Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Fac, le grand merdier ? pour en sortir : confidences d'un président d'université

Couverture du livre Fac, le grand merdier ? pour en sortir  : confidences d'un président d'université

Auteur : Pierre Lunel

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Anne Carrière, Paris, France

Collection : Essai

Prix : 18.00 €

GENCOD : 9782843374296

Charlotte Thomas - 12/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 02/02/2007

Un coup de gueule empreint de beaucoup de tendresse... 1 400000 jeunes gens en France, la formation des futurs cadres de la nation et un incroyable gâchis ! Grèves à répétition, mouvement anti-CPE, port du voile, baisse du niveau général, orientation en dépit du bon sens, diplômes dévalués... Est-ce vraiment le «grand merdier» dénoncé par tous les observateurs ? On serait tenté de le penser. L'université n'est-elle pas envahie par des étudiants de plus en plus nombreux, avec en poche un bac au rabais, qui se sont inscrits en fac sans véritable projet de vie ?
Pierre Lunel nous plonge dans ses coulisses, loue les qualités de cette vieille dame fragile, épingle ses défauts et décrit avec clairvoyance ses vices et ses petites magouilles. Dans un portrait de famille impitoyable, et un style coloré et plein d'humour, il nous raconte les joies, les peines et les colères des étudiants, les paresses et les idéaux des enseignants, les manquements et la générosité des personnels administratifs.
Au fil des pages, il dresse l'ordonnance qui devrait permettre de sortir la malade d'un coma programmé. Pour cela, l'Université doit cesser d'être la chose des professionnels du système et redevenir l'affaire de tous les Français. Elle doit consentir à la jeunesse un nouveau rêve et passer avec elle un nouveau contrat.

Agrégé de droit romain, l'auteur a quitté ses fonctions de président de l'université Paris 8 le 30 octobre 2006. Il est aussi l'auteur d'une quinzaine de romans et de biographies.


  • Les courts extraits de livres : 02/02/2007

La foire d'empoigne

Élu comme une fleur !

Quand mon maître Demichel meurt, je souhaite lui rendre un hommage grandiose consistant en un marathon de quatre jours non stop où les sommités viendraient s'attaquer aux problèmes les plus épineux du droit de la santé. Comme des personnalités y participent, tels Claude Allègre, ministre de l'Éducation, Bernard Kouchner, ministre de la Santé, Claude Evin et une noria de vedettes du droit et de la médecine, cette initiative me donne quelque relief. Mais enfin, je reste néanmoins un illustre inconnu. Or, voilà que je dois occuper, au conseil scientifique de l'université, la place laissée vacante par mon maître Demichel. Je vais donc à l'une des dernières séances de ce conseil, qui, il faut bien le dire, somnole un peu comme il se doit quand les conseils d'université arrivent vers la fin de leur mandat. En effet, nous devons procéder à l'élection d'un nouveau conseil dans les deux mois. Nous sommes en octobre 2001.
Dans une salle aux trois quarts déserte, je laisse mon esprit vagabonder, moyennement intéressé par les cotutelles de thèses et autres faisceaux de questions absconses. Heureusement, j'ai toujours eu une capacité à dormir en ayant l'air éveillé, ce qui me permet de ne pas être repéré. Je remarque alors très distinctement deux paires d'yeux qui, à la dérobée, me scrutent, celles d'un homme et d'une femme que je connais à peine. C'est l'heure du déjeuner, et, pris d'une soudaine fringale, je me lève, bredouillant une excuse sans intérêt. Je n'ai pas le temps de faire trois pas dans le couloir que je sens une main se poser sur mon épaule :
- N'as-tu pas songé à être candidat ?
Je me retourne :
- Candidat à quoi, grands dieux ?
L'homme me faisant face est un professeur de cinéma fort connu, au visage anguleux, au nez fort, à la chevelure grisonnante et un peu hirsute.
- Je m'appelle Guy et je voudrais t'inviter à déjeuner, poursuit-il.
- Pourquoi pas ?


  • Les courts extraits de livres : 02/02/2007

Nous ne sommes pas loin de neuf cents enseignants, et les conseils centraux doivent être renouvelés juste avant l'élection du président. Ce dernier va être choisi par les trois conseils réunis, autrement dit par cent dix personnes environ, parmi lesquelles les enseignants ne sont même pas majoritaires. Je n'ai pas encore accepté qu'ils ont sorti les coupes de Champagne, dressé leur liste et commencé de se partager les contacts à prendre en fonction de leurs affinités, en dispensant quelques compliments pour les uns et en décochant des flèches féroces pour quantité d'autres.
Je leur fais observer que, en ne réservant le qualificatif de «bon» qu'à une minorité des membres de la liste et puisque ceux-ci doivent m'élire dans un deuxième temps, je n'ai guère de chance d'être élu. Ils se récrient, m'indiquant que le jeu s'avère beaucoup plus subtil, que certes nous allons bâtir une liste de candidatures pour les trois conseils centraux mais qu'au-delà, il y aura aussi une séduction à exercer vis-à-vis de trois autres catégories de personnes : les personnels administratifs, les étudiants et enfin les personnalités extérieures qui siègent dans les conseils.
Je ne suis pas certain que je me serais embarqué dans la bagarre si je n'avais pas eu auprès de moi un fidèle parmi les fidèles, jeune homme d'une trentaine d'années, mince et élégant, au costume bien coupé, fleurant le bourgeois du 16e et pour tout dire peu en harmonie avec le look un peu écolo qui règne à Paris 8. Pierre-Yves Chapeau a été mon doctorant, mon bras droit lors des journées Demichel, en compagnie d'une jeune collaboratrice intelligente et motivée. Pierre-Yves s'engage avec moi sans hésitation. C'est avec lui que je vais dénicher en son fief de l'IUT de Montreuil celui qui va devenir le quatrième homme, transformant ainsi le trio fatal en bande des quatre : Bernard, grand garçon au regard droit, à l'air décidé, qui ne parle jamais pour ne rien dire et dont tout, depuis l'apparence jusqu'au regard, exprime la droiture. Quand je le rencontre pour lui demander de figurer en bonne place sur la liste que je vais diriger, il m'expose de façon simple et nette ses aspirations :
- C'est d'accord, mais à la condition que, si vous êtes élu, je puisse m'occuper des moyens et des finances.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia