Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La guerre selon Bush : comment l'Amérique traque le terrorisme islamiste depuis le 11 septembre

Couverture du livre La guerre selon Bush : comment l'Amérique traque le terrorisme islamiste depuis le 11 septembre

Auteur : Ron Suskind

Traducteur : Henri Marcel | Franck Straschitz

Date de saisie : 25/01/2007

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Plon, Paris, France

Collection : Actualité

Prix : 22.00 €

ISBN : 2-259-20581-X

GENCOD : 9782259205818

Sorti le : 25/01/2007

Claire Lamarre - 19/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 08/02/2007

Ron Suskind, célèbre journaliste américain lauréat du prix Pulitzer, raconte dans un récit stupéfiant le combat que mènent les Etats-Unis depuis le 11 septembre 2001 contre le terrorisme islamiste.
L'enjeu ? Rien moins que tuer ou être tué. Quel principe guide la nation la plus puissante du monde pour démasquer ses ennemis, tant aux Etats-Unis qu'à l'étranger ? C'est la fameuse stratégie du 1 %, doctrine selon laquelle s'il n'existe que 1 % de possibilité qu'une quelconque menace pèse sur la sécurité de la nation, cette possibilité doit être considérée comme une certitude. Conçue par Dick Cheney, elle a conduit les Etats-Unis à porter la guerre en Afghanistan et en Irak afin d'éradiquer le mal islamiste.
Ron Suskind démontre, à partir des conversations échangées dans le Bureau Ovale entre Bush, Cheney et Rumsfeld, comment les principaux acteurs de cette guerre se sont lancés dans la croisade la plus surprenante des temps modernes. Comment Condoleezza Rice et George Tenet, ministre de la Défense et ancien patron de la CIA, ont improvisé des plans de bataille destinés à anéantir une nouvelle espèce d'ennemis et engagé une course heure par heure contre un désastre prétendument annoncé.
Les rivalités et les luttes intestines entre ces deux équipes permettent de comprendre la manière dont l'Amérique réagit face à la terreur. Avec cet ouvrage, immense best-seller aux Etats-Unis, Ron Suskind répond aux nombreuses questions qui empêchent les Américains de dormir, et éclaire d'un jour nouveau le cauchemar qu'ils sont en train de vivre.



  • La revue de presse Patrick Jarreau - Le Monde du 9 février 2007

L'un des mérites du livre de Ron Suskind est de raconter les approximations, les tâtonnements et les naïvetés de ce combat improvisé contre un ennemi dont les services de renseignement les plus sophistiqués du monde ne savaient presque rien...
Obtenues auprès d'une centaine de sources "bien placées", les informations contenues dans ce livre sont presque toujours inédites et souvent renversantes. Il en est ainsi de l'existence d'une taupe au plus haut niveau de la structure de commandement d'Al-Qaida, ou de la mise au point, par cette organisation, d'un procédé de diffusion de cyanure d'hydrogène qui pourrait tuer des centaines de personnes dans un espace clos comme le métro. De toute évidence, l'auteur a tiré parti du conflit entre la Maison Blanche et la CIA pour accéder à des responsables désireux de faire connaître leur vérité sur ce qui s'est passé à Washington entre 2001 et 2006. Le propos de Ron Suskind n'est pas de distribuer des blâmes, mais de faire réfléchir sur la capacité du système politique américain à répondre au défi que représente, pour les Etats-Unis et pour le monde, le terrorisme islamiste.


  • Les courts extraits de livres : 12/03/2007

Prêt à l'action, alerte, le regard dur, le Président fit un signe d'assentiment. Plus tard, il devait qualifier ce projet d'invasion de l'Afghanistan de «tournant crucial de ma pensée». Au cours de l'après-midi, lors d'une autre réunion du CNS, Bush donna son accord de principe aux idées de Tenet visant à accroître les pouvoirs de la CIA, de façon à «la libérer des entraves» qui l'empêchaient d'attaquer l'ennemi de front. Pour faire face à ce défi, il faudrait à l'Agence plus d'argent, plus de personnel compétent, plus de liberté d'action. Et une stratégie globale. Bush accepta. Deux jours à peine après les attaques, il avait déjà soif de détails, de nouvelles idées, de tout.
Compte tenu de l'ensemble du contexte, Tenet était pratiquement certain de ne pas être congédié.
Cette perspective était cependant logique, du moins en théorie. En de telles circonstances, les présidents, ainsi que tous les dirigeants, ont besoin de faire retomber le blâme sur quelqu'un. Lorsqu'un pays est pris par surprise, la personne qui aurait dû en savoir suffisamment pour empêcher la catastrophe, qu'elle soit grand vizir, archiduc, général ou chef du renseignement, est généralement la victime désignée.
«Bien sûr, nous savions tous que nous risquions d'être mis à la porte, déclara rétrospectivement John McLaughlin, l'adjoint de Tenet. Mais personne n'avait vraiment le loisir d'y réfléchir. Notre principale pensée était : " Allons-y, fonçons ! Nous savons ce qu'il faut faire. Préparons un plan. Et si quelqu'un veut nous flanquer dehors, parfait ! Nous lui remettrons notre plan au moment de partir. "»
Pour comprendre les événements des quatre années qui suivirent, il est essentiel de saisir ce mélange d'insécurité et de gratitude - la culpabilité du survivant, et aussi sa surprise et sa reconnaissance - et comment ce mélange affecta en particulier le comportement de George Tenet.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia