Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Touristes du Grand Siècle : le voyage d'Italie au XVIIe siècle

Couverture du livre Touristes du Grand Siècle : le voyage d'Italie au XVIIe siècle

Auteur : François Brizay

Date de saisie : 17/01/2007

Genre : Guides Tourisme, Voyages

Editeur : Belin, Paris, France

Collection : Histoire et société

Prix : 21.00 €

GENCOD : 9782701143521

Sorti le : 17/01/2007

Agathe L'huillier - 15/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 07/02/2007

Au XVIIe siècle, des Français ont visité l'Italie munis de leur culture latine et humaniste. Ils ont accompli de longs périples sur des routes parfois peu sûres, ont admiré les ruines antiques et fait étape dans les villes d'art de la Péninsule. Au cours de leurs voyages, ils ont rédigé des notes qu'ils ont ensuite mises en forme et publiées à leur retour. Ces premiers guides de voyage ont été utilisés par François Brizay pour reconstituer l'image que l'on avait de l'Italie au Grand Siècle.
Apparaissent ainsi au fil des pages les paysages, le caractère et les cou­tumes des habitants, les sanctuaires religieux, les beautés du pays. Nous voyons ainsi naître le tourisme tel que nous le connaissons de nos jours : la découverte d'une culture étrangère, mais aussi celle de tout un peuple qui intrigue et qui séduit tour à tour.

François Brizay, maître de conférences à l'Université d'Angers, est un des meilleurs connaisseurs de l'Italie aux XVIe-XVIIIe siècles. Il est l'auteur, aux Éditions Belin, de L'Italie à l'époque moderne, dans la collection «Belinsup».


  • Les courts extraits de livres : 07/02/2007

Du voyage à la rédaction d'une description de l'Italie

Ce premier chapitre présente les voyages et l'art de rédiger une Description de l'Italie. Il analyse d'abord la manière dont les auteurs pré­tendent avoir voyagé. Leurs récits évoquent, en effet, les dangers et les petits désagréments de la route et de la mer qu'ils ont dû affronter, mais leur narration est parfois suspecte. Il montre ensuite comment les voyageurs ont écrit leur livre : ils ont pris des notes sur place, puis, de retour chez eux, ils ont consulté des ouvrages de référence et rédigé leur guide ou leur récit de voyage en suivant des contraintes particulières dont le respect était un gage de sérieux et de compétence.

LES CONTRAINTES MATÉRIELLES DU VOYAGE : ÉPREUVE AUTHENTIQUE OU TOPOS LITTÉRAIRE ?

A l'époque moderne, des souvenirs douloureux ou amusés émaillent les relations de voyage. Leurs auteurs présentent les itinéraires parcourus, les conditions de logement et de restauration, ainsi que les petites misères ou les drames de la route et de la navigation. Les pages consacrées à ces aspects matériels renseignent sur le temps passé dans différentes localités ; or la durée d'un séjour est un indice de l'intérêt porté à une cité. La narration d'une tempête ou de la poursuite d'un bateau par des pirates, l'évocation de brigands pressés de détrousser les voyageurs isolés peuvent relever d'une convention littéraire destinée, d'une part, à reposer le lecteur des passages savants ou de la froideur des descriptions et, d'autre part, à lui offrir des épisodes qu'il serait peut-être déçu de pas rencontrer dans ce genre d'ouvrage. Elles expriment aussi les appréhensions légitimes d'hommes qui prenaient la route ou la mer à une époque où tout déplacement exposait au risque d'une fâcheuse rencontre.


  • Les courts extraits de livres : 07/02/2007

Itinéraires suivis et itinéraires suggérés

Il n'est pas indifférent pour notre propos que les voyageurs soient arrivés en Italie par les cols alpins et par les ports de Ligurie, de Toscane ou du Latium. La proximité de la France les conduisait à gagner la partie septentrionale de la Péninsule, c'est-à-dire les régions les plus urbanisées, les plus densément peuplées et les plus divisées sur le plan politique. En accostant à Livourne ou en arrivant à Turin par le Mont-Cenis, on pouvait parcourir les villes de Toscane ou de la plaine du Pô avant de découvrir Rome dont la visite constituait le temps fort du voyage.
Les itinéraires suivis par les voyageurs vont indifféremment du nord au sud ou du sud au nord, dans le sens des aiguilles d'une montre ou dans le sens contraire. Les villes y constituent autant d'étapes et de repères qui, au fil des éditions, dessinent une Italie dont l'espace devient familier. Ces routes correspondent aux itinéraires qu'empruntaient les courriers romains à l'époque moderne, notamment les axes Rome-Naples, Rome-Ancône-Ravenne-Venise ou Rome-Sienne-Florence-Pise. Elles correspondent aussi, pour l'essentiel, aux voies romaines, comme la via Appia entre Rome et Capoue, la via Flaminia entre Rome et Rimini, la via Aemilia entre Plaisance et Rimini, et la via Postumia entre Gênes et Aquilée par Tortone. Les voyageurs étaient conscients de mettre leurs pas dans ceux des contemporains d'Auguste et de Constantin. C'est pourquoi la via Appia, dont les vestiges impressionnent, est évoquée tout au long du siècle, ne serait-ce que par une brève mention. Les routes, qui desservaient les villes visitées, imposaient donc des circuits qui avaient peu varié depuis l'Antiquité.
Le classement des villes, suivant le nombre de leurs mentions dans les trente itinéraires, fait apparaître une hiérarchie que nous retrouverons dans le nombre de pages que les voyageurs leur ont consacré. Les principaux centres urbains traversés ou visités se présentent dans cet ordre numérique décroissant : Rome (24 mentions), Venise (20), Livourne et Florence (19), Bologne (17), Gênes (16), Lorette et Milan (14), Naples et Turin (12).
Les villes qui attirent le plus sont des capitales politiques (Rome, Venise, Florence, Gênes, Milan, Naples et Turin) et d'importants centres culturels et religieux capables de séduire autant le voyageur pieux que l'amateur de peinture et d'architecture. A cet égard, la place de Lorette, ville de petite dimension, mais sanctuaire mariai situé sur la route conduisant de Rome à Ancône, est révélatrice de la place occupée par la religion dans les préoccupations des voyageurs du XVIIe siècle.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia