Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le dieu du carnage

Couverture du livre Le dieu du carnage

Auteur : Yasmina Reza

Date de saisie : 03/01/2007

Genre : Théâtre

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Prix : 10.00 €

ISBN : 2-226-17374-9

GENCOD : 9782226173744

Sorti le : 03/01/2007

Mélanie Couillaud - 01/03/2007


Sylvain Elie - 20/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 22/02/2007

" On a voulu être sympathiques, on a acheté des tulipes, ma femme m'a déguisé en type de gauche, mais la vérité est que je n'ai aucun self control, je suis un caractériel pur."



  • La revue de presse Fabienne Pascaud - Télérama du 28 février 2008

Le Dieu du carnage est du même cru, explosive danse de mots au burlesque leitmotiv...
Comment échapper à la tentation du carnage, du Darfour aux quartiers chics ? C'est la question que se pose Yasmina Reza avec une lucidité ravageuse (et un pessimisme fondamental) qui lie petite et grande histoire, philosophie et divertissement, Ionesco et Sarraute. On rêve de voir porter en scène cet électrique plaisir de lecture.


  • La revue de presse Jérôme Serri - L'Express du 22 février 2007

Pour régler leur différend, deux couples s'enferment dans un huis clos poli qui vire au carnage. L'humour féroce de Yasmina Reza fait à nouveau mouche...
Oui, la vie est d'un égoïsme effrayant. Tant pis pour ceux qui veulent l'ignorer ! Leur angélisme de mauvaise foi continuera de faire rire les lecteurs de la cruelle et très drôle Yasmina Reza.


  • La revue de presse Franck Nouchi - Le Monde du 2 février 2007

Sauf qu'on est ici dans l'univers de Yasmina Reza. La situation initiale n'est qu'un prétexte : le désastre est inéluctable. Un mot malencontreux, le moindre malentendu sont autant d'étincelles qui finiront par provoquer un véritable carnage. Tout se passe par glissement progressif des sentiments, d'une conversation tout ce qu'il y a de plus policée on passe à une sorte de huis clos barbare...
Attention, les apparences sont parfois trompeuses, l'oeuvre ici avance masquée. Derrière un premier niveau, disons boulevardier, très réussi, très drôle, avec de formidables trouvailles, affleure un propos passionnant sur la nature humaine et le monde contemporain (quoi de plus emblématique de la barbarie technologique qui nous envahit que cette irruption constante du portable d'Alain dans la conversation ?). Le rhum aidant, la violence est là, omniprésente, à fleur de peau, prête à jaillir au moindre dérapage. Les personnages sont sous pression (sociale, psychologique, sexuelle...) avec une envie irrépressible d'en découdre...
Puisse-t-elle trouver les grands acteurs qui sauront incarner cette pièce formidable qu'est Le dieu du carnage.


  • La revue de presse Etienne de Montety - Le Figaro du 1er février 2007

Sur scène, les différences d'éducation entre les deux couples, leur appréciation des situations, leurs tempéraments deviennent autant de bombes à retardement, qui font du huis clos une véritable Cocotte-minute. Par le génie de Yasmina, le bel appartement d'une métropole de l'Union européenne connaît la loi de l'ouest du Pecos. C'est ainsi. Depuis Art, elle en dit plus sur notre société, ses conformismes, son pédantisme, la chimère d'une culture rempart-contre-la-barbarie, l'intolérance, le racisme, la violence - biffez les mentions inutiles - que tous les graves essayistes de notre temps. Yasmina Reza est notre meilleur auteur de comédie contemporain : des fous rires ponctuent ses pièces, entre deux grincements de dents. Et sa dernière charge ne fait pas exception : ainsi cette discussion à propos du Darfour, commencée avec componction sur «le martyre africain» s'achevant à coups d'invectives sur les «nègres du Soudan». Elle ne passe rien à ses contemporains, appuie sur leurs petites faiblesses. Hypocrite spectateur, mon semblable, etc.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia