalisation didactique et les stratégies individuelles d'apprentissage. Il montre comment l'attention à ces trois dimensions permet de maintenir «l'équilibre écologique du système apprendre».
Mais l'originalité de ce livre tient aussi à sa forme : le lecteur s'y trouve mis en situation d'activité, confronté à des exercices, des récits d'expériences pédagogiques ou d'événements de la vie scolaire. A partir de là, l'auteur dégage avec lui quelques principes fondamentaux et propose toute une série d'outils qui pourront être utilisés par les instituteurs, professeurs, formateurs : des outils pour imaginer, construire et adapter une pédagogie véritablement différenciée, des outils pour pratiquer l'aide méthodologique, des outils pour travailler à la réussite de tous.
Un livre qui dépasse le clivage théorie-pratique et qui est devenu une référence pour tous les «professionnels de l'apprentissage».

Philippe Meirieu a enseigné à tous les niveaux de l'institution scolaire et a été associé à de nombreuses réflexions et réformes du système éducatif français. Après avoir dirigé l'IUFM de Lyon, il se consacre aujourd'hui à la formation des maîtres. Il est l'auteur de nombreux ouvrages de pédagogie.


  • Les courts extraits de livres : 01/02/2007

Extrait de l'ouverture :

Où le héros disparaît avant même d'entrer en scène

«Où étaient mes connaissances, et pourquoi, lorsqu'on m'en a parlé, les ai-je reconnues et ai-je déclaré : Parfaitement, cela est vrai ? Point d'autres raisons que celle-ci : elles étaient déjà dans ma mémoire, mais si loin et enfouies dans de si secrètes profondeurs que, sans les leçons qui les en ont arrachées, je n'aurais pas pu peut-être les concevoir.» Saint Augustin, Les Confessions, Livre X, chap. x.

Aussi curieux que cela puisse nous apparaître aujourd'hui, il n'a pas été si facile, pour les hommes, d'admettre qu'ils puissent apprendre... Socrate, on s'en souvient, interrogeant un petit esclave sur une question de géométrie, démontrait à son contradicteur qu'il n'apprenait rien à cet homme, mais lui permettait seulement, «grâce à de simples interrogations, de retrouver de lui-même, en lui-même, la science». De toute évidence, la démonstration, pour qui prend la peine de la lire attentivement aujourd'hui, n'est pas si convaincante : le petit esclave ne s'y exprime que par monosyllabes et Socrate effectue la totalité de la démonstration sous ses yeux. Peut-être même, Ménon, l'interlocuteur de Socrate, aurait-il pu souligner que cette redécouverte - cette réminiscence, dans le vocabulaire platonicien - ressemblait fort à une manipulation et qu'elle employait des procédés rhétoriques pour emporter l'adhésion plus qu'elle n'était un véritable «accouchement»... Le petit esclave y pilote à vue, en cherchant sans doute plus à décoder les attentes de Socrate qu'à retrouver en lui-même les réponses à ses questions ; l'entretien est minutieusement réglé par le maître afin que l'élève lui renvoie, comme un miroir renvoie une image, une démonstration à laquelle, finalement, il ne prend que peu de part. La conclusion de l'entretien réfracte alors fort bien l'ensemble de la démarche :

«Socrate. - C'est la diagonale qui, selon toi, esclave de Ménon, engendre l'espace double ?
L'esclave. - C'est bien cela, Socrate.»


  • Les courts extraits de livres : 01/02/2007

Je sais bien que, même si nous avons ressenti cela, même si nous avons esquissé un jour, en face d'une oeuvre d'art, l'hypothèse de la réminiscence, tout en nous se dresse contre elle ; le bon sens nous talonne : qui peut prétendre que je connaissais Rimbaud avant d'avoir lu Rimbaud, même si, à sa lecture, j'ai eu le sentiment qu'il parlait de moi, en moi, et même que c'était moi qui parlais ? Ne serait-ce pas seulement parce que Rimbaud dit, avec une intelligence et une exactitude fabuleuses, la révolte et la nostalgie, la tendresse et la peur et qu'il s'agit là de sentiments que tous les hommes, à un moment ou à un autre de leur existence, peuvent éprouver ? Mais, attention... le bon sens, si vous le suivez sur ce chemin, va vous conduire précisément où vous ne vouliez pas aller : à postuler l'existence d'un fond commun d'humanité, d'une sorte de trésor donné en partage à tous, et dont certaines stimulations artistiques viendraient nous révéler l'existence... Vous seriez presque prêt à admettre cela ? Mais ce que vous ne pouvez accepter, en revanche, c'est que cette démonstration s'applique à la connaissance, aux concepts et aux notions que nous rencontrons et qui nous permettent de comprendre le monde. Là, de toute évidence, s'agissant d'outils construits par les hommes tout au long de leur histoire, il ne peut être question de réminiscence !
Et pourtant... pourtant nous avons tous vécu cette expérience au cours de laquelle un apport conceptuel éclaire tout à coup des réalités ou des problèmes de telle manière que, là encore, nous sommes tentés de dire : «C'est donc cela ; je l'avais éprouvé, mais je ne parvenais pas à le formuler.» Qui a l'habitude de l'enseignement philosophique, voire, simplement, une pratique de formation, sait que, d'une certaine manière, on n'apprend bien à quelqu'un que ce qu'il sait déjà, qu'un discours théorique efficace «prêche toujours, de quelque manière, à des convaincus». Car un «bon concept», c'est précisément ce qui éclaire mon expérience, me permet de l'organiser, la comprendre, la maîtriser, et non ce qui m'impose du dehors d'y renoncer ou complique artificiellement mes problèmes.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia