Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Vingt quatre heures de la vie d'une femme sensible

Couverture du livre Vingt quatre heures de la vie d'une femme sensible

Auteur : Constance de Salm

Postface : Claude Schopp

Date de saisie : 01/02/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Phébus, Paris, France

Prix : 10.00 €

ISBN : 978-2-7529-0248-1

GENCOD : 9782752902481

Sorti le : 01/02/2007

Marie Nicolle - 02/04/2007


Agathe L'huillier - 15/03/2007


Mélanie Couillaud - 01/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 05/02/2007

Véritable petit bijou, ce roman épistolaire publiée en 1824 se présente comme une variation sur la jalousie et ses affres.
Confrontée à l'image obsédante de son amant disparaissant dans la calèche d'une autre beauté au sortir de l'opéra, notre héroïne tente de comprendre et de calmer les milles émotions qui l'assaillent. Au cours d'une nuit d'insomnie et d'une journée perdue à guetter un signe de celui qui -semble-t-il vient de la trahir, elle ne trouve d'autre consolation que de lui écrire. Quarante-quatre lettres pour dire vingt-quatre heures de fièvres, de doutes et de désespoir.
Cet unique roman de roman Constance de Salm bouleversera tous les amoureux de Stefan Zweig et de Marcelle Sauvageot. Poétesse et dramaturge, celle que l'on surnommait " la muse de la Raison " défendit ardemment la cause féminine et tint un brillant salon littéraire, ou se côtoyèrent Alexandre Dumas fils, Paul Louis Courier, Stendhal et Houdon.



  • La revue de presse Jacques-Pierre Amette - Le Point du 15 mars 2007

Voici l'histoire d'une résurrection. Un des meilleurs écrivains a failli être englouti dans l'abîme du temps. Une femme exquise, rayonnante, belle à bousculer les hommes les plus froids, souveraine avec un tout petit roman épistolaire. Il ressurgit aujourd'hui grâce à Claude Schopp, fin lecteur du XIXe siècle. Imaginez quarante-quatre lettres écrites d'un mercredi à onze heures du soir au jeudi, à une heure du matin. «Vingt-quatre heures d'une femme sensible», publié en 1824, est un chef-d'oeuvre de la littérature française. Un vrai ! Pas un de ces romans d'aujourd'hui qui se bousculent pour crier leur talent et écarter les autres. S'il n'était signé Constance de Salm, on l'attribuerait aisément à Benjamin Constant. Mais là c'est une femme qui tient la plume. Tout y est : vivacité, passion, émotion, réflexion, trouble palpable, sensibilité proche, musique, intelligence du coeur, puissance d'analyse qui devient, au fil des pages, une forme d'érotisme...
Le grand écrivain autrichien Stefan Zweig s'est visiblement inspiré de son roman dans «Vingt-quatre heures de la vie d'une femme»... Alors, retournez vers l'original. C'est une bénédiction.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 14 mars 2007

Fureur, refus, aveuglement, rage, tentative inutile pour retrouver son calme, la narratrice écrit ses petits mots en rafale. Constance de Salm sait parfaitement décrire le désordre et l'attente, les yeux rivés sur la fenêtre, la main serrant la plume pour exprimer sentiments et ressentiments. On est loin de la bluette pour jeunes filles de pensionnat, car la romancière ne veut rien cacher de la douleur, de la folie et de l'excès qui ronge son personnage et balaie toute éducation, toute bienséance. Il y a du Phèdre dans cette héroïne furieuse.


  • La revue de presse Mona Ozouf - Le Nouvel Observateur du 8 mars 2007

Princesse progressiste, Constance doit son retour de notoriété aux études féministes. C'est justice, tant sont nets les articles de sa foi : que les femmes n'ont jamais trop de lumières ; que la discussion du bien public est l'affaire commune des deux sexes ; que l'ambition littéraire des femmes est sottement ridiculisée, autre thème staélien ; qu'il est barbare - elle le dit à Napoléon - de frapper l'adultère de l'épouse plus lourdement que celui de l'époux. Il n'en faut pas moins résister à la pente qui fait aujourd'hui de Constance une militante exaltée...
Dans les années 1820 elle avait prêché pour une paix négociée entre classiques et romantiques : à ceux-ci, elle suggérait d'accommoder «leur art tout nouveau» aux attentes d'un public rompu à des rythmes plus sages. C'est bien ce qu'elle réussit dans ce joli roman, qui tient son charme d'une boiterie délicieuse entre deux styles et deux époques, de part et d'autre de la fracture révolutionnaire : le tumulte des sentiments et la déraison des passions se disent dans la langue sobre et gouvernée du siècle qui s'en est allé.


  • La revue de presse Josyane Savigneau - Le Monde du 2 février 2007

Ce court roman épistolaire a été publié de manière anonyme en 1824 : Vingt-quatre heures d'une femme sensible ou Une grande leçon, de la princesse de S..., quarante-quatre lettres écrites par une femme à l'homme qu'elle aime, en une nuit sans sommeil et une journée d'angoisse, pour dire tous les tourments de la jalousie...
Penser et demander aux femmes de penser. Ecrire à un ami : "J'aime l'indépendance en tout" - il n'en fallait pas plus, et il n'en faut toujours pas plus, pour être considérée comme un "bas-bleu". C'était certainement une raison suffisante pour que Constance de Salm soit injustement oubliée. Et il n'est pas certain qu'aujourd'hui encore sa leçon puisse être entendue.


  • La revue de presse Astrid de Larminat - Le Figaro du 1er février 2007

L'oubli qui a recouvert le nom de la princesse Constance de Salm après sa mort, en 1845, est inversement proportionnel à la notoriété qu'elle connut de son vivant comme écrivain et à l'influence qu'elle exerça dans les sphères intellectuelles et même politiques...
Par cet ouvrage, dont la prose fluide et cadencée épouse les infimes variations de l'âme, ses transports subits, l'arythmie d'un coeur épuisé de passion, Constance de Salm, à qui on attribua le titre de «Muse de la raison», désirait nuancer la réputation de sérieux que lui avaient valu ses nombreuses épîtres et oeuvres de circonstance. Elle voulait prouver qu'elle n'était pas dénuée de ce qu'elle considère comme le plus bel apanage de son sexe, la sensibilité qui n'agit pas que sur les affections de l'âme, mais «éclaire et agrandit l'esprit», précise-t-elle dans la préface du roman.


  • La revue de presse Delphine Peras - L'Express du 1er février 2007

Au rythme de 44 missives adressées à l'élu de son coeur, l'auteure, une femme du monde, donne libre cours à l'afflux d'émotions qui la submerge depuis qu'elle a vu son «ami» quitter l'Opéra au bras d'une autre. S'ensuit une nuit d'insomnie où notre héroïne ressasse sa passion, ses affres comme ses bonheurs. C'est exquis, c'est extrême. C'est l'amour fou, furieux, dans sa plus belle expression. «Je n'ai plus qu'une pensée, celle d'être à vous; qu'une crainte, celle de ne l'être pas», écrit-elle, passant aussitôt au tutoiement, tour à tour éplorée, excédée, résignée. Il y a du Phèdre chez cette femme si entière. On pense aussi à la Princesse de Clèves ou encore à la Duchesse de Langeais.


  • Les courts extraits de livres : 20/03/2007

Lettre III

Que se passe-t-il donc en moi ? Aucune circonstance nouvelle n'a pu augmenter mon trouble, et cependant il s'accroît à chaque instant. Je crois voir mille choses qui m'étaient échappées d'abord. Il semble qu'il y ait des douleurs que l'on éprouve sans le savoir, et dont on ne se rend bien compte que quand elles remplissent tellement le coeur qu'il lui devient impossible de les supporter. Ces idées sont, il est vrai, vagues et confuses ; elles passent devant mes veux et s'évanouissent comme de vains fantômes ; mais il en est une qui reste toujours là ; une dont la vérité m'épouvante ; une qui repose sur un fait, et que je ne puis me nier à moi-même. Vous avez remarqué cette femme, mon ami ; vous l'avez remarquée ! Et qui ne sait que toutes les illusions de l'amour se touchent ; que la plus douce, la plus nécessaire, la plus sacrée est celle qui nous fait croire qu'il n'existe personne pour nous hors du cercle enchanté dont la passion nous environne ? Vous avez remarqué cette femme ; et moi... je ne voyais que vous !


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia