Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Chroniques d'ailleurs

Couverture du livre Chroniques d'ailleurs

Auteur : Paul Steinberg

Préface : Jorge Semprun

Date de saisie : 10/01/2007

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Ramsay, Paris, France

Collection : Ramsay poche. Récit, n° 21

Prix : 6.50 €

GENCOD : 9782841148486

Sorti le : 10/01/2007

Celia Nogues - 12/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 08/02/2007

En 1943, Paul Steinberg, à la veille de ses dix-sept ans, est déporté à Auschwitz. Fait exceptionnel : il sortira vivant de ce camp d'extermination. Après plus de cinquante ans de silence, il restitue l'inconcevable, en des tableaux parfois oniriques dans leur absurdité et leur horreur, La villa pimpante et fleurie du chef de camp au milieu des charniers. Un match de boxe organisé par les SS entre Young Perez et des soldats allemands, un soir d'hiver, le public en pyjama rayé massé autour d'un ring pour voir à l'oeuvre un authentique champion du monde déporté.
Parce qu'il parle un allemand parfait, l'adolescent échappe à la première sélection. Par chance, il a pu acheter lors de son arrestation un manuel de chimie, qu'il a appris par coeur dans le train de Drancy à Auschwitz. Il réussit donc, par un coup de bluff téméraire, à se faire admettre dans le commando de chimistes qui travaille à la Buna. Il y rencontrera Primo Levi. Et Paul Steinberg aura un jour, beaucoup plus tard, la stupéfaction de se reconnaître dans «Henri», décrit par le récit de Si c'est un homme.
Mais à cette chance incroyable s'ajoute vite une habileté de vieux routier pour s'orienter dans la jungle du camp.

Ce récit, exceptionnel, distancié à l'extrême, dénué de tout pathos, est un témoignage majeur dans l'histoire de la Shoah.


  • Les courts extraits de livres : 08/02/2007

Le dernier combat

J'ai rencontré Young Perez à Drancy. Il était sonné. Punch drunk, disent les Anglais. Il avait pris beaucoup de coups et, même chez les poids mouche, les coups reçus s'additionnent. Il avait la parole embarrassée et la compréhension lente et laborieuse, mais c'était la crème des types, généreux, bienveillant, souriant dans le vide comme si ses yeux étaient restés fixés sur sa gloire passée.
Il n'avait pas combattu sur un ring depuis 1937. Son dernier adversaire, à mon avis, a dû être Valentin Angelmann, alors débutant. Son titre de champion du monde datait de 1934.
Il ne devait plus lui rester grand-chose de ses gains passés. Les boxeurs sont plus cigales que fourmis. Il avait toujours eu le billet facile.

On l'avait arrêté à Belleville et, du même coup, on avait ramassé sa cour d'admirateurs, devenus par la force des choses désintéressés. Il s'agissait d'un ou deux jeunes boxeurs de seconde série, de ceux qui font les premiers combats du central - il me souvient entre autres d'un poids coq, Robert Lévy, qui me prit en amitié, d'un manager, de sparring partners et de quelques gamins sportifs en tous genres.
J'étais à l'époque fidèle lecteur de L'Auto, L'Équipe de l'époque. De l'athlétisme à la natation, de la boxe au foot, du cyclisme au basket, je suivais tout avec assiduité. Je connaissais le record de Valmy sur cent mètres, celui de Hansenne sur huit cents. Je suivais les duels de Hatot et Jesum sur cent mètres nage libre en une minute une seconde, temps qui aujourd'hui ne leur permettrait pas d'entrer en demi-finale du championnat féminin.
Les exploits d'Emile Idée ou de Goutorbe me comblaient et j'étais grand supporter de l'US Métro et du PUC en basket, de Destremeau et Petra en tennis, du Racing en foot.
C'est dire qu'avec Young Perez j'étais sur mon terrain.


  • Les courts extraits de livres : 08/02/2007

Le 7 au matin, on nous a embarqués. Transport numéro 60. Mille cinquante êtres encore humains. Cinquante par wagon. Mais ce voyage, l'arrivée choc, ce qui s'est ensuivi pour ceux qui ne partirent pas en fumée le jour même, est encore une autre histoire que je raconterai si je m'en ressens. Restons dans celle-ci.
À l'arrivée à Buna, on nous colla tous, les trois cent quarante mâles de quinze à cinquante ans, en bonne santé apparente, sous la grande tente réservée aux nou­veaux arrivants. Enregistrement, tatouage, training élé­mentaire aux saluts, à l'appel, à l'étiquette du camp. Réponse aux ordres aboyés en allemand, préparation à la trique pour les esprits lents. Je faisais mon boulot. J'ai fait enregistrer le Champion sous sa qualité d'ex-cham­pion du monde. Robert Lévy sous la raison sociale de champion de France ; ceux qui savaient bricoler, soit comme menuisier, serrurier ou peintre en bâtiment ; moi-même comme chimiste. J'étais l'un des deux ou trois plus jeunes du lot, rose et imberbe, ce qui me valait quelques sympathies, pas toutes très avouables, chez leshauts dignitaires. D'eux, j'ai pratiquement appris tout ce qu'il fallait savoir pour survivre plus longtemps.
Au cinquième jour, le Champion fut affecté aux cuisines, sort enviable entre tous, assurant la survie alimentaire. Quelques échos glanés de-ci de-là me donnèrent à penser qu'il y avait là non pas un égard pour sa gloire sportive mais un projet. Je sus dès le lendemain ce qui se préparait. Le Champion devait se remettre en forme. Trois heures d'entraînement par jour. Corde à sauter, footing, shadow-boxing.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia