Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Pourquoi les Japonais ont les yeux bridés

Couverture du livre Pourquoi les Japonais ont les yeux bridés

Auteur : Keiko Ichiguchi

Traducteur : Claudia Migliaccio

Date de saisie : 12/01/2007

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Kana, Bruxelles, Belgique

Collection : Kiko

Prix : 8.50 €

GENCOD : 9782505000389

Sorti le : 12/01/2007

François Attia 100407 - 12/04/2007


  • Les présentations des éditeurs : 09/02/2007

Le Japon est un pays riche en contradictions. Jusqu'à aujourd'hui, il fallait, pour le connaître, en passer par les récits de voyages d'Occidentaux perplexes, ou par les traductions d'anciens et grandiloquents ouvrages nippons. Cela dit, ces deux accès à la culture coïncident tellement peu qu'on en vient à imaginer l'existence de deux pays totalement différents. Keiko Ichiguchi nous raconte ici les traditions japonaises les plus bizarres. Installée depuis une dizaine d'années en Italie, elle nous dévoile des curiosités, des légendes urbaines, des traditions, des activités de la vie quotidienne, des festivités, et bien plus encore. Tout cela à travers un journal autobiographique et le regard malicieux d'une vraie Japonaise, qui retourne régulièrement là-bas, mais qui sait aussi prendre le recul nécessaire. Un précieux vade-mecum pour ceux qui ne connaissent pas encore le Japon, pour ceux qui croient le connaître, et pour ceux qui y voient leur "terre promise".

Keiko Ichiguchi (née à Osaka, Japon, le 19 décembre 1966) vit et travaille à Bologne. Elle a fait ses débuts dans l'univers du manga en 1988 en remportant le concours pour jeunes auteurs organisé par la maison d'édition Shogakukan. Sous le pseudonyme de Keiko Sakisaka, elle a publié au Japon les titres Lucia (1990), Otometachi no Sanka (Hymne aux jeunes filles, 1991) et Me o Aketa Mamade (Avec les yeux ouverts, 1991). En 1995, elle a réalisé, pour les éditions Star Comics, le livre de contes Au-delà de la porte. C'est en 1997 qu'a commencé sa collabo­ration avec la maison d'édition japonaise Kodansha, chez qui elle publie 1945 et America, réunis en un volume en 1998 et disponibles en France également dans la collection "Made in" de Kana. Aux Éditions Kappa, en Italie, elle a publié la série Peach ! dans la revue Mondo Naif, et les titres La Vue sur la cour (1999), Deux (2000), Blue (2001), Avec les yeux ouverts (2002) et 1945 (2003).


  • Les courts extraits de livres : 09/02/2007

On aurait vraiment dit que les journalistes faisaient exprès de créer des scandales, en diabolisant chaque trait de caractère des otakus. Ils réalisaient parfois des reportages complets sur les foires de mangas, en les désignant systématiquement comme le point de départ de tous les maux du Japon. C'est pour cette raison que ceux qui y participaient faisaient en sorte d'éviter les caméras, pour éviter que leurs parents ne "découvrent" leur passion. Mais ils ne faisaient qu'aggraver la situation en donnant l'impression qu'ils faisaient quelque chose d'illégal ou dont ils avaient honte. Chaque week-end, au Japon, étaient organisées des dizaines de foires de mangas, et les journalistes s'y ruaient comme un essaim d'abeilles. Certes, les médias se comportaient en vrais chacals mais, de leur côté, nombreux étaient les otakus qui faisaient leur jeu sans s'en rendre compte : des hommes déguisés en personnages féminins, des jeunes qui ne parlaient que de mangas, du matin au soir, des individus qui tenaient des propos extrêmes et embarrassants... Bien sûr, cela arrive encore aujourd'hui, mais le contexte a bien changé. Pour n'arranger en rien la réputation déjà négative des otakus, il y avait de plus leur tenue vestimentaire qui - contrairement à aujourd'hui - était négligée, démodée ou parfois, à l'opposé, franchement trop futu­riste. Le fait de rester enfermés à la maison, à lire du matin au soir, leur conférait aussi un aspect physique "particulier", dans la mesure où nombre d'entre eux étaient obèses et portaient de grosses lunettes. En ce qui me concerne, je faisais partie d'une équipe qui écumait les foires (on y croisait même à l'époque les célèbres CLAMP, membres d'une équipe de la foire d'Osaka, la Dream Comic) et je devais parfois me battre contre les intrusions de journalistes trop curieux. Nous avions l'impression d'être victimes de ces médias, si bien que les organisateurs finirent par interdire l'accès aux journalistes, qui en furent réduits à interviewer les jeunes qui faisaient la queue à l'entrée.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia