Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. JFP Journal français de psychiatrie, n° 26. Les dépressions de l'enfant

Couverture du livre JFP Journal français de psychiatrie, n° 26. Les dépressions de l'enfant

Date de saisie : 25/01/2007

Genre : Psychiatrie

Editeur : Erès, Toulouse, France

Prix : 18.00 €

GENCOD : 9782749204185

Sorti le : 25/01/2007

François Attia 100407 - 12/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 08/02/2007

Un enfant peut-il déprimer ? De fait, qui le constate et qu'elle en est sa traduction clinique ? C'est dans l'articulation étroite avec l'émergence de la vie, dans les relations étroites entre l'enfant et sa mère qu'a, le plus souvent, été abordée cette question. En référence au travail de Melanie Klein, à l'abandon évoqué par René Spitz, à la perte d'objet, à l'absence de regard..., les états dépressifs de l'enfant sont perçus comme liés à une insuffisance maternelle. Sans doute, la dimension imaginaire est ici prévalente mais n'est-elle pas la conséquence d'un rapport au père dont la défaillance livre l'enfant à être ce que désire sa mère ? C'est dans les aléas de l'impuissance imaginaire qu'il éprouve dans cet effort que la dépression produit cet éboulement autour d'un trou dont l'enfant s'épuise à défendre tragiquement et silencieusement les bords.


  • Les courts extraits de livres : 08/02/2007

A propos de la «mélancolie de l'enfant»
Hervé Bentata

La question de la mélancolie de l'enfant reste problématique autant au niveau de sa reconnaissance qu'au niveau même de son existence. Ce travail propose une élaboration clinique sur la mélancolie de l'enfant et sa possible prise en charge, à partir du cas de deux enfants dépressifs. C'est qu'il me semble que les caractères particuliers de la mélancolie de ces enfants sont de nature à nous enseigner sur la mélancolie en général, sa structure, et à ouvrir la possibilité de nouvelles mesures thérapeutiques.
Cette question de la mélancolie chez l'enfant s'est posée pour moi, à l'occasion d'une journée d'étude sur la maniaco-dépressive quand un collègue m'a interrogé sur la mélancolie chez l'enfant. De fait, après plus de vingt ans de pratique, j'avais beau chercher dans ma mémoire, aucun cas de mélancolie de l'enfant ne me venait à l'esprit. En y repensant, me vinrent en mémoire bien des cas d'enfants dépressifs et même plusieurs cas de manie assez typique de l'enfant. Il y avait aussi tous ces cas d'hyperactivité de l'enfant, de THADA comme on dit maintenant, où on aurait aussi bien pu parler de dépression masquée ou d'épisode maniaque. Mais aucun vraiment typique. C'est alors que je me souvins de ces deux situations d'enfant où il y avait tout de même peut-être quelque chose de la mélancolie, mais, pas comme on me l'avait apprise.


  • Les courts extraits de livres : 08/02/2007

Une psychothérapie de l'enfant est entreprise ainsi qu'une insertion dans un jardin d'enfants thérapeutique. Au bout d'environ un an, un séjour thérapeutique est proposé aux enfants et Samy y participe. Il connaît bien les éducateurs avec lesquels il part, mais rapidement après la séparation familiale, il présente des signes de souffrance psychique. Dans un premier temps, on note un retrait accentué de l'enfant qui ne participe à aucune activité ; alors qu'il disait quelques mots, c'est le silence total. Il n'y a plus que quelques cris et même la chanson avec laquelle il se tenait compagnie disparaît. L'enfant ne s'occupe plus, même à ses activités solitaires. Il reste debout sans bouger ; il cherche un objet à saisir. Dehors, il se met près d'un arbre et va saisir une feuille d'une branche basse, semblant se relier de cette manière à la «mère nature». Son immobilité inquiète, de même que l'aspect décomposé de sa mimique, qui est de plus en plus pauvre. On a l'impression qu'une mimique de tristesse profonde se met en place. La commissure des lèvres tombe vers le bas, le front se contracte ; le clinicien croit reconnaître sur le visage de cet enfant «l'oméga mélancolique» qu'on lui a appris à voir chez les adultes mélancoliques. Aux repas, s'il avait toujours eu du mal à manger, étant pris de nombreuses phobies alimentaires, là, il ne mélancolie ne pourrait être qu'un épisode psychotique aigu sur une structure de base qui serait toujours la psychose.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia