Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Tous Français : l'immigration, la chance de la France

Couverture du livre Tous Français : l'immigration, la chance de la France

Auteur : Bernard Stasi

Date de saisie : 25/01/2007

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Hugo Doc, Paris, France

Prix : 13.50 €

GENCOD : 9782755601046

Sorti le : 25/01/2007

François Attia - 15/02/2007


  • Les présentations des éditeurs : 06/02/2007

Vingt ans après son livre L'immigration : une chance pour la France, Bernard Stasi réitère, avec la complicité d'Olivier Picard, son appel à une prise de conscience de l'immense richesse que représente la diversité française. Diversité raciale, culturelle et religieuse.
A l'heure de la mondialisation, nos populations d'immigrés et leurs enfants élargissent l'éventail français et l'ouvrent à d'autres continents, d'autres religions, d'autres façons de vivre. Elles dynamisent notre société et lui donnent un surcroît d'énergie, de volonté et de ténacité. Peu de pays peuvent se prévaloir d'un tel atout.
Sans aucun angélisme, Bernard Stasi tord le cou aux idées toutes faites, aux réflexes nationalistes et aux sentiments de peur, en nous démontrant que la France a besoin de ce nouveau souffle pour aborder le XXIÇ siècle avec confiance. Il nous propose des solutions et des mesures politiques (laïcité, logement, éducation, décentralisation,...) à adopter d'urgence pour tirer parti de ce formidable potentiel.
Et comme Bernard Stasi le dit : «Réveillons-nous, citoyens, sortons de nos torpeurs, et marchons pour construire, autrement que par le verbe, cet insaisissable vivre ensemble.»

Médiateur de la République de 1998 à 2004, ancien ministre, maire d'Epernay pendant trente ans, Bernard Stasi a présidé la Commission à l'origine de la loi sur l'interdiction des signes religieux à l'école et la mission qui a donné naissance à la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde). Grand reporter pendant quinze ans pour France 3, France 2 et Geo, Olivier Picard est aujourd'hui éditorialiste politique des Dernières Nouvelles d'Alsace.

Les deux auteurs sont de vrais amis de trente ans, au moins...


  • Les courts extraits de livres : 06/02/2007

LES SOURIRES DE BARBES

Éloge de la différence. Citoyen du monde. L'inéluctable et souhaitable métissage. L'apprentissage de la diversité. La vanité des bons sentiments. Les surprises de la facture coloniale. La saine croisade de Jean-Louis Borloo.
Aux yeux de trop de Français, c'est une expérience extrême. Pour les xénophobes, une caricature de l'horreur absolue. Une référence en négatif. La concrétisation de «l'invasion», voire de la «submersion» tant redoutée, et qui aurait commencé ici, au pied de Montmartre, comme une ultime insolence (une insulte, pensent carrément certains) à la carte postale la plus symbolique, et d'ailleurs la plus vendue, de la capitale. L'islam prêt à monter à l'assaut du Sacré-Coeur ! L'involontaire proximité géographique de ces deux mondes autorise tous les raccourcis...
Bienvenue à Barbes ! Venir ici, c'est un voyage. La grande enseigne de Tati prévient qu'on est arrivé à bon port. On sort du métro aérien qui brinquebale sur la frontière de métal séparant le Xe du XVIIIe arrondissement et, hop, voilà qu'en quelques pas sur le passage piétons on a traversé la mer Méditerranée. Un cliché ? Oui, mais il est authentique. Plus vrai que vrai. Ici, vous êtes bien à un point de rencontre entre le Nord et le Sud. Perpétuellement congestionnée, la brèche ouverte par l'emblématique boulevard à la majesté décrépie qui s'enfonce vers Clignancourt marque la porte d'entrée d'un autre continent. Un continent mélangé. C'est l'Afrique. Presque toute l'Afrique. Du Maghreb à l'Equateur, au moins. Mais c'est encore la France. Mais c'est toujours la France. Singulier vertige...
Sur ce petit territoire protégé de la Goutte d'Or, peuplé de 25000 personnes - l'équivalent d'une ville moyenne - cohabitent pas moins de 56 nationalités différentes. Les étrangers qui y vivent représentent plus de 32 % de la population totale, deux fois plus que la moyenne parisienne, et la proportion s'élève à 50% si - au moyen d'une addition contestable - on y ajoute les habitants français d'origine immigrée.


  • Les courts extraits de livres : 06/02/2007

Je comprends fort bien que cet élan ne soit pas forcément naturel. Que ce goût pour la différence ne soit pas partagé par tout le monde. Oui, je comprends fort bien que la différence fasse peur. Que la cohabitation avec des modes de vie venus d'ailleurs puisse être ressentie comme une gêne au quotidien. Culpabiliser ceux qu'elle dérange par de belles envolées allégoriques n'a jamais rien résolu et ne résoudra jamais rien. Je pense même que l'angélisme forcené en la matière est contre-productif. Il ne fera pas bouger les lignes d'un centimètre s'il ne prend pas en compte la légitimité des crispations identitaires. La bête raciste est sournoise, elle peut prendre des formes ordinaires parfois insoupçonnables, et elle parvient même à se dissimuler dans les plus belles âmes. Ce n'est pas en l'ignorant superbement qu'on en viendra à bout, mais en assumant qu'elle se nourrit de petites craintes, très humaines, très terre à terre et pas forcément honteuses en elles-mêmes.

Les bons sentiments n'ont pas forcément rendu service à la cause que je défends. Il est facile de prêcher les bienfaits d'une France multiraciale quand on écrit depuis le calme d'un appartement confortable du beau XVIIe. Il est commode d'échafauder des théories généreuses et bien pensantes quand on s'exprime dans le cadre amical d'un dîner au restaurant rassemblant de sympathiques bobos. Refaire le monde à moindres frais, et sans se déplacer, c'est intellectuellement exaltant, bon pour l'ego et sans risque. Ce faisant, en toute bonne conscience, on a nié que la différence pouvait nécessiter un apprentissage. Je crois que cette absence de modestie devant le défi à relever est une erreur lourde de conséquences qui doit être corrigée. Vite.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia