Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Sous les mets, les mots

Couverture du livre Sous les mets, les mots

Auteur : Claude Pujade-Renaud

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : NIL, Paris, France

Collection : Exquis d'écrivains

Prix : 12.00 €

GENCOD : 9782841113583

  • Les présentations des éditeurs : 06/02/2007

«... Le goût et le langage se nourrissent l'un de l'autre. L'odeur tonique de l'oignon qu'on fait suer - elle chérit ce terme - dans un mélange de beurre et d'huile. Des aubergines : elle prenait plaisir à caresser leur violet lustré, puis, après les avoir coupées en lamelles, les laissait dégorger sous une légère couche de sucre en poudre afin d'en adoucir l'âcreté. Au printemps, une fricassée de jeunes asperges mélangées à de petits fonds d'artichauts, quel bonheur ! Au printemps également, les premières fèves. Églantine caressait le duvet blanc qui feutrait l'intérieur de la cosse, puis elle arrosait d'un filet de citron les menus galets d'un si joli vert, et si tendres...»

Dotée d'un grand appétit pour les saveurs de la Méditerranée, les arômes et les parfums qui suffisent parfois à combler, Claude Pujade-Renaud nous fait goûter, dans une langue d'une grande sensualité, les métamorphoses et métissages des mets et des mots.


  • Les courts extraits de livres : 06/02/2007

Mère

J'ai six ans. J'ignore quasiment l'existence de la viande : ma mère est végétarienne. Elle a, aura toujours, une fâcheuse propension à confondre son corps et le mien, et m'impose donc son régime. Sans fanatisme, puisque les oeufs et les fromages ne sont pas proscrits. Ni, de loin en loin, les volailles. Crudités, céréales et gratins de légumes constituent l'essentiel de nos repas.
Cet été-là, Parisiens en vacances sur la côte landaise, nous sommes invités un dimanche chez l'oncle et la tante de ma mère, béarnais, que je rencontre pour la première fois. Dans cette vieille ferme, tout paraît étrange, sale et délabré à la petite citadine que je suis, vivant en appartement.
La tante sert une énorme poule au pot. Je suis stupéfiée par la taille gargantuesque de la marmite. Émerveillée par la succulence de l'odeur, les ocelles blonds du bouillon, cette peau grasse, d'un jaune épais, qui se détache de la chair. Ma mère insiste pour que je mange surtout de ces bons légumes. La tante la contredit : il me faut de la viande pour grandir, forcir - maigriotte et maniérée, cette gosse de la ville, a-t-elle dû penser.
À ma stupéfaction sortent ensuite du four deux poulets bien dorés. Je suis éblouie. Cette famille doit être très riche pour servir deux plats de viande au même repas !
Ce déjeuner dominical, que de petits paysans pauvres offraient selon la tradition - le bouilli, le rôti - à l'élégante cousine mariée à Paris, est resté dans ma mémoire comme le festin premier, fabuleux. Même si j'en ai connu par la suite de plus raffinés.


  • Les courts extraits de livres : 06/02/2007

Dans le plaisir gustatif se glisse sans doute la jouissance obscure de flirter avec l'interdit. «Quel dommage que ce ne soit pas un péché... !» murmurait cette jeune femme dégustant un sorbet par un soir d'été caniculaire. J'imagine ce sorbet délicatement citronné, relevé d'une pointe d'anis vert, mais le glacier a oublié, ou n'a pas su trouver, le parfum du fruit défendu. Le plus subtil.
Dans mon enfance, les interdits maternels ont rendu inoubliables certaines saveurs moins subtiles.
Ainsi, il m'arrivait de chiper les croûtes de fromage abandonnées par les convives dans leurs assiettes. J'observais la façon dont chacun avait coupé. Certains laissaient de la pâte molle, d'autres tranchaient au plus près. Je préférais les premiers, les généreux : ils m'offraient le plaisir de passer d'une matière tendre à une résistance, laquelle s'accompagnait d'un goût plus corsé. En douce, j'en conservais quelques-unes dans ma chambre. Elles durcissaient, condensaient en elles, me semblait-il, la quintessence de chaque fromage. J'admirais sur les plus épaisses ces crevasses aux bourrelets brunâtres ou grisâtres : un monde archaïque, étrange, surface de quelle planète ? Je tâtais de la dent, ça résistait agréablement. Comme un défi ? Je mordais et broyais avec jubilation.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia