Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Claire Ferchaud, la Jeanne d'Arc de la Grande Guerre

Couverture du livre Claire Ferchaud, la Jeanne d'Arc de la Grande Guerre

Auteur : Jean-Yves Le Naour

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Histoire

Editeur : Hachette Littératures, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-01-235762-4

GENCOD : 9782012357624

Claire Lamarre - 08/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 01/03/2007

En 1916, le Christ apparaît à une bergère vendéenne et lui confie la mission de bouter les Allemands hors de France. Surnommée «la nouvelle Jeanne d'Arc», la jeune Claire Ferchaud suscite tout d'abord l'enthousiasme des croyants qui espèrent en l'intervention divine pour que la victoire soit donnée à la France, «fille aînée de l'Église». Mais la République laïque et anticléricale n'est pas une fille obéissante, et si le président Poincaré reçoit la bergère à l'Elysée, sa mission militaire et religieuse est bloquée par les autorités publiques. C'est que l'affaire est politique : pour que la France soit victorieuse, le Christ a exigé que le pays se repente de ses erreurs républicaines et place son Sacré Coeur sur le drapeau national. Derrière cette histoire singulière, se profilent des luttes de pouvoir entre l'Église et l'État mais aussi, à l'intérieur de l'Église, entre républicains ralliés et réactionnaires patentés.
À travers l'épopée dérisoire d'une Jeanne d'Arc en bleu horizon, Jean-Yves Le Naour explore les rapports complexes entre foi, patriotisme et politique, sur fond d'une société traumatisée par la guerre et prête à tout croire pourvu qu'on lui promette la fin des combats.

Jean-Yves Le Naour est historien, spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l'entre-deux-guerres. Il a déjà publié, chez Hachette Littératures, Le Soldat inconnu vivant (2002) et Le Corbeau (2005).



  • La revue de presse Nicolas Offenstadt - Le Monde du 2 février 2007

Au départ, en 1916, les choses se présentaient plutôt bien pour la jeune Ferchaud (née en 1896). Alors que tous les belligérants croyaient en une guerre courte, le conflit n'en finit pas, laissant de terribles pertes. Pour terminer enfin l'affrontement, les attentes s'exacerbent et conduisent dirigeants et populations à se tourner vers les personnalités charismatiques qui ouvrent des voies d'espoir. Aussi, lorsque cette paysanne modeste de Loublande (Deux-Sèvres), inscrite dans la tradition vendéenne réactionnaire, s'annonce porteuse de messages du Christ, décisifs pour la victoire de la France, les enthousiastes ne manquent pas, tels ces pèlerins qui se rendent autour de la ferme familiale pour rencontrer, parfois en forçant la porte, l'héroïne d'un catholicisme de combat...
Sans expliquer l'"étonnant pouvoir de séduction" de "Soeur Claire", le récit de Jean-Yves Le Naour court jusqu'à la mort de la mystique en 1972 et à la survivance de son groupe. Il est appuyé sur une riche documentation : les archives de l'évêché de Poitiers comme celles de la communauté lui sont pourtant restées fermées. Claire et ses fidèles seraient-ils encore si inquiétants ?


  • Les courts extraits de livres : 01/03/2007

Pourtant, l'Église de France ne répugne pas à s'appuyer elle aussi sur le surnaturel quand il s'agit d'expliquer la guerre, ce combat du bien contre le mal qui implique néces­sairement l'intervention de la Providence aux côtés des Français. C'est ainsi que toute une littérature analyse la bataille de la Marne comme un fait miraculeux. Si l'expres­sion de «miracle» n'est pas contemporaine de l'événement et n'apparaît que plus tard, sous la plume de Maurice Barrés dans L'Écho de Paris du 22 décembre 1914, tous les croyants ont remarqué que le retour de la fortune militaire avait eu lieu le 8 septembre, le jour de la fête de la nativité de la Vierge. De là à penser que la mère de Dieu s'est person­nellement investie dans la victoire des troupes françaises, il n'y a qu'un pas que beaucoup franchissent. D'ailleurs, les Allemands sont majoritairement protestants et ils ne reconnaissent pas la sainteté de la Vierge, par conséquent «nos ennemis sont aussi les ennemis de Marie», écrit La Croix le 8 septembre 1914. Les Allemands, assure-t-on, auraient été tétanisés par l'apparition d'une main dans le ciel, ou bien encore pris de panique à la vue d'une femme habillée de blanc et flottant au-dessus du champ de bataille. Mais tous les auteurs ne sont pas d'accord sur l'interprétation du miracle : pour les uns c'est Jeanne d'Arc qui a tout fait, d'autres défendent l'intercession de Marie, un troisième parti rend grâce à sainte Geneviève qui a de nouveau protégé Paris de la ruée des Huns modernes, un quatrième, enfin, loue l'action du Sacré-Coeur car les Allemands ont cessé d'avancer «dès qu'ils virent le dôme de Montmartre se profiler à l'horizon».


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia