Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Je suis de la nation du loup

Couverture du livre Je suis de la nation du loup

Auteur : Jacques Serguine

Date de saisie : 25/01/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Rocher, Monaco, France

Collection : Nuage rouge, n° 230

Prix : 25.00 €

GENCOD : 9782268060620

Sorti le : 25/01/2007

Emma Barcaroli - 13/03/2007


  • Les présentations des éditeurs : 15/02/2007

«Je suis un Skidi pawnee, je suis de la nation du Loup.» Ainsi parle, vers la fin du XVIIe siècle, koruka-Tapuk (Ours-qui-se-bat) dont le peuple vivait à l'Ouest du Mississippi. Il pourrait dire encore : «Si l'ancêtre mythique de ma maison est le Loup, le mien propre est l'Ours. De lui je tiens mon penchant à la violence. J'ai tué Tarawa-Le-Bison, affronté à mains nues, pour conquérir mon nom, le Frère-Aîné lui-même, le grizzly. Afin de protéger mon peuple, j'ai tué des ennemis courageux.» La tentative de Jacques Serguine a quelque chose de démesuré, puisqu'il a voulu, non raconter une «histoire indienne» mais parvenir à ce degré de sympathie et de connaissance, où un guerrier skidi né dans les Grandes Plaines vers 1650, parlerait, penserait, exprimerait son sentiment de la vie et du monde immédiatement à travers lui.
Pour les Américains en général, et peut-être plus encore pour les Européens, les Hommes rouges - Indiens d'Amérique du Nord - ont toujours représenté électivement une forme de liberté; un certain rapport libre et heureux, harmonieux en tout cas, avec soi, avec autrui, avec le monde.
Qui étaient, ces Hommes rouges ? Comment vivaient-ils au jour le jour ? Comment pensaient et rêvaient-ils ?
Ce roman qui procède à la fois du récit mythologique et de l'oeuvre littéraire, décrit la vie du peuple des Skidis pawnees ou Gens-du-Loup, avant la pénétration blanche qui altéra, faussa et, à la fin, détruisit la cohérence, puis l'identité même du monde indien.
Jacques Serguine est depuis longtemps un grand homme des lettres françaises. À travers ce texte qui renoue notre imaginaire aux racines indiennes d'Amérique du Nord, l'écrivain dévoile un arrière-pays mythologique que nous avons sans doute perdu.

Jacques Serguine est l'auteur de très nombreux ouvrages.

Collection créée et dirigée par Olivier Delavault.


  • Les courts extraits de livres : 15/02/2007

Mais écoute ! La nuit dont je veux te parler, nous n'étions pas à Tskirirara, le village où je vins vivre, sortant de ma mère. Non. Cela se passait pendant la grande chasse d'hiver. Nous étions partis au loin là-bas, vers les territoires du bison. Tu sais que nous, les Skidis, les treize villages, pour ces chasses nous descendons jusqu'à Kiraruta, l'Eau-troublée. Je ne parlais pas encore beaucoup, et on ne me disait pas de choses importantes, j'étais un très petit enfant, mais je me rappelle ! Déjà je savais qu'il faut regarder et regarder, pour apprendre le monde. Tandis que les chiens nous tiraient, moi et Atika, ma grand-mère maternelle, et les autres enfants des mêmes neiges, je pense que déjà j'essayais un peu, doucement, tenacement, de retenir le cours des eaux et l'orientation du relief, le site des forêts et de chaque arbre isolé, la distribution des étoiles.
Je me rappelle ! Nous dormions sous la grande tente fermée, comme toujours pendant les chasses d'hiver. Je sentais à la façon des enfants que tout le peuple, dans notre tente, dans toutes les autres, était à la fois fatigué et surexcité, enclin à éprouver de la mauvaise humeur. La neige et la glace avaient compliqué les dernières marches. La neige alourdit toutes les peaux en les détrempant, et la glace, qui se brise en éclats, ruine à une vitesse anormale les chaussures et blesse les chiens. Parfois, il faut leur envelopper les pattes avec des déchets de cuir, ou alors on serait obligé de les abandonner ou de les tuer. Cet hiver-là, le vent soufflait si froid et si dur des quartiers Nord-Ouest et Nord que les femmes devaient cuisiner dans la tente même. Elles détestent cela, l'encombrement, la fumée qui à force donne des maladies d'yeux. Atira surtout, ma mère, en avait horreur. Les vieilles se réjouissent plutôt, à cause des bavardages et du surcroît de chaleur. On avait dû permettre aux chiens de dormir là, sous la tente, en raison de ce gel et de leurs pattes blessées, de sorte que leur présence elle aussi irritait ma mère et ses soeurs. Mon père par le sang a été un guerrier très éminent, en charge il portait le bonnet de chat sauvage, le collier de loutre et le carquois en peau de panthère. Cet hiver-là, le peuple l'avait choisi comme un des chefs de chasse.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia